Vue de l'exposition
26 févr. 2013 19 mai 2013

Un artiste voyageur en Micronésie

L'univers flottant de Paul Jacoulet

Artiste français, Paul Jacoulet (1896-1960) arrive au Japon en 1899, où il séjournera la plus grande partie de sa vie. Il voyage en Corée, en Chine et en Micronésie où il se rend à de nombreuses reprises pour faire des portraits des habitants. À travers ses estampes et dessins, il représente les hommes et les femmes qu’il a rencontrés avec un regard à la fois intime, esthétique et ethnographique.

À propos de l'exposition

Plusieurs grandes thématiques permettent de voyager dans son œuvre abondante et singulière : la vision d’artiste-ethnographe d’un ailleurs devenu quotidien et intime, la représentation des tatouages et des parures mais aussi de certains rituels ou encore la composante érotique qui caractérise certains portraits.

L’exposition réunit plus de 160 dessins, croquis et estampes exceptionnels issus de la donation faite au musée du quai Branly - Jacques Chirac en 2011 par Madame Thérèse Jacoulet-Inagaki, fille adoptive de Paul Jacoulet, ainsi que les trois autres héritiers-donateurs – Messieurs Chisei Ra, Louis Young Whan Rah et Shozo Tomita. Un ensemble de bois utilisés pour la préparation des estampes, des objets du musée du quai Branly - Jacques Chirac et du Museum national d’Histoire naturelle de Paris, ainsi que des programmes audiovisuels complètent cette présentation.

  • Categorie : Expositions
  • commissariat

    • Christian Polak, docteur en droit, spécialiste de l’histoire des relations franco-japonaises, spécialiste de l'œuvre de Paul Jacoulet
    • avec la collaboration de Julien Rousseau, responsable des collections Asie au musée du quai Branly - Jacques Chirac

    conseillers scientifiques

    • Kiyoko Sawatari, Superior researcher au Yokohama Museum of Art, Japon, spécialiste de l'œuvre de Paul Jacoulet
    • Sébastien Galliot, spécialiste du tatouage en Micronésie
  • Lieu :   Mezzanine est
  • Dates :  
    Du mardi 26 février 2013 au dimanche 19 mai 2013
  • Fermeture le lundi
    mardi, mercredi, dimanche :  11h00-19h00
    jeudi, vendredi, samedi :  11h00-21h00
  • Public :   Tous publics
  • Plateau des collections
    Plein tarif :  10,00 €
    Tarif réduit :  7,00 €

    Billet jumelé
    Plein tarif :  12,00 €
    Tarif réduit :  9,00 €

    Cliquez ici pour consulter tous les tarifs
Vue de l'exposition
00:00 / 00:00
Un artiste voyageur en Micronésie - L'univers flottant de Paul Jacoulet - Bande-annonce
Bande-annonce de l'exposition "Un artiste voyageur en Micronésie - L'univers flottant de Paul Jacoulet", présentée au musée du quai Branly du 26 février au 19 mai 2013. Pour en savoir plus, rendez-vous sur : http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/expositions/a-l-affiche/un-artiste-voyageur-en-micronesie-lunivers-flottant-de-paul-jacoulet.html
1:35 min

Parcours de l'exposition

L’artiste voyageur

L’exposition débute par une sélection de gravures sur bois et d'aquarelles asiatiques, consacrées aux voyages réalisés par l’artiste en Corée, en Chine, en Mongolie, etc. Elles introduisent le visiteur à son œuvre hors de Micronésie. Au gré de ses voyages à travers l’Asie orientale puis, à partir de 1929, en Micronésie, Paul Jacoulet puisera une inspiration sans cesse renouvelée et traversée par un regard humaniste sur la diversité des civilisations.

Au milieu du parcours de l’exposition, un programme audiovisuel permet aux visiteurs de se familiariser avec la technique des ukiyo-e (terme japonais signifiant « image du monde flottant »), gravures sur bois privilégiant les sujets du quotidien à l’époque d’Edo (1603-1868). C’est cette technique que Paul Jacoulet utilisera un demi-siècle plus tard pour créer ses œuvres. Un ensemble de matrices de bois est présenté en parallèle de plusieurs étapes de l’estampe Chagrins d'amour, Kutaie, îles Carolines, 1940.

Vers la lumière des îles de Micronésie

C’est en 1929, que Paul Jacoulet visite pour la première fois les îles de Micronésie. Ébloui par la nature et les cultures locales qu’il y découvre, l’artiste parcourt régulièrement la région jusqu’en 1932. Il ramène de chacun de ses voyages une production abondante d’aquarelles et de dessins. Avec un sens de l’observation presque monographique, ces séries micronésiennes magnifient la diversité des espèces naturelles et des sociétés rencontrées. Dans cette section sont présentés des aquarelles, des estampes et des dessins de Paul Jacoulet classés par île, parmi lesquels trois séries d’aquarelles sur les papillons, les insectes et les fleurs.

L’art du tatouage

Le tatouage est très répandu en Micronésie où il indique le rang social et le sexe de chaque individu ; il est symbole de l’identité de chacun. Dans ses portraits, Paul Jacoulet représente la variété et l’abondance des signes marqués sur les corps des hommes et des femmes. Une série de ses estampes, aquarelles, croquis et dessins préparatoires sur ce thème sont exposés. Quelques objets micronésiens liés à la pratique du tatouage témoignent des rituels de tatouage en Micronésie, de leur sens et de leur survivance. Un programme audiovisuel sur l’art du tatouage complète cette section.

L’art de la parure

Le regard de l’artiste ethnographe prend tout son sens dans les nombreuses représentations de parures traditionnelles – bijoux, coiffes, textiles – que revêtent les micronésiens. Cette section présente ces œuvres, ainsi qu’une série d’ornements d’oreilles, de colliers… dont les motifs se retrouvent dans les estampes.

L’intime

L’avant-dernière section présente, dans un espace clos, de très beaux nus, masculins et féminins, réalisés en Micronésie par Paul Jacoulet. L’esthétique des traits et du modelé du corps y est pleinement mise en valeur, sans allusion directe à l’érotisme.

L’univers de Paul Jacoulet

La dernière section est consacrée à l’univers créatif de Paul Jacoulet : crayons, pinceaux, carnet de voyage et de croquis, pigments, etc. seront exposés. L’exposition s’achève par une pièce symbolisant l’attachement de l’artiste au Japon : les claquettes, objet du quotidien utilisé soit par les pompiers pour prévenir les habitants des risques d’incendie, soit pour marquer la fin d’un spectacle ou d’un tournoi de sumo.