Le 20 sept. 2020

La place des langues africaines dans le patrimoine européen

entre francophonie et plurilinguisme

Rencontre dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine avec Stéphie-Rose Nyot Nyot, fondatrice de JPLA 2.0 - JPLB 2.0., Odile Racine, professeure de Swahili à l'INaLCO, Mbougar Sarr écrivain et Josephat Irafay, professeur de Swahili.

Journées Européennes du patrimoine

Dans le cadre des Journées Européennes du patrimoine, le salon de lecture J. Kerchache a confié l’organisation d’une rencontre à Stéphie-Rose Nyot-Nyot autour de la thématique « Patrimoine et éducation : apprendre pour la vie ! ».

Fondatrice de deux projets – Je parle le Bassa 2.0 et JPLA 2.0 – dont les objectifs sont de promouvoir le plurilinguisme via l’apprentissage des langues africaines, d’assurer un devoir de mémoire ainsi qu’un développement durable. Elle présentera à cette occasion les outils d’apprentissage développés autour de ces projets, dont la diversification des supports permet de s’adapter aux pratiques de tous. Suivra une discussion avec Mbougar SarrOdile Racine et Josephat Irafay sur « la place des langues africaines dans le patrimoine européen : entre francophonie et plurilinguisme ».

Rencontre avec Stéphie-Rose Nyot-Nyot, Mbougar Sarr, écrivain, Odile Racine, professeure de Swahili à l'INALCO, l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales et Josephat Irafay, professeur de Swahili.

les INTERVENANTS

  • Stéphie-Rose Nyot Nyot est la fondatrice des projets Je parle le Bassa 2.0 (JPLB 2.0) - JPLA 2.0 (Parle Afrique) qui comptent plus de 15K abonnés sur les médias sociaux. L'objectif de ces derniers est de promouvoir un plurilinguisme via l’apprentissage des langues africaines, d'assurer un devoir de mémoire ainsi qu'un développement durable. À date en apprentissage A1 (débutant) sur le site parleafrique.com sont disponibles : le bambara, bassa, douala, éwé, kinyarwanda, lingala et wolof. Depuis janvier 2019, Stéphie-Rose anime une chronique sur RFI dans La Vie Ici, sur la visibilité des langues africaines au XXIe siècle. Lors de la journée de la Francophonie, le 20 mars 2019, Stéphie-Rose a participé à l’édition spéciale de RFI au siège de l’OIF en compagnie de la Secrétaire Générale, Madame Louise Mushikiwabo. Les projets bénéficient d'une couverture médiatique internationale et panafricaine : TV5Monde, Le Point Afrique, BBC, France 24, ou encore Jeune Afrique. Stéphie-Rose est régulièrement panéliste en France, en Allemagne, aux États-Unis ou encore au Cameroun afin de partager ses connaissances sur les enjeux de l’'elearning et du plurilinguisme. Elle était speaker durant la Journée Internationale de la Langue Maternelle en février 2020 à l'UNESCO, sous le parrainage de la Francophonie.
  • Mohamed Mbougar Sarr, est un romancier sénégalais d’expression française.  Il devient lauréat du prix Stéphane Hessel pour sa nouvelle La cale (2014), est ensuite récompensé du Prix Ahmadou Kourouma au Salon du livre de Genève et du Grand Prix du Roman métis pour son premier roman Terre ceinte (Éditions Présence africaine, 2015). Son second roman Silence du chœur (Éditions Présence africaine - 2017) est lui récompensé du Prix littérature monde au Festival Étonnants voyageurs de Saint-Malo. C'est en 2018 que paraît aux Éditions Philippe Rey son dernier roman De purs hommes. Il tient par ailleurs un blog : chosesrevues.over-blog.com, espace de travail sur l’écriture, le style et la langue, et où il publie des textes de natures très différentes.
  • Odile Racine est professeure de Swahili à l'INALCO, l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales, conférencière et Chevalier de l’ordre des palmes académiques. Son parcours touche trois disciplines : l’ethnologie, la linguistique et la didactique. Ses recherches en ethnologie remontent à l’époque où elle enseignait à Zanzibar. Odile Racine a d'abord travaillé sur le Mwaka Kogwa ou nouvel an de Makunduchi (Kae pour ses habitants), au sud de Zanzibar, cela l'a conduit à réfléchir sur l’un des mythes fondateurs de la culture swahili, le mythe shirazi, et sur le fond africain de cette culture qui, jusqu'alors, n'avait été abordée que d’un point de vue citadin, à travers une idéologie de classe, celle de l’élite citadine arabo-musulmane qui fit la grandeur de l’archipel au 19ème siècle. La seconde partie de ses recherches est axée sur la linguistique, à commencer par la description du kikae, la langue qui fut sa principale source de documentation en ethnologie et qui n’avait jamais été décrite. Ce dialecte est très différent du swahili standard, notamment dans sa morphologie verbale riche et complexe. La didactique : le programme d’enseignement hybride du swahili mis en place depuis 2014 à l'INaLCO est un travail collectif. Odile Racine en a conçu la progression et en a piloté l'élaboration. L'équipe de production des contenus regroupait des enseignants titulaires, des stagiaires et l'équipe TICE de l'INALCO.
  • Josephat Irafay est né à Arusha en Tanzanie, il vit en France depuis une vingtaine d'années. Ancien religieux, il a fait ses études à l'Université Catholique de Lyon. Il est actuellement auto-entrepreneur, formateur en langues et enseigne le Swahili à Sciences Po.

L'événement en images

  • Mbougar Sarr
  • Blick Bassy
  • Les Journées européennes du Patrimoine
  • Odile Racine

© JPLA 2.0
×