Changer de langue :

29 août

Hubert Goldet

« Aujourd’hui, si je ne devais plus collectionner l’Art Nègre, je crois que je ne collectionnerais rien. »

                                                    Hubert Goldet, dans Arts d’Afrique Noire

« En toutes choses, il avait un goût universel et appréciait infiniment les œuvres les plus belles, les plus lyriques comme les plus dures, voire grotesques parfois. »

                                                    Susan Vogel, 2001, «Moment sacrificiel», dans Art primitif. Collection Hubert Goldet. Catalogue de la vente aux enchères publiques des 30 juin et 1er juillet 2001

 

Collectionneur passionné et riche héritier, Hubert Goldet (1945 – 2000) a eu un intérêt prononcé pour l’art contemporain. En 1971, il est l’un des fondateurs de la revue Art Press.

Dès 1975, Hubert Goldet collectionne l’art africain, une passion qui ne le quittera pas jusqu’à sa mort. Il éprouvait la même admiration pour un objet modeste de la vie quotidienne que pour une pièce de musée. Il accumula dans le secret ses objets et ses rêves dans son appartement de la rue Pierre 1er de Serbie, étonnante caverne d’Ali Baba, où l’amoncellement de statues était éclairé d’une lumière sépulcrale. Les visiteurs disposaient d’une lampe de poche pour contempler les pièces une à une.

Sa collection, considérée comme « l’une des deux ou trois collections les plus importantes en France» selon l’expert Alain de Monbrison, fut dispersée aux enchères par François de Ricqlès à la Maison de la Chimie du 30 juin au 1er juillet 2001. Au total plus de 644 pièces furent vendues pour un résultat jamais atteint auparavant.

don d'un masque cimier ekoi du Nigeria 

Un étonnant cimier Ekoi fut l’objet d’un don au musée en 2002, témoignage de l’acuité de son œil pour l’art africain. 

masque cimier - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
masque cimier © musée du quai Branly, photo Thierry Ollivier, Michel Urtado
masque cimier - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
masque cimier © musée du quai Branly, photo Thierry Ollivier, Michel Urtado
masque cimier - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
masque cimier © musée du quai Branly, photo Thierry Ollivier, Michel Urtado

Utilisé par l’un des nombreux groupes apparentés de la Cross River où régnait le peuple Ekoi (Sud-Est du Nigéria), ce masque intimidant, à la gestuelle profondément humaine, était présenté lors de cérémonies funéraires. Il est réalisé avec un véritable crâne humain sur lequel est tendu une peau d’antilope. Des cheveux humains recouvrent le niveau du crâne et du menton. Bien que difficile, le sujet, où le sauvage se mêle à la magie, exerce une fascination certaine.

dation

La dation proposée par Hubert Goldet a fait entrer au musée quinze œuvres remarquables. La première dation en 1999, peu de temps avant sa mort en 2000, comportait trois remarquables oeuvres du Mali et du Congo qui se trouvent au Pavillon des sessions (Salle située au Louvre, inaugurée en 2000).

 

appui-tête - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
appui-tête © musée du quai Branly, photo Hughes Dubois
maternité - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
maternité © musée du quai Branly, photo Hughes Dubois
statuette anthropomorphe - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
statuette anthropomorphe © musée du quai Branly, photo Hughes Dubois

La deuxième dation en 2003 comprenait plusieurs objets importants dont la plupart sont exposés sur le Plateau des collections ou ont été présentés lors d'expositions temporaires tels que "Planète Métisse, to mix or not to mix", "Artistes d'Abomey: dialogue sur un royaume africain" ou encore "Fleuve Congo, Arts d'Afrique centrale".

 

cuiller anthropomorphe - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
cuiller anthropomorphe © musée du quai Branly, photo Patrick Gries
statuette anthropomorphe - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
statuette anthropomorphe © musée du quai Branly, photo Patrick Gries, Valérie Torre
sceptre de chef - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
sceptre de chef © musée du quai Branly, photo Patrick Gries, Bruno Descoings