Changer de langue :

24 novembre

Daniel Marchesseau en mémoire d'André Fourquet

Né en 1947 à Paris, Daniel Marchesseau est conservateur général honoraire du patrimoine et historien de l'art, et fût directeur du Musée de la Vie Romantique à Paris. Il était l’ami d’André Fourquet depuis 1975.

André Fourquet (Saint-Laurent du Maroni, 1928 - Salamanque, 2001) était considéré comme l'un des grands collectionneurs parisiens dans le domaine des arts d’Afrique et d’Océanie. Il était membre du comité de présélection des acquisitions du musée du quai Branly où il n'eut malheureusement pas le temps d'exercer pleinement sa sagacité, mais il avait été, avant même d'y participer brièvement, très attentif à la programmation du futur musée et à son affirmation sur la scène nationale et internationale grâce à l'ouverture en 2000 des salles du Pavillon des Sessions au musée du Louvre. Il avait développé une connaissance approfondie des arts de l'Afrique, avec une prédilection pour ceux du Gabon. Il s'intéressait aussi à d'autres cultures, en particulier celles de l'Océanie dont il avait acquis des témoignages et œuvres remarquables.

En 2002, une figure de gardien de reliquaire fang (Gabon) est offerte par Daniel Marchesseau en mémoire d'André Fourquet au musée du quai Branly.

figure de gardien reliquaire fang - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
figure de gardien reliquaire fang (Gabon), XIXe siècle.
figure de gardien reliquaire fang - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
don Daniel Marchesseau en mémoire d’André Fourquet
figure de gardien reliquaire fang - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
© musée du quai Branly photos Patrick Gries et Valérie Torre

Cette figure de gardien de reliquaire fang, appelée encore statuette masculine byéri est exposée au musée du quai Branly dans les collections permanentes (parcours Afrique).

Description de la figure de gardien de reliquaire fang

Il s’agit d’une statuette masculine du XIXe siècle représentée les jambes fléchies, les bras le long du corps. La tête, assez ronde est composée de tresses rejetées vers l’arrière. Le visage a des yeux étrécis, le cou est large avec des épaules et des bras musclés sur un corps longiforme. La présence d’un tenon permet de fixer l’objet sur une boîte à écorce. Pour les Fang (Sud Cameroun et Gabon) le Byéri, le culte des ancêtres, est primordial. Les crânes et certains os des ancêtres sont conservés dans une boîte cylindrique en écorce. Sur ce reliquaire est fixée, par un tenon, une statuette ou une tête en bois, évocation des ancêtres. Cette sculpture qui garde les reliques est également appelée Byéri. Le Byéri est consulté dans les moments importants (initiation, conflits, mort subite,…) mais également pour la chasse et la pêche. Les crânes sont alors sortis des reliquaires et arrosés de sang des sacrifices d’animaux. Les statuettes, détachées des reliquaires, sont enduites d’huile de palme ce qui leur donne un aspect luisant.

Dation André Fourquet

cette dation proposée par Daniel Marchesseau a fait entrer au musée en 2004 trois oeuvres significatives :

  • Masque Bakwele à six yeux (ancienne collection Charles Lapicque)
  • Masque Puni (ancienne collection Vlaminck)
  • Masque de deuil, Détroit de Torrès, (ancienne collection Hooper)