Le colloque aura pour objet principal de documenter le rapport de Le Corbusier aux « arts dits primitifs ».

À propos du colloque

L’intérêt de Le Corbusier pour diverses formes d’art primitif n’a guère fait l’objet de travaux alors que certaines œuvres accompagnent constamment son parcours, depuis les dessins réalisés au Musée d’ethnographie du Trocadéro en 1908-1909 jusqu’à l’installation multimédia du Poème électronique de Bruxelles, en 1958. Pour Le Corbusier tous ces objets relevant des arts primitifs, correspondent « aux époques les plus fertiles en invention ».

Le colloque aura pour objet principal de documenter le rapport de Le Corbusier aux « arts dits primitifs ». Les communications reviendront sur les sources de son intérêt pour les objets d’art non européens, pendant ses années de formation, au cours de ses séjours à Paris, Londres et Berlin, le rôle des arts primitifs dans les publications puristes, ses rapports avec les galeristes s (Paul Guillaume et Louis Carré notamment), l’exposition « Les arts dits primitifs dans la maison d’aujourd’hui » de 1935, ses relations avec Paul Rivet et Georges-Henri Rivière, son rôle dans la présentation de la section des arts de l’exposition « La France d’outre-mer » au Grand palais en 1940, son intérêt pour l’ethnomusicologie, la présence de ces objets dans ses publications, ses collections personnelles…

  • Categorie : Colloques
  • Comité scientifique

    • Christine Mengin, Institut national d’histoire de l’art
    • Michel Richard, Directeur de la Fondation Le Corbusier
    • Frédéric Keck, musée du quai Branly - Jacques Chirac

    Coordination

  • Lieu :   Salle de cinéma
  • Dates :
    Le jeudi 18 janvier 2018 de 16:00 à 18:30

    Le vendredi 19 janvier 2018 de 09:30 à 18:30

    Public du créneau :   Chercheur, étudiant
    Accessibilité du créneau :
    • Handicap moteur

  • Accessibilité :
    • Handicap moteur
  • Public :   Chercheur, étudiant
  • Gratuit (dans la limite des places disponibles)