Chercheur

Contenu

Jessica De Largy Healy

Poste :
  • Chercheuse post-doctorante
Institution :
  • EHESS
  • The University of Melbourne
Lieu :

Paris (FR) et Melbourne (AU)

Année(s)

2008 - 2009

Poste :
  • Anthropologue, spécialiste de l’Australie
Institution :
  • CREDO
Comité :

Comité d’évaluation scientifique des bourses de recherches doctorales et postdoctorales

Année(s)

2013 - 2017

Comité :

Comité d'évaluation scientifique des bourses d'étude pour la documentation des collections

Année(s)

2013 - 2016

Comité :

Comité des rapporteurs de la Fondation Martine Aublet

Année(s)

2013 - 2017

Domaine de recherche

Discipline : Anthropologie, Ethnologie, Histoire de l'art

Domaine : Anthropologie visuelle, Nouveaux médias et transmission des savoirs, Histoire des collections, Peinture aborigène, Histoire des Collections

Aire de spécialisation : Australie,

Thème :

Le projet de recherche « Karel Kupka en Terre d’Arnhem : regards comparés sur la collection d’objets aborigènes du nord de l’Australie du Musée du quai Branly et du Museum der Kulturen » vise à mettre en valeur la formidable collection d’environ 600 objets rassemblés à la fin des années cinquante par l’anthropologue et peintre Karel Kupka (1918-1993) auprès de 45 artistes aborigènes de Terre d’Arnhem, dans le nord tropical australien.

Ce projet s’inscrit dans la continuité d’un terrain débuté en 2003 dans le cadre d’une cotutelle de thèse (EHESS/The University of Melbourne) et d’une série de collaborations de recherche entre des universités, des musées australiens et des organisations aborigènes, dont l’enjeu était la représentation et la transmission du savoir autochtone dans la modernité.

Ma recherche doctorale explorait le statut changeant des images dans la société yolngu du nord-est de la Terre d’Arnhem. Je m’attachais plus particulièrement à l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) dans les projets autochtones de transmission du savoir. Dans cette optique, mon travail de terrain était centré sur le Galiwin’ku Indigenous Knowledge Centre, une organisation communautaire qui en 2002 avait reçu un financement du gouvernement du Territoire du Nord afin de concevoir une archive culturelle numérique. Des collaborations avec des institutions permirent l’accès local à de vieilles collections muséales et le rapatriement numérique d’informations culturelles (photographies, films et enregistrements audio). J’eu ainsi la possibilité d’observer sur place comment les motifs de ces peintures étaient réintégrés dans la vie rituelle contemporaine. À partir d’exemples de restitution numérique d’objets observés sur place, je montre dans ma thèse comment les recherches dans les musées peuvent ramener à la vie le contenu des collections, tant au niveau de la valorisation des œuvres, en termes de documentation par exemple, que des pratiques sociales et rituelles sur le terrain.

Ma thèse décrit comment la vue de ces objets ancestraux active une nouvelle forme de communication à travers le rêve, les chants et la performance de cérémonies. Parce que j’étais française, on me parla de Karel Kupka et c’est ainsi que je commençais des recherches préliminaires sur ce collectionneur qui travailla avec les pères de la génération actuelle de dirigeants rituels, ceux qui possèdent aujourd’hui le titre de « détenteurs du savoir sacré » et qui sont toujours reconnus par leurs contemporains comme des médiateurs culturels privilégiés.

Dans la continuité de ce travail, le projet post-doctoral propose d’examiner dans une perspective interculturelle la portée significative de la collection de peintures sur écorce de Karel Kupka. Un demi-siècle après le terrain de Kupka, je propose d’ébaucher à partir des œuvres de sa collection une histoire de l’art originale qui se nourrirait : 1) de données ethnographiques anciennes et récentes ; 2) de matériaux d’archives ; 3) de l’exploration formelle, esthétique et iconographique des œuvres, 4) ainsi que des interprétations des descendants des maîtres peintres qui l’ont instruit et avec lesquels je travaille depuis 2003.

Bourses et prix

Bourse de recherche postdoctorale du musée du quai Branly - Jacques Chirac

Date de début de la bourse : 2008

Date de fin de la bourse : 2009

Titre du projet : « Karel Kupka en Terre d'Arnhem : regards comparés sur la collection d'objets aborigènes du nord de l'Australie du musée du quai Branly et du Museum der Kulturen »

Domaine de la bourse : Anthropologie visuelle, Nouveaux médias et transmission des savoirs, Histoire des collections, Peinture aborigène, Histoire des Collections

Aire de spécialisation de la bourse : Australie

Parcours scientifique

2008 : Doctorat en anthropologie du Laboratoire d’Anthropologie Sociale/Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et PhD de l’Université de Melbourne.

Thèse: « L’esprit de l’émancipation et la lutte pour la modernité : la terre, l’art, le rituel et le projet de documentation numérique du savoir d’une communauté yolngu, Galiwin’ku, Territoire du Nord, Australie ».

2000 : Maîtrise d’ethnologie, département d’anthropologie et de sociologie comparative, Université de Paris X-Nanterre.

Mémoire : “L'Aboriginalité en question: reconstruction identitaire autour du centre culturel de Brambuk, Victoria, Australie”.

1998 : Licence d'histoire, Université de Paris-X Nanterre.

1997 : Graduate Certificate in Visual and Performing Arts, Royal Melbourne Institute of Technology, Australie.

Publications

Titre de l’ouvrage/article :Pistes de Rêves: Voyage en Terres Aborigènes

Co-auteur :Glowczewski, B.

Description :traduit en italien et allemand en 2006

Date de publication :2005

Éditeur ou organisme :éditions du chêne

Lieu d’édition :Paris

Titre de l’ouvrage/article :Retours sur images. Nouveaux médias et transmission du secret dans les rituels du nord de l’Australie

Revue/Livre :ethnographiques.org - Retours aux rituels 33

Date de publication :2017

Éditeur ou organisme :Association Ethnographiques.org

Source : Cliquez ici pour consulter la publication

Titre de l’ouvrage/article :Karel Kupka et les maîtres-peintres de la Terre d’Arnhem. La biographie d’une collection d’art aborigène

Revue/Livre :Gradhiva, v.12

Pages :pp. 198-217

Date de publication :2010

Titre de l’ouvrage/article :« Murayana va à Garma cette année ! » : cérémonies publiques et rituels contemporains du nord-est de la Terre d’Arnhem (Australie)

Revue/Livre :Journal de la Société des Océanistes, n°132

Pages :pp. 123-134

Éditeur ou organisme :Société des Océanistes