Changer de langue :

18 décembre

Grands témoins

Les séances exceptionnelles de Grands Témoins invitent des acteurs du monde, artistes, savants et philosophes, à témoigner de leurs parcours, de leurs expériences vécues et de leur recherche intérieure.

L’écrivain Maylis de Kerangal est l’auteur de nombreux romans remarqués et multi-récompensés ; le chanteur et saxophoniste camerounais Manu Dibango, a révolutionné le monde du world jazz ; l’anthropologue Roberte Hamayon, référence du chamanisme, a sillonné la Sibérie et la Mongolie ; l’artiste plasticien Ernest Pignon-Ernest est l’un des pionniers de l’art urbain en France ; et enfin, Arnaud Desplechin (sous réserve), l’un des chefs de file du cinéma d’auteur français, a révélé toute une génération de comédiens.

Maylis de Kerangal

Vendredi 23 janvier 2015, 18h30

Maylis de Kerangal débute en tant qu’éditrice jeunesse chez Gallimard, puis en fondant les éditions du Baron Perché. A partir de 2000, elle se consacre à l’écriture, et publie en 2013 le roman multi-récompensé Réparer les vivants aux éditions Verticales, où l’on suit pendant 24 heures le périple d’un cœur avant sa transplantation. Maylis de Kerangal est membre du collectif d’écrivains Inculte.

Manu Dibango

Vendredi 13 février 2015, 18h30    

Le saxophoniste camerounais Manu Dibango est le père de la « world music ». Après s’être produit partout en Afrique avec le groupe congolais L’African Jazz, Manu Dibango obtient une reconnaissance internationale en 1972 avec le tube Soul Makossa. Depuis, il tisse son patchwork coloré, entre jazz et musique africaine, et jette des ponts entre les continents.

Roberte Hamayon

Vendredi 13 mars 2015, 18h30    

Anthropologue et linguiste, Roberte Hamayon a été l'un des rares chercheurs occidentaux à pouvoir faire de la recherche de terrain en Mongolie et en Bouriatie (URSS) de 1967 à 1984. Elle s’attache ensuite à former de jeunes chercheurs sur ces pays méconnus et devenus accessibles. Ses recherches portent principalement sur la langue et la culture des peuples mongols et sibériens, ainsi que l’anthropologie du chamanisme, du jeu et du rituel.

Ernest Pignon-Ernest

Vendredi 10 avril 2015, 18h30    

L’artiste Ernest Pignon-Ernest est un précurseur du street art en France. De Nice à Soweto, il change les rues du monde en œuvres d'art éphémère depuis 1966. Il débute avec plusieurs séries politiques comme La Commune ou les Immigrés, et s’attachera ensuite à dénoncer des thèmes qui lui sont chers, comme l’apartheid, le sida, ou le rôle essentiel des femmes. Certaines de ses images, comme son Rimbaud vagabond, sont devenues de véritables icônes des temps modernes.

Arnaud Desplechin (sous réserve)

Vendredi 29 mai 2015, 18h30

Découvert grâce au moyen métrage La Vie des morts, Arnaud Desplechin fait figure de chef de file du jeune cinéma français des années 1990. Son film Comment je me suis disputé (ma vie sexuelle) révèle toute une génération de nouveaux comédiens, comme Mathieu Amalric et Emmanuelle Devos. En 2013, il réalise le film Jimmy P. (Psychothérapie d’un Indien des plaines), directement inspiré du travail de l’ethnopsychiatre Georges Devereux, et présenté en compétition au Festival de Cannes.