Changer de langue :

25 juillet

cycle Maroc

spectacle, conférences et cinéma

visuel de l'affiche du cycle Maroc Izlan

du vendredi 27 novembre au samedi 5 décembre 2009

spectacle

Izlan

chants, poésies et danses berbères. L’Atlas et le désert marocain

réalisation artistique : Alain Weber et Lahsen Hira

Ce spectacle, spécialement crée pour le musée du quai Branly, est conçu comme un hommage à la richesse poétique de la culture amazighe (berbère).

Blottie dans de petits villages disséminés dans les reliefs de l’Atlas marocain ou dans la plaine désertique du Souss, la population berbère a développé une culture remarquable par sa diversité et son éclat.

L’expression la plus profonde de l’âme berbère réside dans ces musiques et ces chants transmis d’une génération à la suivante et sans cesse réinventés. Ils s’inspirent de la beauté saisissante du paysage rural et de la dureté du quotidien, appelant un certain prosaïsme poétique.

Izlan, imurig, urar, isfra…ces différents termes issus des parlers berbères désignent ainsi l’art de la versification. Fondamentalement orale, la poésie est l'expression de gens certes souvent illettrés, mais dotés d'une clairvoyance et d’une expression littéraire infiniment riche.

La poésie dans le monde berbère est liée au chant et à la danse que régit la frappe du bendir, et reste très imbriquée au vécu villageois. Lieu d’expression de l’identité, la poésie accompagne en effet chacun de la naissance à la mort (des berceuses aux chants funèbres), ponctue les travaux quotidiens (labours et moissons), anime et dirige les rites et les passages initiatiques (mariage), constitue le cœur battant des cérémonies festives (ahwach et autres danses collectives)…

Le poète ou la poétesse se révèlent ainsi être de véritables portes paroles ; ils se font l’écho des difficultés de leur communauté d’appartenance, tout en formulant ses sentiments, sa morale, sa vision du monde et ses diverses prises de position face aux réalités locale, nationale, voire internationale. Car, s’il existe une poésie berbère du monde rural, il en est une autre, citadine et empreinte d’une modernité cosmopolite…

Avec Raysa Fatima Tabaamrant, Rays Said Outajjajt, Rays Moulay Hmad Ihihi, les Cheikhates du Moyen Atlas, Mint Aichata.

calendrier

8 représentations au Théâtre Claude Lévi-Strauss

  • vendredi 27 novembre 20h
  • samedi 28 novembre 2009 20h
  • dimanche 29 novembre 2009 17h
  • mardi 1er décembre 2009 20h
  • mercredi 2 décembre 2009 20h
  • jeudi 3 décembre 2009 20h
  • vendredi 4 décembre 2009 20h
  • samedi 5 décembre 2009 20h

tarifs et réservation

voir les tarifs spectacles…

réserver vos places...

écouter un extrait : Mint Aichata

écouter un extrait : Rayssa Fatima Tabaamrant

l'album Taghlaghalt ou l'écho de l'Atlas, dont est extrait ce morceau, est en vente à la librairie du musée.

autour du spectacle

  • conférences, table-ronde et cinéma autour d’Izlan

dimanche 29 novembre 2009 15h

conférence-rencontre animée par Lahsen Hira, conseiller artistique et professeur d’anthropologie à l’Université Hassan II Mohammedia du Maroc

avec la participation de la Raysa Fatima Tabaamrant

Cette conférence se veut une introduction à la poésie des rwayes, distincte de celle qu’on associe aux danses collectives villageoises. Leur répertoire est riche en enseignement non seulement sur l’évolution de la société marocaine mais également sur les problématiques contemporaines. Les textes de la Raysa Fatima Tabaamrant en est la parfaite illustration ; elle évoquera son expérience aux côtés de Lahsen Hira. Cette conférence se veut une introduction à la poésie des rwayes, distincte de celle qu’on associe aux danses collectives villageoises. Leur répertoire est riche en enseignement non seulement sur l’évolution de la société marocaine mais également sur les problématiques contemporaines. Les textes de la Raysa Fatima Tabaamrant en est la parfaite illustration ; elle évoquera son expérience aux côtés de Lahsen Hira.

salle de cinéma - accès libre dans la limite des places disponibles

mardi 1er décembre 2009 18h

conférence : les arts chorégraphiques amazighes au Maroc, par Fatima Boukhris, chercheur en arts et lettres, associé à l’IRCAM (Institut Royal de la Culture Amazigh du Maroc)

salle de cinéma - accès libre dans la limite des places disponibles

mercredi 2 décembre 2009 18h

conférence : la langue et la culture amazighes au Maroc : situation présente et perspectives, par Ahmed Boukous, recteur de l’IRCAM (Institut Royal de la Culture Amazigh du Maroc)

salle de cinéma - accès libre dans la limite des places disponibles

vendredi 4 décembre 2009 18h

projection du film Tihiyya, d’Altit Larbi (1994, production Amazigh Warda Vision). Film largement inspiré de la vie de la Raysa Fatima Tabaamrant.

durée 1h10, VO sous-titrée en français

Réalisé par un jeune cinéaste soucieux de favoriser la production audiovisuelle de langue tamazight, ce film trace l’histoire de la chanteuse Fatima Tabaamrant. Après une enfance orpheline, elle est mariée de force par son père, puis quitte le foyer conjugal pour se réfugier dans le milieu des artistes rwayes installés en ville…

salle de cinéma - accès libre dans la limite des places disponibles

samedi 5 décembre 2009 17h

  • musiques amazighes et immigration

table-ronde en présence de Driss El Yazami, président du Conseil de la Communauté Marocaine à l’Etranger (CCME), Ahmed Aydoun, musicologue, Claude Lefébure, ethnologue et chercheur au CNRS  et d’Alain Weber, conseiller artistique.

A la suite du grand Raïss Lhadj Belaïd qui avait chanté l’immigration dès les années 1930 et fait une tournée en France à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, le thème de l’exil et de ses tourments à été repris par nombre d’autres chanteurs. La table-ronde abordera les principales thématiques explorées par ces chanteurs ainsi que les évolutions de la chanson amazighe marocaine à propos de l’émigration.

  • modérateur : Emilie Joulia, auteur et journaliste en sciences-humaines à Canal Académie.

théâtre Claude Lévi-Strauss - accès libre dans la limite des places disponibles