Changer de langue :

  • Fr
  • En
  • Es

20 décembre

Transes et désordres

du vendredi 8 au dimanche 17 juin 2012

En écho à l’exposition Les Maîtres du désordre, le théâtre met en lumière certaines des traditions chamaniques et cultes de possession qui se caractérisent bien souvent par une forte dimension spectaculaire : des êtres humains, prêtres ou simples initiés, sont habités le temps d'un rituel par un esprit ou une divinité et se retrouvent à jouer un rôle dans un théâtre dont la dramaturgie, les règles et les codes varient selon les cultures.

En partenariat avec la Maison des Cultures du Monde, c’est la tradition indienne du Sankirtana, rituel vishnouite rarement présenté à l’étranger, qui est à l’honneur du 8 au 10 juin 2012.

Deuxième spectacle du cycle, Au cœur du Nil soufi présente une cérémonie soufie d’un village de Haute Egypte, entre le 13 et le 17 juin 2012.

Enfin, différentes activités sont proposées par la compagnie du chorégraphe et danseur Pedro Pauwels autour de La Danse de la sorcière de Mary Wigman et accompagnent, en accès libre, ces deux spectacles, du 15 au 17 juin 2012.

Tarifs et billetterie

Tarifs des spectacles :

- tarif plein : 15 €

- tarif réduit : 10 €

Réservations :

- au musée du quai Branly (pour Sankirtana et Nil soufi) : 01 56 61 71 72, du lundi au vendredi, de 10h à 16h

- à la Maison des Cultures du Monde (pour Sankirtana), à partir du 14 février 2012 : 01 45 44 72 30, du mardi au vendredi, de 14h30 à 18h00, et sur www.festivaldelimaginaire.com

acheter vos billets pour Nil soufi (vers le site Fnac Spectacles, nouvelle fenêtre)

Les billets pour les spectacles Sankirtana et Nil soufi donnent accès aux collections permanentes du musée et à l'exposition Les Maîtres du désordre, le jour du spectacle.

Sankirtana, chants et tambours rituels du Manipur - Inde

Rituel du Sankirtana © Maison des Cultures du Monde, photo François Guénet, 2011
Rituel du Sankirtana © Maison des Cultures du Monde, photo François Guénet, 2011
Rituel du Sankirtana © Maison des Cultures du Monde, photo François Guénet, 2011
Rituel du Sankirtana © Maison des Cultures du Monde, photo François Guénet, 2011

vendredi 8, samedi 9 juin 2012 à 20h
dimanche 10 juin à 17h

théâtre Claude Lévi-Strauss

Sankirtana, ou Nata Sankirtan, est le nom d’une cérémonie rituelle particulière aux communautés hindoues du Manipur, état du Nord-est de l’Inde.

Nata veut dire "danse" et sankirtana signifie "chant en chœur de forme responsoriale". Le Sankirtan est un cercle de prières, une glorification de la déité par des chants, des danses, de la cantillation et une virtuosité dans le jeu des tambours. Dans d’autres traditions, dans d’autres cultures, c’est par la répétition du nom de la divinité que le chantre lui rend hommage et peut chercher à l’atteindre. Dans cette tradition de l’hindouisme vishnouite, c’est dans la récitation et le chant de textes qui évoquent Krishna que l’hommage est rendu.

Présent à toutes les étapes qui marquent le cycle de la vie, le rituel du Sankirtana accompagne les hommes depuis leur naissance jusqu’à la mort, ainsi que lors de toutes les fêtes religieuses, notamment celles qui ont lieu au moment des équinoxes.

Rarement présenté à l’étranger, et jamais dans sa forme intégrale, le Sankirtana est un joyau du patrimoine culturel immatériel qui subjugue par la beauté des voix et des chants, des danses et des rythmes qui s’accélèrent en crescendo, et l'expression gestuelle d’une sobriété élégante et épurée.

En savoir plus sur le site internet de la Maison des Cultures du Monde

Au cœur du Nil soufi

Nil soufi © Alain Weber
Nil soufi © Alain Weber
Nil soufi © Alain Weber
Nil soufi © Alain Weber

mercredi 13 juin 2012 à 19h
jeudi 14, vendredi 15, samedi 16 juin à 20h
dimanche 17 juin à 17h

théâtre Claude Lévi-Strauss

Une cérémonie dans un village de Haute-Egypte, dans la région de Louxor

Avec les munshiddin (chanteurs religieux) Sheir Hamid Hossein Ahmad, Sheikh Saoud et Sheikh Ghanan, ainsi qu’une quinzaine d’artistes.

Ce spectacle introduit par des images filmées, nous entraine dans l’univers des dhikr-s et hadra-s  (les cérémonies soufies), un univers qui, grâce à la richesse des traditions populaires de Haute-Egypte,  est unique dans le monde arabe.

Sur la place d'un village, une scène rudimentaire est dressée. Quelques bancs de bois accolés, des guirlandes d'ampoules en guise d'éclairage... La voix du munshid  domine, sans cesse refaçonnée, privilégiant avant tout l'émotion loin du formalisme académique. Il recherche avant tout à communiquer ses sentiments, il recherche l'extase. En face, comme les guerriers d'une tribu antique, les hommes enturbannés penchent lentement leurs corps de gauche à droite, d'avant en arrière, c'est l'ébauche d'un tournoiement intense des bras et des épaules. La respiration haletante et saccadée devient anarchique et bientôt exultante et expiatoire.

Réalisation artistique : Alain Weber 

dimanche 17 juin à 17h

Le musée du quai Branly, en collaboration l’association Accès Culture, propose pour les personnes en situation de handicap visuel un programme sonore et un livret à grands caractères et en braille du spectacle, avec des informations de contexte et de mise en scène sur l’expérience musicale qu’ils s’apprêtent à vivre.

La version sonore de ce programme sera diffusée par casques individuels avant le début de la représentation. Les casques sont à retirer à l'accueil du théâtre.

En savoir plus sur l'association Accès Culture

Réservations par mail : accessibilite.reservation(at)quaibranly.fr

Projet Sors : autour de la "Danse de la sorcière" de Mary Wigman

du vendredi 15 au dimanche 17 juin 2012

Proposé par le chorégraphe Pedro Pauwels. 

Au programme : conférences, projections, ateliers et étapes de présentation

en accès libre, dans la limite des places disponibles

Le danseur et chorégraphe Pedro Pauwels travaille sur un projet de création chorégraphique autour du solo mythique de Mary Wigman La danse de la sorcière, dont il reste une version filmée datant de 1929. Qui sont aujourd’hui les « Maîtres du désordre » ? Comment les chorégraphes contemporains conçoivent-ils la construction d'un équilibre entre sagesse et excès, règle et transgression ? Entre forces positives du chaos dans l’intérêt du « vivre ensemble », et détournement de ces énergies troublantes, comment les chorégraphes s’emparent-ils aujourd’hui de ces questions ?
À partir de La Danse de la sorcière de Mary Wigman, plusieurs chorégraphes sont invités à questionner les rôles du rythme, de l’énergie et du geste au service d’un art de l’envoûtement, de l’enchantement et de la passion et construisent, avec Pedro Pauwels, leur vision chorégraphique d’un sorcier(ère) d’aujourd’hui. C’est la présentation d’étapes de ce projet - avant la création chorégraphique proprement dite en 2013 –  qui sont proposées au public en accès libre, pour ouvrir le cycle Transes et désordres aux questionnements artistiques contemporains.

Vendredi 15 juin 2012

18h30 : conférence

Visages de la transe, par Annie Suquet

De l'exploration du tournoiement hypnotique et de la chute répétée chez l'Allemande Mary Wigman, à celle de l'envoûtement rythmique chez les chorégraphes afro-américains Asadata Dafora et Katherine Dunham, les techniques de la transe constituent des jalons importants dans l'évolution des visages de la modernité en danse.

Samedi 16 juin 2012

14h30 : work in progress

Autour du solo « Sors » interprété par Pedro Pauwels et chorégraphié par Carlotta Ikeda, projet de relecture(s) du solo mythique La Danse de la Sorcière (Hexentanz I, 1914, et Hexentanz II, 1926) de Mary Wigman.

Avec Pedro Pauwels, Annie Suquet, Claire Rousier et Gyohei Zaitsu.

16h30 : atelier

Tours et étourdissements / chutes et pertes de conscience, par Pedro Pauwels

16h30 : atelier

Les figures de l'obscur, par Gyohei Zaitsu

16h30 : atelier

Rythmes et transes, par Elsa Wolliaston

18h30 : improvisations

avec Gyohei Zaitsu, Elsa Wolliaston et Pedro Pauwels, à partir des thèmes de leurs ateliers

Dimanche 17 juin 2012

14h30 : conférence

Danses de possession, transe rythmique, extase : la danse moderne en quête du "primitif", par Annie Suquet

15h : atelier pour les enfants

par Pedro Pauwels

15h30 :  projections de la Cinémathèque de la danse

La place de l’occultisme comme source d'inspiration chorégraphique

Séance de projection proposée par