Changer de langue :

  • Fr
  • En
  • Es

17 septembre

salons de musique de septembre à décembre 2012

informations pratiques

  • théâtre Claude Lévi-Strauss
  • accès libre dans la limite des places disponibles, sur présentation d'un billet d'entrée au musée

Festin d'Oreille, concert cuisine spectaculaire du collectif Arfi

Image du Festin d'Oreille - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Festin d'Oreille (c) collectif Arfi
Image Séduction du Palais - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Séductions du palais (c) musée du quai Branly, photo Thomas Duval

samedi 8 septembre 2012 à 18h

France / Chine

En lien avec l'exposition Les Séductions du Palais. Cuisiner et manger en Chine

Pour célébrer la cuisine chinoise, les musiciens de l’Arfi (Association à la Recherche d’un Folklore imaginaire), le cuisinier lyonnais Jean Brouilly et la cuisinière chinoise Kim Siew-Ngoh proposent une séance exceptionnelle de concert-cuisine. En duo, les chefs orchestrent le mariage des saveurs et le tempo des épluchages et des cuissons, au son de la batterie, de la trompette ou du saxophone. Sous l’œil malicieux de Nico Tico (caméras et dispositif vidéo), le tout donne une musique d’inspiration jazz, créative et spontanée, rythmée par les gestes, toujours magiques, des deux cuisiniers. Tour à tour spectateur et acteur, le public participe activement à la fête : il est invité à humer et goûter quelques-uns des mets préparés par le duo toqué.

L’Arfi est subventionnée par la Drac Rhône-Alpes, la Région Rhône-Alpes, la Ville de Lyon et la Sacem.

Mukhtiyar Ali et Mathias Duplessy

dessin de Mukhtiyar Ali et Mathias Duplessy - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Mukhtiyar Ali et Mathias Duplessy

samedi 13 octobre 2012 à 18h

Inde / France

1ère partie Mukhtiyar Ali chante « Kabir Bhajan, Chants dévotionnels de Kabir »
2ème partie Mukhtiyar Ali et Mathias Duplessy

Charmeurs, insolents de beauté et de virtuosité, les musiciens et poètes du Rajasthan ont la majesté de leur environnement et portent en eux l'une des traditions les plus brillantes du continent indien. Au nord-ouest de Bikaner vit la caste semi-nomade des mirasi (du mot arabe « héritage »), caste convertie à l’islam qui chante depuis 800 ans le « Sufiana Qalam » la parole soufie et mystique des grands poètes. Dans une première partie, le chanteur mirasi Mukhtiyar Ali rend hommage à Kabir (né à Bénarès, vers 1440), dont il aime particulièrement chanter la poésie. Totalement dévoué à son art, Mukhtiyar Ali porte en lui la simplicité et l’exaltation du vrai poète de transmission orale. Il est rejoint, pour une deuxième partie, par le multi-instrumentiste et compositeur français Mathias Duplessy.

Crossing Roper Bar

les Young Wägilak, dans Crossing Roper Bar - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Crossing Roper Bar (c) DR
 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Crossing Roper Bar (c) DR

samedi 10 novembre 2012 à 18h

Australie


En lien avec l’exposition Aux sources de la peinture aborigène, Australie – Tjukurrtjanu
La rivière Roper traverse les terres des peuples aborigènes Mangarayi et Yungman. Avant d’atteindre le golfe de Carpentaria, elle passe en terre d’Arnhem par la ville de Ngukurr, isolée du reste du monde pendant la saison des pluies. Le reste de l’année, Roper Bar désigne le point de passage de la rivière qui permet de rejoindre Ngukurr.

logos

Depuis 2005, le projet Crossing Roper Bar nait des échanges réguliers entre le groupe Young Wägilak, de Ngukurr, et les musiciens de jazz de l’Australian Art Orchestra, basé à Melbourne. A travers la musique, Crossing bar Roper opère un mariage électrisant entre « très ancien » et « très nouveau », et rend hommage au pays, aux rituels et à la puissance de la musique comme outil pour construire des ponts entre les cultures, les époques et les espaces. Au cœur du projet, on trouve le manikay : cycle de chants de la région d’Arnhem, il représente l’une des plus anciennes traditions musicales de la planète.

Sidikiba Coulibaly Trio : le chant profond du Mandé

(c) photo Suzy Mazzanisi - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
(c) photo Suzy Mazzanisi
(c) photo Suzy Mazzanisi - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
(c) photo Suzy Mazzanisi

samedi 15 décembre 2012 à 18h30

Mali

Sidikiba Coulibaly est un des plus brillants chantres de la confrérie des chasseurs du Mandé, entre le Mali et la Guinée. Musicien autodidacte, il a fait avancer les techniques de l’antique harpe-luth simbi, allant jusqu’à rajouter des cordes à l’instrument pour lui permettre d’exprimer ses idées musicales.
Le trio a été créé à l’automne 2011 avec Samba Diabaté, l’un des plus brillants guitaristes de Bamako, également joueur de jeli n'goni (guitare traditionnelle des griots mandingues), et Vincent Zanetti à la guitare et aux percussions.

Pour en savoir plus


En collaboration avec le festival Africolor