Changer de langue :

21 août

salons de musique de janvier à mars 2013

informations pratiques

  • théâtre Claude Lévi-Strauss
  • accès libre dans la limite des places disponibles, sur présentation d'un billet d'entrée au musée

Dörvön Berkh, quatre Maîtres de chant diphonique mongol

Dörvön Berkh (c) DR

samedi 12 janvier 2013 à 18h

Mongolie

En mongolie, « Dörvön Berkh » désigne un coup rare, dans le jeu d’osselets, qui porte chance et qui présage un bel avenir. Comme les 4 osselets nécessaires pour parvenir au « Dörvön Berkh », le quatuor du même nom rassemble quatre chanteurs diphoniques parmi les plus célèbres de Mongolie, dans la région de Xovd et d’Oulan Bator : Nanjidiin Sengedorj, Baatariin Odsuren, Dashdorjiin Tserendavaa, Nerguigiin Ganzorig. La rencontre est inédite, car s’il existe plusieurs maîtres de xöömij, peu d’entre eux partagent la même scène. Ce projet a été lancé en 2007 par Johanni Curtet, spécialiste du xöömij .

Une occasion de découvrir, entre tradition et modernité, la magie et l'acrobatie vocale diphonique avec des chants longs urtin duu, des chants courts bogino duu, des chants de louanges magtaal,  des sifflements isgeree, accompagnée des vièles cheval, luths tovshuur et de la flûte tsuur.

Voir un extrait vidéo

Autour du concert:

  • samedi 12 et dimanche 13 janvier: master class de chant diphonique proposé par les maîtres invités, pour s'initier aux particularités du chant diphonique mongol sur deux séances de deux heures. Accès libre dans la limite des places disponibles.
  • samedi 12 janvier, à 16h : projection du documentaire Maîtres de chant diphonique, réalisé par Jean-François Castell (53 min). Salle de cinéma, entrée libre dans la limite des places disponibles

Mathias Delplanque & E’ joung-Ju

duo Mathias Delplanque & E Joung-Ju (c) Leraf.com - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
duo Mathias Delplanque & E Joung-Ju (c) Leraf.com

samedi 23 février 2013 à 18h

Corée / France

E’Joung-Ju est une musicienne coréenne vivant en France. Elle joue du gômungo, instrument traditionnel coréen à 6 cordes. Mathias Delplanque est un musicien électronique français né à Ouagadougou, au Burkina Faso. Leur point commun : un désir insatiable de nouveauté, d’expérience et d’ouverture musicale. Depuis 2010, leur duo confronte les sonorités ancestrales du gômoungo à des textures, des rythmes et des traitements électroniques.
Par-delà la rencontre de deux pratiques instrumentales séparées par des siècles d’histoire, leur création s’impose comme une forme originale, allant puiser du côté du blues, des musiques africaines ou jamaïcaines, de l’ambient, du bruitisme… Hypnotique, chaleureuse, voyageuse, dansante ou méditative, leur musique est un folk imaginaire et apatride qui séduira les amateurs de sonorités hybrides et aventureuses.

Yom & Wang Li

Yom & Wang Li (c) Thomy Keat - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Yom & Wang Li (c) Thomy Keat

samedi 30 mars 2013 à 18h

France / Chine

Coup de foudre artistique entre Yom et Wang Li qui se sont rencontrés à Paris, précisément au musée du quai Branly. Leurs univers artistiques si différents - clarinette klezmer et guimbarde chinoise!- ne les prédestinaient pourtant pas à composer ensemble.
Wang Li fait de la guimbarde son instrument de prédilection, se construisant progressivement une identité sonore de quête et de liberté. Ses influences occidentales et le sang oriental qui coule dans ses veines se livrent bataille. Son imaginaire est porteur de résonances à la fois intimes et universelles. Reconnu comme un des grands virtuoses de la clarinette klezmer, Yom s’est affranchi de la tradition tout en la respectant. Une voie qu’il poursuit avec son dernier album sur lequel on retrouve sept musiciens virtuoses issus des « musiques du monde », dont Wang Li. Yom représente cette recherche d’un langage fondateur perdu et d’un langage à créer, celui des peuples qui se nourrissent, s’enrichissent et affirment leur identité dans l’échange avec l’Autre.