Changer de langue :

  • Fr
  • En
  • Es

20 avril

Concerts 2013-2014

Les concerts du théâtre Claude Lévi-Strauss invitent des musiciens aux univers singuliers et aux inspirations plurielles, et qui, ancrés dans des traditions musicales ou culturelles, les revisitent et en proposent de nouvelles approches.

A Tribe Called Red

A Tribe Called Red © Pat Bolduc - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
A Tribe Called Red © Pat Bolduc

Samedi 19 avril 2014, 19h

Canada

Originaires d'Ottawa, les trois DJ et producteurs autochtones (Cayuga et Odjibwe) de A Tribe Called Red sont les créateurs d'un son unique sur la scène électronique et la culture club mondiale. Le groupe, composé de DJ Shub, DJ NDN et de Bear Witness, mêle chants et rythmes traditionnels de pow wows - rassemblements avec chants, musiques et danses nord-amérindiennes - à la musique électronique de pointe.

Depuis le lancement de leur album éponyme, en mars 2012, A Tribe Called Red est devenu l'un des visages de la renaissance de la jeunesse urbaine autochtone qui défend son héritage, et s'exprime sur les questions qui touchent leur communauté tout en étant intégrée dans le monde et la création contemporaine. Leurs soirées mensuelles Electric Pow Wow à Ottawa, font la promotion du talent de la culture autochtone tout en remettant en question, avec humour, les références et les clichés relatifs aux populations amérindiennes. À ce titre, Bear Witness tient un rôle double au sein du groupe, puisqu'il est aussi artiste visuel et créé des vidéos qui empruntent à l'imagerie stéréotypée des amérindiens dans la culture pop et dans le cinéma. Associées à la musique du groupe, ces vidéos permettent de critiquer et de sensibiliser les spectateurs à l'histoire et au combat des Amérindiens contre le racisme et pour leur reconnaissance.

L'album A Tribe Called Red (mars 2012) a été sélectionné par le prestigieux prix de musique canadien Polaris et fait également partie du palmarès des dix meilleurs albums de l'année du Washington Post. Leur deuxième opus, Nation II Nation (mai 2013) fait partie des dix finalistes pour le prix Polaris et a gagné le "Aboriginal People Choice Music Award" pour le meilleur groupe, meilleur réalisateur, meilleur album de l'année et meilleure pochette.

Avec :
DJ Shub
DJ NDN
Bear Witness

  • à 19h, au foyer du théâtre Claude Lévi-Strauss
  • accès au concert sur présentation d'un billet d'accès au musée (collections ou expositions, valable le jour même)

Autour du concert :

Mini-set dans le cadre du BEFORE Indiens des Plaines

  • vendredi 18 avril 2014

Rencontre avec les DJs de A Tribe Called Red

En parallèle de leur DJ set au musée, DJ Shub, DJD NDN et Bear Witness proposent une rencontre avec le public autour de leur démarche en tant qu'artistes et en tant que citoyens américains: autour de leur réflexion sur la condition des Amérindiens dans la société contemporaine d'Amérique du Nord, A Tribe Called Red contribue à une prise de conscience nouvelle, loin des clichés qu'on peut s'en faire ici...

  • samedi 19 avril 2014, à 16h en salle de cinéma
  • en accès libre, dans la limite des places disponibles

Erol Josué

Erol Josué © Alex Troesch - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Erol Josué © Alex Troesch

Dimanche 11 mai 2014, 17h

Haïti

Prêtre vodou, comédien, chanteur et danseur, Erol Josué est, tels les Esprits du vodou qui l’habitent, un étrange télescopage de temps et de géographies. Véritable bête de scène, le corps et les chants d’Erol sur les planches déplacent les séparations codifiées entre musique et chorégraphie en un spectacle complet, en une prise de possession de l’espace-temps : réécriture des chants vodous, contredanses, mélopées intimistes et autres surprises de conteur-amateur de chansons françaises, nourrissent chaque spectacle en une expérience unique.
Personnalité mosaïque et perpétuellement renouvelée au gré de ses migrations, Erol Josué a été nommé, en octobre 2012, directeur Général du Bureau National d’Ethnologie en Haïti. Sa fonction de fédérateur du patrimoine immatériel du vodou nourrit désormais ses prestations scéniques, avec sérénité et intelligence, de manière singulière, et avec humour.
En quintette, Erol Josué appelle les esprits d’Haïti, royaume du « réel merveilleux » cher à Malraux, en une version transgressée et particulièrement radicale, grâce notamment à l’apport des guitares saturées et minimalistes d’un improvisateur historique : Jean-François Pauvros (participation Moebius, Siegfried Kessler, Arto Lindsay, et de nombreuses musiques de films).

Avec :

Erol Josué, chant, danse, compositions
Jean-François Pauvros, guitares
Jorge Bezerra, percussions
Arthur Simonini, violon et clavier
Frank Nelson, guitare basse

  • à 17h au théâtre Claude Lévi-Strauss 
  • accès au concert sur présentation d'un billet d'accès au musée (collections ou expositions, valable le jour même)

Autour du concert :

Masterclass d’Erol Josué
Initiation et approches des figures du vodou, de leur symbolique et leur gestuelle, à travers les chants et danses de l’univers vodou.

  • de 13h à 14h30, au foyer du théâtre
  • en accès libre au public, dans la limite des places disponibles

Christine Salem

Christine Salem © Agence Vekha - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Christine Salem © Agence Vekha

Dimanche 8 juin 2014, 17h

La Réunion

C’est une des rares voix féminines du maloya, une personnalité charismatique et forte. Accompagnée d’un kayanm, son instrument fétiche, Christine Salem promène sa voix grave et son chant en créole, malgache, comorien ou swahili au gré d’un maloya qui prend aux tripes, mélangeant subtilement musique de l’océan indien et rythmes africains.
Avec l’école buissonnière en guise de clé des champs, elle se lance passionnément dans le chant et compose son premier morceau (un blues en anglais) à 12 ans. Accompagnée d’une guitare, Christine chante alors le séga, le blues et le maloya dans la rue. Dans ce pays maloya où les morts parlent aux vivants, elle remplit ses cahiers d’écriture, jusqu’à fonder le groupe Salem Tradition à trente ans. 
Après son succès au Festival Sakifo de La Réunion et des passages remarqués aux Francofolies de La Rochelle, Christine Salem a déjà 5 albums à son actif, dont le dernier, Salem Tradition, en référence à son ancien groupe, sorti le 28 janvier 2013 et sur lequel figurent deux titres enregistrés avec Moriarty.

Avec :
Christine Salem, chant, kayanm
Harry Perigone, choeur, percussions
David Smith, chœur, roulèr, congas
David Abrousse, djembé, dundum, tama

  • théâtre Claude Lévi-Strauss
  • accès au concert sur présentation d'un billet d'accès au musée (collections ou expositions, valable le jour même)

Les concerts passés de la saison 2013-2014 :

Guy Konkèt © DR - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Guy Konkèt © DR

Hommage à Guy Konket

Dimanche 29 septembre 2013, 17h

Guadeloupe

Icône et âme du gwoka, Guy Konket, musicien unique et engagé, homme libre, compte parmi les artistes essentiels de la Guadeloupe contemporaine. Pour rendre hommage à ce grand maître du gwoka qui s’est éteint le 23 mai 2012, des artistes se réunissent et chantent la Gwadloup doubout’. Sous la direction artistique du maître ka Roger Raspail et dans une mise en scène d’Antoine Léonard-Maestrati, des maîtres du tambour ka venus de Guadeloupe et d’ailleurs participent à cet hommage. Aux côtés de ces gardiens du temple, de nombreux musiciens et chanteurs ayant accompagné Guy Konket viennent prêter leurs voix et faire entendre les compositions de Konket.

Avec :
Likibé Séjor, Dédé Saint-Prix, Gilbert Anastase, Dominik Coco, Jakline Etienne, Mariann Mathéus, Gérald Toto, Fred Epaminondas, Catherine Humblot, Nefta Poetry Reinette, Max Diakok, Jacques Schwarz-Bart, Franck Nicolas, Isabelle Theillout, Rosine Pougeole, Patrick Pujol, Tony Nuissier, Francis Hatilip, Franck Curier, Renaud Trinidad Spielmam, Eric Vincenot, José Curier, Patrick Nuissier, Rony Olanor, Harold Abraham, Sha Naly, Marie-Céline Chroné, Gérald Toto,
Armand Achéron, Cyrille Domont, Michel Halley, Alfred Gatibelza, Jean-Marie Dias, Gérard Pomer.

Direction artistique : Roger Raspail - Mise en scène : Antoine Léonard-Maestrati - Décor et graphisme : Béatrice Mélina / Mara Greco - Organisation : Les Amis de Guy Konket / Association R.E.A.L.I. Concert dans le cadre du GwokajazzFestival de Paris (27-29 septembre, New Morning) 

Xalam

Xalam © DR - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Xalam © DR

Dimanche 8 décembre 2013, 17h

Sénégal

Groupe référence de la scène sénégalaise, Xalam, fondé en 1969, a marqué de son empreinte les années 1980 et 90 avec des albums comme Gorée, Apartheid, Adé, Soweto, Xarit, Wam sabinam, et de nombreuses tournées internationales. Cuivres, batterie, percussions africaines, basse, guitare électrique et claviers se côtoient sur scène dans un mix explosif, entre jazz, musique traditionnelle africaine, et afro-beat.Le groupe prépare la sortie d’un nouvel album courant 2014. Ce concert  sera l’occasion de redécouvrir de nombreux standards du groupe.

Les Violons Barbares

Violons barbares © Simon Frey - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Violons barbares © Simon Frey

Dimanche 9 mars 2014, 17h

Mongolie - Bulgarie - France

Les Violons Barbares, c'est la preuve par trois que la culture dont chacun est dépositaire peut s'enrichir sans crainte des apports de l'autre. Dans le trio musical formé par les deux violonistes Dandarvaanchig Enkhjargal dit "Epi" (Mongolie), Dimitar Gougov (Bulgarie) et du percussionniste Fabien Guyot (France), les disparités géographiques s'estompent pour devenir une source d'enrichissement et de création. Dandarvaanchig Enkhjargal joue du morin khoor, un violon à deux cordes de son pays, orné d'une tête de cheval, Dimitar Gougov, lui, joue de la gadulka, un instrument comportant trois cordes mélodiques et onze cordes sympathiques. Fabien Guyot, quant à lui, joue sur tout ce qui est susceptible de produire du son, du tambour africain ou maghrébin aux saladiers et bouillottes.

Merveilleusement bien interprétée, la musique des Violons Barbares offre une synergie rythmique étonnante et une capacité à mettre en symbiose traditions et apports contemporains, tout en nous faisant voyager dans une palette d'émotions contrastées. La démarche du trio initiée il y a quelques années dans le cadre de rencontres de violon traditionnel, propose un superbe voyage à travers la complicité de vastes étendues musicales faites de découverte, de tolérance et d'ouverture.

Avec :

Dandarvaanchig Enkhjargal, dit "Epi", morin khoor, chant diphonique
Dimitar Gougov, gadulka, chant  
Fabien Guyot, percussions de tous horizons, chant

  • à 17h au théâtre Claude Lévi-Strauss
  • accès au concert sur présentation d'un billet d'accès au musée (collections ou expositions, valable le jour même)

Rabih Abou-Khalil Trio

Rabih Abou-Khalil ® Gert Rickamnn-Wunderlich - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Rabih Abou-Khalil ® Gert Rickamnn-Wunderlich

Samedi 8 février 2014, 18h

Liban

Rabih Abou-Khalil crée une musique qui concilie Orient et Occident. Plus exactement, il mène une recherche musicale qui associe plusieurs traditions, musique arabe, jazz et blues. Cette implication aux traditions multiples l'amène à projeter sa musique vers un devenir inventif.
Libanais, né à Beyrouth, Rabih Abou-Khalil y a étudié la musique arabe et orientale à l'Académie des Arts. La guerre civile en 1978 l'exile à Munich où il étudiera la musique européenne. Il va rapidement disposer d'un jeu musical original. La musique arabe devient un genre musical moderne grâce à ses improvisations qu'il exprime dans un contexte influencé par le jazz. Tout en gardant ses racines musicales vivantes, ses compositions n'optent pas pour autant les mesures en 4/4 ou 3/4, mais plutôt des métriques issues de la tradition arabe, turque ou perse, en 5/8, 7/8 ou 11/8, au service de mélodies orientales. Le choix de deux complices de longue date pour former ce trio original nous promet échanges improvisés de haut vol et son collectif de qualité.

Un concert du Festival Sons d’Hiver

Avec :

Rabih Abou-Khalil oud, composition
Luciano Biondini, accordéon
Jarrod Cagwin, batterie, percussions