Changer de langue :

24 septembre

l'artiste en ethnographe

  • samedi 26 et dimanche 27 mai 2012
  • 9h30-19h00
  • Théâtre Claude Lévi-Strauss
  • en accès libre et gratuit, dans la limite des places disponibles, traduction simultanée

Colloque international co-organisé par le département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly, Morad Montazami, Aliocha Imhoff et Kantuta Quiros en partenariat avec « Le peuple qui manque ».

L’artiste en ethnographe propose un symposium, accompagné de projections et lectures, s’intéressant au tournant ethnographique de l’art contemporain. En croisant ethnographie réflexive, théorie culturelle et pratiques artistiques et muséales, ces rencontres proposent un état des lieux. De nombreux artistes, cinéastes, historiens de cinéma et anthropologues français et étrangers confronteront leurs points de vue sur les thèmes suivants : - Autoréflexivité et expérimentation, - contrats et enjeux de pouvoir, - récits fictions écritures, - musées, archives expositions.

consulter et télécharger le programme du colloque (format pdf)

écouter les interventions du colloque

session du 26 mai à 10H : Autoréflexivité et expérimentation (durée : 2h50)

Introduction par les commissaires Kantuta Quiros & Aliocha Imhoff

Comme l’a montré Catherine Russell dans l’ouvrage Experimental Ethnography (1999), riches sont les recoupements entre l’histoire du film ethnographique et celle du cinéma expérimental.

De par sa propension à l’autoréflexivité, le cinéma expérimental a notamment pu ouvrir à une décolonisation de l’oeil de l’ethnographe et une démultiplication des points de vue, inventant des dispositifs pour dénaturaliser l’évidence du visible et retracer les phénomènes du terrain non solubles dans la narration.

Modération : Erik Bullot, cinéaste et théoricien
Morad Montazami, historien de l’art contemporain, EHESS, Paris
Trinh T Minh-ha, cinéaste, théoricienne, Université de Californie, Berkeley
Karen Mirza & Brad Butler, artistes, Londres

 

Les fichiers audio du site sont consultables à l'aide du plugin Flash. Vous pouvez le télécharger gratuitement à l'adresse suivante : http://www.macromedia.com/go/getflashplayer_fr.

session du 26 mai à 14h : Contrats et enjeux de pouvoir (durée : 3h30)

Nombreux furent les débats internes à l’anthropologie pour décoloniser le regard scientifique sur les sujets observés. Des célèbres thèses de James Clifford, proposant de considérer l’ethnographie comme un « agencement hiérarchique de discours », au « déni de co-temporalité » pointé par Johannes Fabian, les bases théoriques ne manquent pas. Les artistes contribuent à reposer les questions d’autorité (discours monologique, dialogique, polyphonique, etc.) poussant l’autocritique jusqu’à s’inclure eux-mêmes dans les structures du pouvoir.

George Marcus, anthropologue, UC Irvine, Californie
Ariella Azoulay, philosophe, photographe et documentariste, Université Bar-Ilan, Tel-Aviv
Faye Ginsburg, anthropologue, Université de New York
T.J. Demos, historien de l’art contemporain, Université de Londres, UCL

 

Les fichiers audio du site sont consultables à l'aide du plugin Flash. Vous pouvez le télécharger gratuitement à l'adresse suivante : http://www.macromedia.com/go/getflashplayer_fr.

session du 27 mai à 10h : Récits et fictions (durée : 1h50)

Les réappropriations artistiques de la forme « enquête » servent souvent à opacifier la limite entre réel et fiction, sujet et objet, entre un « je » et les « autres » qui le composent. Que ce soit pour mêler les registres (autobiographie, théorie, allégorie…), subvertir les concepts d’« auteur » et d’« identité », ou requalifier des lieux de savoir désertés, le rapport à la fiction ethnographique s’écrit de bien des façons.

Peggy Buth, artiste, Berlin
Joachim Koester, artiste, New-York-Copenhague

 

Les fichiers audio du site sont consultables à l'aide du plugin Flash. Vous pouvez le télécharger gratuitement à l'adresse suivante : http://www.macromedia.com/go/getflashplayer_fr.

session du 27 mai à 13h : Musées, archives, exhibition (durée : 4h15)

En écho aux réflexions des anthropologues sur la réification des cultures et le fétichisme du « primitif », les artistes s’engagent dans des stratégies de « display » ou de contre-enquête muséologiques – en croisant l’histoire du regard et l’exhibition du savoir. Ce faisant, ils s’invitent dans les « récits de l’autre » que le musée a pu produire, notamment depuis la période coloniale où il s’est institué.

Modération : Patricia Falguières, historienne et critique d’art, EHESS
Clémentine Deliss, commissaire d’exposition et directrice du Weltkulturen Museum de Francfort
Maureen Murphy, historienne de l’art, Université Paris I, Paris
Jennifer Gonzalez, historienne de l’art contemporain, Université de Santa Cruz, Californie
Benoît de L’Estoile, anthropologue, CNRS, Paris
Fred Wilson, artiste, New York

 

Les fichiers audio du site sont consultables à l'aide du plugin Flash. Vous pouvez le télécharger gratuitement à l'adresse suivante : http://www.macromedia.com/go/getflashplayer_fr