Changer de langue :

21 octobre

optimisez votre visite

 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

 

cliquez sur l'image ci-dessus pour connaître les créneaux horaires les plus propices à la visite de l'exposition.

 

en hommage à Felipe Solís (1944-2009)

le commissariat de l’exposition a été assuré par Felipe Solís qui était alors Directeur du musée national d’Anthropologie de Mexico.

 

autour de l'exposition

un grand nombre d'activités et de rendez-vous sont proposés autour de l'exposition : voir le programme complet

 

la Cité en 3D

reconstitution en 3D du site archéologique de Teotihuacán, réalisée par la FES-Aragon, avec l’INAH

voir le site internet de l'INAH : www.inah.gob.mx/teotihuacancitedesdieux

bibliographie sélective

la librairie du musée vous propose une sélection d'ouvrages afin d'enrichir et prolonger votre visite de l'exposition.

télécharger la bibliographie sélective (format PDF - 99 K)

 

 

photographies © Consejo Nacional para la Cultura y las Artes, Instituto Nacional de Antropología e Historia, Mexico photo Martirene Alcantara

les programmes audiovisuels présentés dans l'exposition ont été réalisés par Anamnésia.

le jeu interactif "les mystères de la Cité des Dieux" a été réalisé par Cantoche.

 

Teotihuacan

Cité des Dieux

visuel de l'affiche Teotihuacan

Galerie Jardin

billet exposition temporaire ou billet jumelé

du mardi 6 octobre 2009 au dimanche 24 janvier 2010

commissaire :   Felipe Solís †

L’exposition rassemble environ 450 pièces exceptionnelles de la culture de Teotihuacan, grande cité de l’Ancien Mexique que de récentes découvertes ont permis de mieux connaître.

Les objets sont présentés par thématiques successives permettant aux visiteurs de découvrir cette cité antique, et de comprendre son fonctionnement, le rôle et l’influence qu’elle a eue dans le monde méso-américain.

Cette exposition unique présente des pièces qui, pour la plupart, n’ont jamais été présentées en Europe, et dont certaines étaient encore inédites au Mexique jusqu’à leur présentation à Monterrey de septembre 2008 à janvier 2009. Les objets sont issus à 95% des collections mexicaines et à 5% des collections européennes (collections des musées ethnographiques allemands et du musée du quai Branly à Paris).

 

Cette exposition a été conçue par le Consejo Nacional para la Cultura y las Artes et l'Instituto Nacional de Antropologia e Historia, Mexico, avec le soutien de la Fundacion Televisa A.C.

Elle est coproduite par le musée du quai Branly, Paris, le museum Rietberg, Zürich et le Martin Gropius Bau, Berlin.

 

dernière minute : face au succès rencontré par l'exposition, le musée du quai Branly propose 6 nocturnes exceptionnelles avant la fermeture : la galerie Jardin restera ouverte jusqu'à minuit les vendredi 15, samedi 16, dimanche 17, vendredi 22, samedi 23 et dimanche 24 janvier !

nouveau !

télécharger l'audioguide de l'exposition Teotihuacan, ouverture nouvelle fenêtre

téléchargez le parcours audioguidé de l'exposition Teotihuacan, Cité des Dieux sur votre lecteur mp3 ou votre téléphone portable !

un moyen original pour préparer votre visite, éviter l'attente aux caisses et découvrir l'exposition en toute liberté.

cet audioguide vous accompagne au coeur de la "Cité des Dieux". Tout au long de ce parcours, découvrez quelques uns des 450 objets présentés dans l'exposition et écoutez leur histoire et partagez leurs secrets.

vendu au tarif préférentiel de 3 €, disponible en français, anglais et espagnol

téléchargez l'audioguide de l'exposition Teotihuacan

Teotihuacan : le jeu interactif

extrait du jeu multimédia "les mystères de la la cité des dieux" proposé aux enfants dans le parcours de l'exposition : un archéologue donne rendez-vous aux enfants (19 s.)

parcours de l’exposition

Jaguar de Xalla
Jaguar de Xalla

Teotihuacan : son histoire et son architecture monumentale

  • introduction à Teotihuacan

Conformément à la tradition muséographique mexicaine, l’exposition présente d’emblée aux visiteurs l’une des pièces les plus significatives de l’exposition : un chef d’œuvre, qui accueille le public, et lui offre une image forte à garder en mémoire. Il s’agit de la sculpture architecturale en forme de « Jaguar sacré », récemment découverte au Palais Xalla : cet objet de plus de 2 mètres allie en effet un fort impact visuel et des caractéristiques propres à l’art de Teotihuacan.

  • l’histoire de Teotihuacan (100 av. J.C. – 650 ap. J.C.) en regard du reste du monde

Les vestiges archéologiques de Teotihuacan témoignent de sa prodigieuse évolution, dès sa fondation environ un siècle avant Jésus-Christ. Son expansion territoriale et démographique ainsi que sa vitalité politique, culturelle et artistique ont été constantes jusqu’au septième siècle de notre ère. Au cours des huit siècles de son expansion, la cité a connu de nombreux changements sur les plans politiques, économiques et religieux. Ces transformations se sont traduites par différents styles artistiques.

  • le site archéologique de Teotihuacan

Une maquette de très grande taille (environ 10 x 5 mètres) a été conçue specifiquement pour la présentation de l'exposition.

Les principales constructions sacrées, comme les pyramides de la Lune et du Soleil, ou encore le temple de Quetzalcoatl, situé au cœur de la Citadelle, ont été placées et érigées en fonction de critères astronomiques. Ces édifices mettaient ainsi les habitants de Teotihuacan en lien avec les phénomènes astraux les plus significatifs : les célébrations de l’équinoxe, ou la prépondérance de l’étoile polaire pendant la nuit en sont des exemples. 

  • sculptures colossales ou architecturales et peintures murales

Le premier ensemble d’objets s’inscrit dans cette partie introductive de l’exposition : sculptures monumentales constituant les édifices, éléments architectoniques, reliefs et frises sculptées, peintures murales, outils de travail...

divinité
divinité

politique, économie et société (hiérarchie et pouvoir, le sacrifice, la guerre)

Grâce aux récentes fouilles dans le Temple du Serpent à plumes (Quetzalcóatl) et aux découvertes dans la Pyramide de la Lune, la communauté scientifique a fait de récentes découvertes sur la domination de la cité : l’empire de Teotihuacan se fondait sur le militarisme, l’offrande de prisonniers, ou le sacrifice de victimes, notamment lors de cérémonies de commémoration d’un agrandissement des édifices rituels. Cette séquence met également en valeur la dimension guerrière de Teotihuacan.

Pour la première fois en Europe, Teotihuacan présentera les objets les plus délicats issus de ces fouilles récentes (ayant permis de répertorier plus de 1000 objets) ainsi qu’une sélection de la prestigieuse collection de Diego Rivera.

la mort
la mort

religion et vision de l’univers : Dieux, rituels et traditions funéraires à Teotihuacan

Depuis plus de 100 ans, les objets trouvés lors des fouilles archéologiques témoignent de la place primordiale de la religion dans la Cité. C’est pourquoi les aspects religieux et cosmogoniques forment l’un des principaux axes de l’exposition.

Des pièces extraordinaires, issues de différents types de sépultures, représenteront certains dieux, et éclaireront les rites funéraires en vigueur dans la Cité ancienne. Par exemple : sculptures de Huehueteotl ; peintures murales montrant des dieux et des rituels possibles ; masques rituels en pierre et en argile ; encensoirs de théâtre ; Dieux de la mort ; Quetzalcóatl ; réceptacles de Tlaloc (dieu de l’eau); Figurines de Xipe-Tótec (dieu dont sa présence et sa signification récente – il serait associé à la guerre et à l’orfèvrerie – restent mystérieux), etc.

Cette section proposerait un programme multimédia présentant les principaux dieux vénérés par les habitants de Teotihuacan, notamment à travers leurs représentations sur des objets retrouvés lors des fouilles archéologiques du site et explicitant les conceptions religieuses des habitants de la cité.

société : vie dans les palais et les maisons de Teotihuacan

L’organisation spatiale de Teotihuacan révèle sa nature profondément urbaine.

Les classes sociales supérieures habitaient ce que l’on appelle des « palais » : des résidences composées de multiples pièces en pierre surmontant des patios, tandis que les paysans vivaient dans des cabanes de deux ou trois pièces, situées à la périphérie de la Cité.

L’exposition présentera certains éléments architecturaux et de luxueux objets retrouvés dans des palais. À l’inverse, la vie des gens du peuple sera illustrée par des objets du quotidien tels que des meules, des céramiques et des figurines.

L’exposition présente une sélection de pièces du « trésor du siècle » : des statuettes, offrandes aux divinités, qui ont été retrouvées avec leurs couleurs d’origine et n’ont jamais été exposées en Europe.

céramique
céramique

splendeur de l’artisanat : pierres, céramiques et bijoux précieux

La grande quantité de pièces découvertes depuis un siècle permet d’appréhender le niveau élevé des techniques artisanales qui se révèlent dans la variété des matériaux.

L’objectif de cette section est de présenter les œuvres remarquables de l’artisanat de Teotihuacan, dans trois grandes disciplines : la céramique, l’art lapidaire (pierres précieuses et bijoux), et l’art lithique (sculptures), notamment un ensemble très important de masques de Teotihuacan jamais rassemblés.

Xipe Totec – présence de Oaxaca à Teotihuacan
Xipe Totec – présence de Oaxaca à Teotihuacan

les relations de Teotihuacan avec le monde « méso-américain »

La puissance et la prospérité de Teotihuacan au cours de la période classique (250-550 ap. J.-C) sont indéniables. C’est ce que révèle la grande quantité d’objets archéologiques trouvés en-dehors du territoire de Teotihuacan : le monde Maya, l’ouest du Mexique, Oaxaca et la côte du Golfe.
Les calendriers et systèmes pictographiques retrouvés dans des cités étrangères témoignent eux aussi de l’influence de la société de Teotihuacan au-delà du bassin central du Mexique.

Inversement, de nombreux objets en provenance d’autres régions et d’autres époques méso-américaines ont été trouvés à Teotihuacan.
L’exposition présentera donc, pour finir, certains objets qui attestent clairement de l’existence d’échanges, tant dans les domaines économiques, politiques et religieux que militaires.

Des siècles après la chute de Teotihuacan, la cité a continué de fasciner les peuples alentours, ce qui explique l’exhumation de pièces extraordinaires de Teotihuacan à partir de tombes du Temple Majeur : les Aztèques conservaient et offraient ces objets, qu’ils considéraient comme des antiquités d’une valeur inestimable.

partenaires médias de l’exposition