Changer de langue :

26 juillet

avec le mécénat du

Logo du Club entreprises 2012/2013

Philippines, archipel des échanges

Affiche de l'exposition Philippines, archipel des échanges © musée du quai Branly - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

du mardi 9 avril au dimanche 14 juillet 2013

  • galerie Jardin
  • billet expositions temporaires ou billet jumelé

commissariat

  • Constance de Monbrison, responsable des collections Insulinde au musée du quai Branly
  • Corazon Alvina, anthropologue

autour de l'exposition 

visites, catalogue et événements autour de l'exposition 

Bande-annonce de l'exposition

À propos de l'exposition

L'exposition rassemble une sélection d’œuvres incontournables des arts des Philippines, sélectionnées dans les collections publiques philippines, américaines, européennes, ainsi que dans des collections privées.

L’archipel des Philippines compte plus de 7000 îles et s’étire sur près de 1700 km. Sa situation géographique et l’histoire de son peuplement ont généré des expressions artistiques fortes et variées dans l’environnement naturel de l’Asie des Moussons.

S’appuyant sur la géographie de l’archipel, deux regards, l’un tourné vers la montagne, l’autre vers la mer donnent le ton de cette exposition de civilisation sous-tendue par le fil conducteur de l’échange. Echange entendu comme objet qui se donne et se prend, se donne à voir et suppose une relation à l’autre. Symbolique ou commercial, l’échange met en relation des êtres visibles ou invisibles.

Il s’agit de la première grande exposition dédiée à l’archipel des Philippines en France au cours des vingt dernières années, dans laquelle plus de 300 œuvres seront présentées.

L'exposition en images

Parcours de l'exposition

Carte des Philippines. - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Carte des Philippines, cliquez pour agrandir.

Méconnus en France, les arts des Philippines sont rarement montrés dans leur totalité et leur diversité. À partir de ces objets singuliers, porteurs de sens, l'exposition rend hommage à toutes les expressions artistiques (sculptures, tissages, musique, épopées) ; elle est une invitation à la découverte de cultures complexes, parfois an-historiques, dont le socle est la réciprocité.

Par le biais d’une carte et d’une chronologie, l'histoire du peuplement et la conquête des Philippines par les Austronésiens vers 3 500 av. J.-C. sont racontées.

L'ancienneté et le dynamisme des routes maritimes de la mer de Chine, dès l'époque préhistorique, des Nusantao, des Sama, des Luzones, des Bugis qui au cours de siècles ouvrirent de nouvelles voies commerciales sont mis en lumière.

Au coeur des Hautes Terres : empreintes austronésiennes

Divinité du riz bulul porteur de coupe, 15e siècle, vallée de Cagayn, population Ifugao, bois de narra, patine sacrificielle. Inv. 70.1999.4.1 © musée du quai Branly, photo Hughes Dubois. - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Divinité du riz bulul porteur de coupe, 15e siècle, vallée de Cagayn, population Ifugao, bois de narra, patine sacrificielle. Inv. 70.1999.4.1 © musée du quai Branly, photo Hughes Dubois.

La première partie de l'exposition est dédiée aux empreintes du monde austronésien dans les arts des Hautes Terres du nord de Luzon, et de Mindanao. C’est de ces sociétés de prestige, de monstration de la richesse, de valorisation des hauts faits guerriers que sont nées ces oeuvres d’art.

lllustrant la communion de l’Homme avec la Nature, cette section interroge les formes de création qui assurent continuité et équilibre entre les différents mondes (supérieur, intermédiaire, inférieur). Et sous le signe de l’échange, la circulation des objets qui dessinent en filigrane l’histoire des hommes est montrée.

Île de Luzon : les arts de la Cordillera

Ifugao, Bontoc, Gadang, Tinggian, Kalinga, Isneg, Ilongot, forment une mosaïque de groupes linguistiques qui vivent dans la Cordillère du nord de Luzon où de grandioses rizières épousent les méandres d’un paysage montagneux. C’est autour de ces sociétés du riz et de leurs expressions artistiques que s’ouvre l’exposition.

Les thématiques traitées ici sont : Būlul, les divinités du riz ; L’univers du Mumbaki ; Être Kadangyan ; Le raffinement du quotidien ; Parures ; Devenir un Homme.

Tisser les brins (vanneries)

Une « transversale des vanneries » mène le visiteur du nord vers le sud en soulignant successivement la perfection ou l’étrangeté des formes. 

Hautes terres de Mindanao : La métamorphose du guerrier en héros

Cette section est dédiée aux textiles, costumes et parures du guerrier. Dans la mythologie Bagobo, porter un vêtement resplendissant métamorphose le caractère et l’identité : le guerrier se transforme en Malaki (héros de mythologie).

 

Armure et chapeau probablement d'origine arabe et inspirés à la fois de la cuirasse et de la cotte de mailles. Fin 19e siècle, population bagobo, Davao Oriental. Résine, coquilles de cauris, sparterie © musée du quai Branly, photo Claude Germain. Ensemble restauré grâce au soutien de Monsieur David Lebard, bienfaiteur de la société des Amis du musée. - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Armure et chapeau probablement d'origine arabe et inspirés à la fois de la cuirasse et de la cotte de mailles. Fin 19e siècle, population bagobo, Davao Oriental. Résine, coquilles de cauris,
 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
sparterie © musée du quai Branly, photo Claude Germain. Ensemble restauré grâce au soutien de Monsieur David Lebard, bienfaiteur de la société des Amis du musée.

Au coeur d'un réseau maritime

Au retour de la cueillette, femmes et enfants rentrent à la maison, Palawan © Pierre de Vallombreuse - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Au retour de la cueillette, femmes et enfants rentrent à la maison, Palawan © Pierre de Vallombreuse

On quitte ici l’espace an-historique pour retrouver l’histoire des routes maritimes, des échanges commerciaux au long cours et par cabotage. Les influences indiennes, indonésiennes et arabes des objets présentés sont mises en exergue.

Île de Palawan : chasser et offrir

Les objets des chasseurs et les offrandes sont associés à un accrochage de photographies contemporaines montrant les chasseurs maniant leurs armes et évoluant dans l’atmosphère chaude de la forêt.

Paire d'embouts de ceinture-corde, trésor de Surigao, Xe-XIIIe siècle, nord-est de Mindanao, province Surigao del Sur. Or © photo Neal Oshima. Bangko Sentral ng Pilipinas, Manille - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Paire d'embouts de ceinture-corde, trésor de Surigao, Xe-XIIIe siècle, nord-est de Mindanao, province Surigao del Sur. Or © photo Neal Oshima. Bangko Sentral ng Pilipinas, Manille
Ceinture royale kandit, trésor de Surigao Xe-XIIIe siècle, nord-est de Mindanao, province Surigao del Sur. Or © photo Neal Oshima. Bangko Sentral ng Pilipinas, Manille - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Ceinture royale kandit, trésor de Surigao Xe-XIIIe siècle, nord-est de Mindanao, province Surigao del Sur. Or © photo Neal Oshima. Bangko Sentral ng Pilipinas, Manille

Rayonnement des Sultanats (Mindanao et Sulu)

Cette section met en évidence la pénétration des influences indiennes et indonésiennes avec les motifs des patola, des mandala, des tumpal, et de l’arbre de vie. C’est un monde formel empreint de vitalisme (bouton de fleurs, oiseaux, ramures) qui se déploie sur la surface des objets.

L’Âge d’or des cités

L’âge d’or des cités portuaires de l’archipel est présenté, à travers les trésors de Surigao, de Butuan, etc, l'occasion de souligner l’extraordinaire expertise technique atteinte dans le travail de l’or et de découvrir les vertus associées à ce métal puissant.

Archéologie : Les objets funéraires

Les objets présentés seront les jarres de première et seconde funérailles, et les objets trouvés dans ces jarres (or, céladons, cornaline, bijoux de verre et de jade) qui relèvent d’un premier commerce. Par-delà la beauté émouvante de ces œuvres, cette section permet de comprendre la progression des techniques et l’histoire de ces sites.

Partenaires médias de l'exposition