Changer de langue :

  • Fr
  • En
  • Es

1 octobre

La Pluie

 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

du mardi 06 mars 2012 au dimanche 13 mai 2012

  • mezzanine Est
  • billet Collections

commissaire

  • Françoise Cousin, ethnologue

autour de l’exposition

Atelier, livret-jeu, boîte à poèmes, hors-série Beaux-Arts et dossier pédagogique

en savoir plus (autour de l’exposition La Pluie)

bande-annonce de l'exposition

l'exposition

La pluie : on la prévoit, on l’appelle, on la craint, on s’en protège, on la reçoit comme le plus grand cadeau. Elle fait l’objet de multiples représentations réalistes, figuratives ou abstraites, dans une traduction symbolique ou métaphorique. Elle donne également lieu à des analogies musicales ou, plus largement, sonores. La pluie, enfin, est divinisée.

Phénomène météorologique, la pluie fait aussi partie du système global de l’univers et à ce titre s’intègre dans les théories cosmogoniques que les différentes sociétés ont développées. "Exposer la pluie" incite donc à une diversité d’approches, symbolique, religieuse, artistique et matérielle. Rassemblant près de 95 pièces et documents iconographiques, issus des collections du musée du quai Branly, l’exposition explore ces différents aspects à travers une sélection d’oeuvres provenant d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et d’Amérique, où des objets à forte charge émotionnelle et esthétique côtoient des objets ordinaires ou strictement utilitaires. Le trivial et le spirituel, le profane et le religieux sont ainsi réunis et confrontés en un contraste qui constitue comme une métaphore de la vie elle-même.

Des extraits de films complètent cette sélection, ainsi que des archives sonores liées aux rituels et aux musiques qui constituent des représentations analogiques de la pluie. Des clichés, pris par certains des collecteurs et présentant les objets in situ, permettent de mieux comprendre ces objets et leur usage.

le parcours de l'exposition

Introduction

En introduction sont présentés trois objets évoquant le parti-pris de l’exposition : une « pierre à magie », concrétion de magnésie ayant l’aspect d’un nuage de Nouvelle-Calédonie, ainsi qu’une sculpture zoomorphe et une plaque gravée du Mexique. Ces trois objets, associés à une diffusion sonore de sons de pluie, font entrer le visiteur dans l’univers pluriculturel de cette exposition et son ambiance « climatique ».

Section 1 - Sous la pluie

La première section de l’exposition décline quelques unes des formes crées par l’homme pour s’abriter et se protéger de la pluie. Les manteaux et vêtements de pluie, comme les accessoires (chapeaux, parapluies, etc.), portent témoignage d’un savoir-faire parfois très sophistiqué dans la réalisation de ces objets.

Section 2 - Les rituels de la pluie

Cette section illustre le besoin vital de la pluie et l’importance d’en favoriser et d’en contrôler la venue. Assurant également la survie des groupes sociaux, la fertilité des sols et la fécondité des femmes sont souvent associées dans les rituels de la pluie.

Les rituels soulignent le lien qui unit les hommes, leurs divinités et leur environnement naturel. Ils s’appuient soit sur la figuration ou l’évocation visuelle et sonore de la pluie, soit sur le résultat par mimétisme. Ils interviennent pour faire venir la pluie, l’appeler, ou au contraire pour l’arrêter et la contrôler. Ils mettent en jeu des catégories d’objets très variées : masques, sculptures, offrandes, instruments de musique, etc., qui sont les vecteurs de ce lien, et le support de l’action des hommes sur la nature.

Quatre ensembles principaux sont présentés dans cette section :

  • Un ensemble de statuettes et poupées rituelles
  • Des instruments de musique, accompagnés d’une diffusion sonore de musique rituelle, illustrent l’importance de la musique dans les rituels de pluie
  • Suivent trois objets témoins des spectacles visant à faire venir la pluie pratiqués en Afrique de l’ouest : des masques, dont l’utilisation est illustrée par une photographie de terrain pour l’un d’entre eux, et un élément de marionnette.
  • Des objets rapportés au début du XXe siècle de Nouvelle Calédonie par Maurice Leenhardt, qui a décrit avec précision des rituels dans lesquels ils s’inscrivent, constituent un focus sur les rituels de cette région. Ils sont accompagnés de quelques pierres et coquillages utilisés dans les rituels de pluie en Océanie, constituant un dernier ensemble.

Enfin, cette section s’achève sur la projection d’extraits de films documentaires de Jean Rouch sur les rituels de pluie.

Section 3 – Symboles et métaphores de la pluie

La pluie est un élément qui s’intègre dans tout un système de pensée cosmogonique, faisant l’objet de représentations matérielles qui en assurent la traduction. La pluie, ainsi que sa représentation symbolique, l’arc-en ciel, assurent le lien entre inframonde et supramonde.

Cette section propose de découvrir les représentations animales liées à la pluie par leur présence réelle ou par leur valeur symbolique. Ce sont surtout les batraciens – crapauds, grenouilles – et les reptiles – serpents, dragons, tortues, crocodiles – qui sont liés à l’humidité et à la saison des pluies, et qui figurent sur des objets et des textiles.

Cette section accorde également une importance particulière aux minéraux qui par leur aspect évoquent la pluie ou les phénomènes météorologiques qui y sont liés : quartz translucide "génie de l’arc-en-ciel", obsidienne, concrétions de magnésie de Nouvelle-Calédonie…

Certains de ces minéraux ont été interprètes par les hommes comme tombant du ciel au même titre que la pluie, comme en témoignent les noms par lesquels on les désigne : pierres-tonnerres, pierres de foudre.

Enfin, la dernière sous-section s’attache à évoquer les divinités, mythes et conceptions du monde liées à la pluie. Une sélection d’objets représentant les divinités et les êtres mythologiques permet d’aborder les conceptions de l’univers dans différents contextes culturels.

La pluie, phénomène bénéfique, peut aussi être maléfique : il est donc nécessaire de se concilier les entités supérieures. Certaines cultures connaissent des divinités de la pluie clairement identifiées, alors que, dans d’autres, les rituels visent à maintenir l’équilibre entre des forces naturelles contradictoires, garant de la survie des hommes. Ces rituels s’inscrivent alors dans une conception globale de l’univers.

Un ensemble d’écorces peintes de la Terre d’Arhem, en Australie, rend compte de la richesse des mythes aborigènes liés aux phénomènes météorologiques.

Conclusion

En clin d’oeil et en conclusion de l’exposition sont présentés une accumulation de cerfs-volants népalais destinés à faire partir la pluie.

Partenaires médias de l'exposition