Changer de langue :

28 novembre

Avec le soutien de

 

 

Cette exposition est organisée par le musée du quai Branly, Paris, en partenariat avec le Nelson-Atkins Museum of Art, Kansas City, et en collaboration avec le Metropolitan Museum of Art, New York.

L'affiche de l'exposition montre une coiffe en plumes d'aigle et feutre rouge Sioux Dakota, datant du 19ème siècle et originaire des États-Unis d'Amérique. Inv. 71.1885.78.498 © musée du quai Branly, photo Claude Germain.

 

 

Retrouvez l'exposition sur Twitter
#IndiensdesPlaines

 

(1) © musée du quai Branly, photo Patrick Gries/Valérie Torre

(2) © musée du quai Branly, photo Patrick Gries, Bruno Descoings

(3, 4) © musée du quai Branly, photo Thierry Ollivier, Michel Urtado

(5) St. Louis, The St. Louis Mercantile Library at the University of Missouri, don de William H. Rennick

(6) © William Lewis Knight

(7) © Glenbow Museum, Calgary (Alberta), Canada, inv. Ax70

(8) © The Nelson-Atkins Museum of Art, Kansas City (Missouri), États-Unis, inv. 2010.60.1.2. Don de Frank Paxton Jr.

(9) © musée du quai Branly, photo Claude Germain.

Indiens des Plaines

Affiche de l'exposition "Indiens des Plaines" - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

du mardi 8 avril au dimanche 20 juillet 2014

  • galerie Jardin
  • billet Expositions temporaires ou billet jumelé

commissariat

  • Gaylord Torrence, Senior Curator, Département de l’Art des Indiens d’Amérique, Nelson-Atkins Museum of Arts, Kansas City, États-Unis

autour de l'exposition

visites, publications et événements autour de l'exposition

Bande-annonce de l'exposition

À propos de l'exposition

Rassemblant 132 objets et œuvres d’art, l'exposition offre une vision sans précédent de la splendeur et de la continuité des traditions esthétiques des populations amérindiennes du 16ème au 20ème siècle.

En 1699, se tient la première exposition de l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture au Louvre. Presque simultanément, un artiste anonyme inoka (Illinois) de la haute vallée du Mississippi, à l’est des Grandes Plaines, crée une robe peinte magnifique. Acquise par des voyageurs français qui se trouvent alors dans la région, rapportée en Europe, elle fait aujourd’hui partie de la collection du musée du quai Branly. Elle est présentée dans l’exposition, qui célèbre la créativité de 135 artistes des Grandes Plaines d’Amérique du Nord, connus ou anonymes, de la période antérieure aux premiers contacts avec les Européens – au début du 16e siècle – jusqu’à nos jours.

Dans le contexte de bouleversements culturels fondamentaux, les artistes des Plaines n’ont jamais cessé de créer des œuvres remarquables par leur inventivité et leur qualité technique. Elles témoignent d’une relation profonde et dynamique avec la terre et le ciel, le monde naturel et l’univers spirituel. Elles transcendent les frontières culturelles et frappent par leur beauté, leur mystère et leur expressivité.

L’art des Plaines s’est nourri d’un cadre géographique exceptionnel par sa splendeur et sa rigueur. Longtemps considérées comme le grand désert américain, ces vastes plaines de l’Ouest s’étendent des provinces canadiennes de la Saskatchewan jusqu’au Texas, et du bassin du Mississippi jusqu’aux Montagnes Rocheuses.

La culture des Plaines a regroupé des peuples d’origines diverses : semi-nomades vivant dans des tipis, et sédentaires pratiquant la chasse, la pèche et l’agriculture. Après l’introduction du cheval par les Espagnols, le nomadisme s’est généralisé. Du 18e siècle jusqu’aux années 1870, cette légendaire culture s’est épanouie, identifiée à ses cavaliers chasseurs de bison, archétypes de l’Indien, dont la silhouette intemporelle habite la mémoire du monde.

L'exposition en images

Parcours de l'exposition

(7) Coiffe à plumes, vers 1865, Artistes lakotas oglalas (sioux tetons), Dakota du Nord ou du Sud, inv. 71.1885.78.498. - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
(9) Coiffe à plumes, vers 1865, Artistes lakotas oglalas (sioux tetons), Dakota du Nord ou du Sud, inv. 71.1885.78.498.

Après une première partie mettant en avant les œuvres contemporaines d’artistes amérindiens, les objets sont présentés chronologiquement depuis la période précédent le contact avec les Européens jusqu’à la création des réserves. L’exposition révèle ainsi le continuum de l’expression artistique des Plaines – avec ses formes qui émergent, se poursuivent, évoluent, disparaissent puis renaissent – sur fond de transformations culturelles incessantes.

L’exposition est ainsi organisée en sept parties :

  1. Le renouveau artistique dans la vie contemporaine, 1965-2014
  2. Communautés et diaspora, 1910-1965
  3. Peuples anciens, Pré-contact
  4. La vie dans les Grandes Plaines, 1700-1820
  5. L'épanouissement d'une culture, 1820-1860
  6. La mort du bison, 1860-1880
  7. Dans les vestiges des terres ancestrales, 1880-1910

Une section transversale présente un ensemble exceptionnel de cinq peaux peintes de différentes époques. La plus ancienne date de la première moitié du 18ème siècle et la plus récente de la fin du 19ème siècle ; les motifs sont tour à tour abstraits ou figuratifs.

Les tribus des Plaines du début du 19e siècle aux années 1850

Cette carte permet de localiser les tribus des Plaines du début du 19e siècle aux années 1850. Elle offre un aperçu général mais ne reflète les migrations tribales qui ont souvent modifié la topographie des territoires pour chaque tribu au cours des années. De même, elle ne restitue pas le déplacement des populations des Woodlands vers les réserves des Plaines de l’est – aujourd’hui, états du Kansas et de l’Oklahoma.

Carte des tribus des Plaines du début du 19e siècle aux années 1850 © musée du quai Branly - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Les tribus des Plaines du début du 19e siècle aux années 1850 © musée du quai Branly

Pour aller plus loin

La charge fantastique, de Raoul Walsh (1941) - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
La charge fantastique, de Raoul Walsh (1941)

Stéréotypes

L’exposition intègre une salle de cinéma, dont la programmation intitulée "Stéréotypes", est conçue par Michel Ciment, critique et historien du cinéma. D'une durée de 20 minutes environ, ce programme intègre notamment des extraits de films de Cecil B. De Mille, John Ford, William A. Wellman...

Le cinéma hollywoodien a véhiculé différents stéréotypes de l’Indien, figure centrale du western. Dans les années 20, sur 1600 westerns, plus de 150 proposent des personnages de Peaux-Rouges. De 1930 à 1950 va dominer le guerrier sauvage peinturluré, sanguinaire et souvent ivre. Cecil B. DeMille, toujours sensible à l’air du temps, en présente une version archétypale dans Une aventure de Buffalo Bill (1936). John Ford, qui aimait fréquenter les tribus indiennes et tourner sur leurs territoires, ne les représente pas moins comme des agresseurs sans pitié dans La Chevauchée fantastique (1939), avant de faire acte de contrition avec Les Cheyennes (1964) sur l’extinction d’une race.

Au début des années 70, le mouvement écologique et la guerre du Vietnam conduisent à une relecture de la conquête de l’Ouest. L’amour entre le blanc et la princesse indienne sera aussi un leitmotiv dans nombre de ces films pour suggérer une improbable et romantique réconciliation entre les blancs conquérants et les victimes d’un ethnocide.

Consulter la programmation complète

Mur-atlas

Parallèlement au parcours de l’exposition, le visiteur pourra se documenter sur des faits marquants de l’histoire des Indiens des Plaines avec un ensemble de cartes géographiques, de graphiques, de textes et d’éléments chronologiques et iconographiques proposés sur un grand « mur-atlas ».

Les ensembles thématiques proposés sont les suivants :

  • L’expédition Lewis et Clark (1804-1806)
  • Les Seigneurs des Plaines
  • Politique des traités et conflits armés
  • Résilience spirituelle et culturelle
écran du jeu
écran du jeu

Jeu multimédia à destination du jeune public

Ce jeu met en scène Yakari et Arc-en-Ciel, les deux personnages de la célèbre bande-dessinée. Ils invitent les enfants dans leur tribu afin de leur apprendre tous les secrets de la vie des Indiens des Plaines : comment monter un tipi ? Que fabrique-t-on avec un bison ? À quoi sert un attrape-rêves ?

Calumet Sioux en bois orné de plumes d'aigle, fourneau en catlinite © musée du quai Branly, photo Patrick Gries, Bruno Descoings
Calumet Sioux en bois orné de plumes d'aigle, fourneau en catlinite © musée du quai Branly, photo Patrick Gries, Bruno Descoings

Dispositif tactile

Pour permettre à tous les visiteurs et, parmi eux, aux personnes en situation de handicap visuel, d’accéder à ces œuvres, quatre interprétations tactiles d’objets appartenant aux collections du musée du quai Branly sont à découvrir du bout des doigts….

Itinérance de l'exposition

Après sa présentation à Paris, l'exposition sera montrée aux États-Unis du vendredi 19 septembre 2014 au dimanche 11 janvier 2015 au Nelson-Atkins Museum of Art, Kansas City puis du lundi 2 mars au dimanche 10 mai 2015 au Metropolitan Museum of Art, New York.

Partenaires médias de l'exposition