Changer de langue :

  • Fr
  • En
  • Es

16 avril

Filmer les musiques du monde

Depuis vingt ans, le Festival international Jean Rouch et la Société française d’ethnomusicologie décernent le prix Bartók à un documentaire consacré aux musiques du monde. Pour fêter cet anniversaire à l’occasion du Mois du film documentaire, le musée du quai Branly associé au Comité du film ethnographique et à la Société française d’ethnomusicologie invite les collégiens, les lycéens et le grand public, pendant trois jours (du 5 au 7 novembre), à venir découvrir les richesses de ce cinéma lors de projections-débats, gratuites, en présence de réalisateurs et d’ethnomusicologues.

Tous les films projetés lors de cette rétrospective sont consultables à la médiathèque.

Informations pratiques

  • Mardi 5, mercredi 6 et jeudi 7 novembre à 14h
  • Salle de cinéma et théâtre Claude Lévi-Strauss
  • Accès libre dans la limite des places disponibles
  • Réservations possibles pour les groupes scolaires à enseignants(at)quaibranly.fr
© Jean-François Castell
© Jean-François Castell

Maîtres de chant diphonique

DÖRVÖN BERKH est un ensemble vocal composé de quatre des plus grands maîtres du chant diphonique mongol. C’est Johanni CURTET, jeune chercheur français en ethnomusicologie, qui a eu l’idée de les réunir pour une série de concerts et enregistrer un disque. C’est en Mongolie, puis au Mans, à Rennes que nous suivons le travail des uns et des autres : la création des concerts et le travail des grands maîtres, mais aussi les recherches de Johanni qui étudie les sources de cette musique ancestrale et recense ses pratiques et ses modes d’apprentissage.

Suite à la projection, les ethnomusicologues Johanni Curtet et Tran Quan Haï présenteront leur démarche de chercheur et leur pratique du chant diphonique (démonstration).

  • Mardi 5 novembre de 14h à 16h
  • Salle de cinéma
  • Mongolie | 2010 | 53 min | Prix Bartók 2011.
  • Un film de Jean-François Castell, réalisateur et Johanni Curtet, conseiller scientifique.
Toumani Diabaté et sa kora - DR
Toumani Diabaté et sa kora - DR

Bamako is a miracle

Le plus grand tromboniste du jazz moderne s’installe au Mali pendant un mois. En janvier 2001, le New-Yorkais Roswell Rudd, chantre d’une avant-garde décomplexée depuis les années 60, fait jouer Thelonious Monk à des griots de Bamako. De son côté, le génie de la kora (harpe mandingue) Toumani Diabaté lui enseigne des thèmes traditionnels. Note par note. A travers l’enregistrement d’un disque, c’est toute l’aventure des rencontres métissées qui se jouent. Les inéluctables conflits entre productrice – Verna Gillis qui a lancé Salif Keita et Youssou N’Dour – et les musiciens africains; mais aussi la magie de deux cultures qui se rassemblent.

Avec le réalisateur du film, Samuel Chalard, nous questionnerons les enjeux du métissage, liant le jazz à la tradition musicale mandingue.

  • Mercredi 6 novembre de 14h à 16h
  • Salle de cinéma
  • Mali | 2002 | 53 min | vostf | Prix Bartòk 2003
  • Un film de Samuel Chalard (Suisse)
© Label Kinoise
© Label Kinoise

Danse de Jupiter

Danse de Jupiter est une plongée dans les ghettos de Kinshasa, à la rencontre de ses innombrables musiciens qui se battent pour sortir du néant : rappeurs,
bluesmen handicapés, griots, enfants des rues, inventeurs d’instruments. Tous avec leurs mots racontent Kinshasa et ses combines. Leur talent, leur énergie vitale et leur humour face à l’adversité forcent le respect. Parmi eux, Jupiter Bokondji, leader charismatique du groupe Okwess International. Personnage à la Don Quichotte, il nous raconte sa ville et son combat de 20 ans pour faire sortir sa musique du ghetto.

À la suite de la projection du film, nous explorerons, avec le réalisateur Renaud Barret, la diversité de la musique urbaine kinoise ainsi que de ses influences (ghettos américains, rap, quotidien des musiciens...) sur les compositions et les messages des paroles.

  • Jeudi 7 novembre de 14h à 16h
  • Théâtre Claude Lévi-Strauss
  • République démocratique du Congo | 2007 | 74 min | vostf I Mention Bartòk 2006
  • Un film de Renaud Barret et Florent de la Tullaye.