Changer de langue :

22 août

informations pratiques

salle de cinéma du musée

entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Light contact, de Tarik Jainat © Ateliers Varan
Danser avec les lutins, d'Auguste Cidopua © Ateliers Varan
Bulbul l'oiseau des villes, de Reza Hossaini © Ateliers Varan
Light contact, de Tarik Jainat © Ateliers Varan
Bulbul l'oiseau des villes, de Reza Hossaini © Ateliers Varan

Ateliers Varan saison 2009-2010

Tournage des Ateliers Varan à Kaboul en 2007 © Ateliers Varan
Tournage des Ateliers Varan à Kaboul en 2007 © Ateliers Varan

Dans sa salle de cinéma, le musée du quai Branly consacre une large place au documentaire, en accueillant régulièrement les réalisations des Ateliers Varan, école de cinéma documentaire et centre de formation reconnu à l'échelon international.

Dans la lignée du cinéma direct de Jean Rouch, Richard Leacock, Pierre Perrault et Frederick Wiseman, les Ateliers Varan forment de jeunes cinéastes de terrain et leur apprennent à filmer les réalités quotidiennes et à exprimer, par le cinéma documentaire, ce qui fait une identité culturelle.

Les soirées de projection au musée permettent au public de découvrir des films réalisés dans le cadre des ateliers à l’étranger.

informations pratiques

4 soirées de projection entre octobre 2009 et mai 2010

salle de cinéma

accès libre, dans la limite des places disponibles

films projetés en versions originales sous-titrées en français

Ateliers Varan Afghanistan / hommage à Séverin Blanchet

Les fantômes du zoo, de Mahbooba Ibrahimi © Ateliers Varan
Mon instituteur est boutiquier, de Jamaluddin Aram © Ateliers Varan
Le bruit des pas, de Mariam Nabil Kamal © Ateliers Varan
Kaboul, mission impossible, de Hamed Alizadah © Ateliers Varan

vendredi 28 mai 2010 à 18h30

Depuis 2006, l’atelier Varan de Kaboul animé par Séverin Blanchet a formé une vingtaine de jeunes cinéastes qui ont réalisés 25 films et amorcé la renaissance du documentaire afghan. En 2009, l’atelier s’est développé avec l’arrivée de dix nouveaux participants, 5 garçons et 5 filles, et a permis à dix nouveaux courts métrages documentaires de voir le jour.
Séverin Blanchet a été assassiné le 26 février 2010, lors d’un attentat commis par les Talibans à l’hôtel où il séjournait. Il venait d’arriver à Kaboul pour initier une nouvelle série de films avec l’Atelier Varan Kaboul.
Un choix de films issus de l’atelier Varan Kaboul 2009 sera projeté en présence de la réalisatrice Mariam Nabil Kamal. Les projections sont suivies d’un débat animé par Laurent Pellé, coordinateur des manifestations pour le Comité du Film Ethnographique.

Les Fantômes du Zoo de Mahbooba Ibrahimi (15 mn)
Le zoo a été reconstruit et est devenu un lieu populaire de promenade pour les gens de Kaboul. Pendant la guerre civile, il a été le théâtre de violentes batailles. Est-ce que leur mémoire hante toujours le zoo aujourd’hui ?

Mon instituteur est boutiquier de Jamaluddin Aram (24 mn)
Chamandi Charqala-e-Wazir Abad est une école primaire qui fonctionne avec des tentes, presque en plein air et sans meubles. Nous suivons une classe de charmantes petites pestes et leur jeune instituteur qui a du mal avec elles mais qui, malgré cela, les aime énormément. Il travaille également comme boutiquier pour vivre.

Le bruit des pas de Mariam Nabil Kamal (23 mn)
Le centre de réhabilitation Ali Abad est une expérience unique. Ici, des handicapés fabriquent des membres artificiels pour d’autres handicapés. Grâce à leur lutte pour s’adapter et à travers leurs histoires de vie, nous découvrons combien les Afghans ont souffert de la guerre et de ses conséquences.

Kaboul, mission impossible de Hamed Alizadah (22 mn)
Bashi Gul Azam et son équipe de 12 hommes ont une mission : nettoyer les caniveaux de Kaboul. Pendant leur mission, ils rencontrent les Kaboulis qui n’ont pas leur langue dans leur poche…

Femme chef de clan, de Colette Watipan © Ateliers Varan
Femme chef de clan, de Colette Watipan © Ateliers Varan
Le rêveur de bois, de Maguy Wacalie © Ateliers Varan
Le rêveur de bois, de Maguy Wacalie © Ateliers Varan

Ateliers Varan Nouvelle-Calédonie

vendredi 26 mars 2010 à 18h30

En 1992, un atelier de réalisation documentaire est créé pour l’Agence de Développement de la Culture Kanak. C’est un moyen pour les kanaks de parler de leur culture après cent cinquante ans de colonisation, de renouer le dialogue avec les anciens et les autres sociétés du territoire. A l’issue du stage, six des douze stagiaires ont constitué une association qui continue ses activités de réalisation.
En 2009, un atelier est mis en place à Tuo-cèmuhî sous l’égide de l’association Anûû-rû âboro avec le soutien de la province Nord et de la SOFINOR. L’atelier d’une durée de 12 semaines se déroule dans la province Nord. 8 films sont réalisés.

Femme chef de clan, de Colette Watipan (2009, 40 min)

Marguerite Thyem est une femme kanak âgée de 52 ans, mère de 5 enfants. Elle est originaire de la tribu de "Vieux Touho" dans le Nord de la Nouvelle-Calédonie. C'est une femme forte et énergique. En 2008, elle décide de prendre la responsabilité de "chef de clan", une place qui a toujours été occupée par les hommes dans la société traditionnelle kanak.

Le rêveur de bois, de Maguy Wacalie (2009, 29 min)

De la plage où le bois vient s’échouer à son atelier nocturne, Ceû, sculpteur de la tribu de Tieti à Poindimié, nous fait apparaitre la dimension sacrée du bois.


Danser avec les lutins, d’Auguste Cidopua (1992, 15 min)

Une danse ancienne est révélée, dans un rêve, à un vieux qui la fait revivre.


Les projections sont suivies d’un débat animé par Eric Wittersheim, réalisateur et anthropologue, en présence de Colette Watipan, réalisatrice, Maguy Wacalie, réalisatrice, et des coordinateurs de l’atelier.

 

 

Naâm-ass, film de Mahassine El Hachadi, 2008 © Ateliers Varan
Naâm-ass, film de Mahassine El Hachadi © Ateliers Varan
Mr. Aziz, film de Kellou Abdelmadjid © Ateliers Varan
Mr. Aziz, film de Kellou Abdelmadjid © Ateliers Varan

Atelier Varan Maroc

 

vendredi 29 janvier 2010 à 18h30

 

Les Ateliers Varan présentent une dizaine de courts-métrages réalisés par des étudiants de 1ère et de 2ème année de l'ESAV Marrakech, lors de stages au Maroc en 2008 et 2009.

 

En partenariat avec l'Ecole supérieure des Arts visuels de Marrakech

 

Peaux de chagrin de Saida Janjague (13 mn)

La vie quotidienne des tanneurs dans une tannerie à Marrakech

L'étang d’El Mehdi Azzam (15 mn)

Une après-midi « balnéaire » de jeunes Marocains dans les environs de Marrakech

Light contact de Tarik Jainat (13 mn)

L’histoire d’une femme voilée championne du Maroc en Light contact

Opium d’Alaa Akaaboune (10 mn)

Prison symétrique, d’un côté virtuelle et de l’autre côté architecturale

Citizen Bel de Nabide Lahmar (15 mn)

Un pickpocket mène une double vie entre réalité et espoir

Naâm-ass (Oui Monsieur) de Mahassine El Hachadi (15 mn)

La journée d’un fkih d’une école coranique à Marrakech

Mr. Aziz de Kellou Abdelmadjid (13mn)

Dans les ruelles de la vieille Médina de Marrakech, Aziz, muni de sa charrette, échange de l’eau de javel contre du pain rassis

 

Les projections seront suivies d’un débat animé par Christine Seghezzi, réalisatrice, en présence de Kellou Abdelmadjid, réalisateur, de Mahassine El Hachadi, réalisatrice, de Vincent Melilli, directeur de l’ESAV Marrakech, et des coordinateurs de l’atelier.

 

 

Les petits musiciens de Kharabat, de Waheed Nazir

Ateliers Varan Afghanistan

vendredi 16 octobre 2009 à 18h30

Avec les équipes des Ateliers Varan, de jeunes cinéastes afghans ont réalisé des documentaires de 26 minutes sur un thème commun : les enfants de Kaboul.

L’Afghanistan tente de se reconstruire. Et c’est pour la jeunesse qu’il reste le plus à faire : le travail des enfants reste la règle et les filles sont trop souvent privées d’école. Les sujets vont de l’adolescente idéaliste et courageuse, fille d’intellectuels, aux petits laveurs de voitures, bande sympathique et délurée. Des réalités parfois dures évoquées sans misérabilisme.

Une production de l’Atelier Varan Kaboul, une coproduction Ateliers Varan, La huit et Ciné Cinéma.

Les projections seront suivies d’un débat animé par Christine Seghezzi, réalisatrice, en présence du réalisateur Reza Hossaini, ainsi que des coordinateurs de l’atelier.

 

 

Les petits musiciens de Kharabat, de Waheed Nazir (2008, 26’, vostf)

Sous le régime des Talibans, la musique fut explicitement interdite. À Kharabat, le quartier des musiciens, elle renaît aujourd’hui de ses cendres. Shoaibullah et Obaidullah, deux frères de 13 et 14 ans, chantent et jouent du tabla et de l’harmonium, et font bouillir la marmite à la maison.

 

 

Bulbul l’oiseau des villes, de Reza Hossaini (2008, 26’, vostf)

Bulbul et sa bande de copains sont laveurs de voitures pour faire vivre leur famille. Ils travaillent dur dans la rue, pour une misère, et parfois pour rien du tout. Dans un monde désenchanté, la solidarité, l’humour et la lucidité des  enfants sont salutaires.

 

 

Des briques et des rêves, de Sediqa Rezaei (2008, 26’, vostf)

Enfants parmi les adultes, Abdullah et Madi travaillent dans une briqueterie, désert de cendres cerné de fours désaffectés. Issus de familles nombreuses et pauvres, ils ne sont jamais allés à l’école et passent l’essentiel de leur vie dans la briqueterie.