Changer de langue :

18 avril

L’ Autre marche

une installation par Trinh T. Minh-ha et Jean-Paul Bourdier

 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Cette installation a été présentée sur la rampe du musée du quai Branly de juin 2006 à juin 2009.

Il est souvent dit en Asie, que le miracle n’est pas de marcher sur l’eau, mais de marcher sur terre. La marche est une expérience de l’indéfini et de l’infini. En allant au devant, pas à pas, c’est l’ entrée en soi des dons de l’univers que l’on reçoit.

Le passage de l’autre en soi, le parcours entre images, sons et aphorismes, ou entre le dit et le vu au long de la rampe est une marche initiatique qui traverse plusieurs cultures d’Asie, d’Afrique et d’Amérique. Chaque pas contribuerait à engendrer les relations agissant entre passant, passage et passager. Les questions que pose l’expérience sensuelle pourrait inciter le visiteur à la réflexion sur son activité au moment présent et dans sa position de visiteur-spectateur-chercheur.

Le sens bouge avec la marche et selon l’apparition et la disparition, lumineuses, des aphorismes. Parcourir la rampe devient comme “rite de passage” dont le mouvement fluide en trois phases, “Transition”, “Transformation”, et “Ouverture” se trouve suggéré par des sons et des rythmes visuels correspondants.

 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

A chaque phase de L’Autre marche correspond un rythme, un son d’environnement et une musique particulière. A chaque écran correspond une séquence d’images provenant d’une culture spécifique (Sénégal : Toucouleur, Mandingue, Diola et Soninké ; Yemen ; Vietnam ; Chine ; Japon ; Indonésie ; Amérique).

La prise de conscience d'une marche autre à la rencontre du Soi, de l'Autre et du Monde s’effectue dans l’espace entre. A la fois extérieur et intérieur au musée, le trajet dans la rampe est aussi un passage de l’univers humain à l’univers végétal, animal et minéral.  L’accès à un monde autre est caractérisé par un travail qui se déploie à la limite du visuel, entre l’immatérialité des projections d’image-lumière ou des résonances de son, et la matérialité des objets du musée.

L’installation comprend :

- 19 séquences vidéo numériques projetées sur écrans, par terre, et sur les écrans parois des deux côtés de la rampe ;
- 3 séquences son ;
- 19 aphorismes projetés par terre, sur le garde-corps et sur les parois verticales.

Le parcours

I. LE SOI ET L’AUTRE 
     

Le monde vient vers soi à chaque pas
(Avec traduction en Arabe, Chinois et Swahili)

L’entre-musée

Illusion d’ un tracé stable dans la rivière

The watching image

 

II.  LE MONDE  EN SOI

A chaque pas, une fleur s’ouvre sous nos pieds
(Avec traduction en Coréen, Portuguais, Bahasa et Russe)

Vitesses de l’autre
Autre temps

Dans l’instant, le temps s’ouvre infini

Not descriptive
Not informative
Not interesting

Le doigt qui montre la lune n’est pas la lune

Voir sans voix
Voix aveugle

 

III. L’AUTRE EN SOI

Apprendre à marcher de nouveau
(Avec traduction en Espagnol, Farsi et Ancient Egyptien)

cette image que je suis
entendre
avec l’oreille de l’autre
savoir par le non-savoir
l’entrée en soi ouvre sur l’autre
Le monde est comme une goutte de rosée qui s’évapore
aux premiers rayons du soleil (Proverbe sérère)

 

© musée du quai Branly photos Nicolas Borel