Les haïkus sont de très courts poèmes qui célèbrent un instant bref fort en émotion. Laissez-vous porter par votre imagination et devenez poète à votre tour !

Les mercredis et dimanches à 16h dans la clairière du Candi (ou au salon de lecture en cas de pluie)

Qu’est-ce que c’est ?

Le haïku, comme le hokku, est ainsi composé de 17 syllabes le plus souvent réparties de la façon suivante : 5/7/5. Il accorde toujours une place importante aux saisons, avec la règle du « kigo », qui recommande la mention d’un « mot de saison » dans le poème. S’il vaut mieux respecter les règles lorsque l’on débute, il ne faut pas oublier qu’écrire un haïku c’est avant tout parler d’un instant, d’un moment du quotidien qui a attiré notre attention.

Comment écrire un haïku ?

Au XIVe siècle apparaît la poésie « renga » au Japon. Un poème renga est écrit par plusieurs personnes : il s’agit d’une forme de poésie collective. Le renga comprend lui-même deux genres de poèmes :

  • Le « ushin renga », composé de 100 strophes.
  • Le « haïkaï no renga », composé de 36 strophes, et qui adopte un ton plus léger.

Le haïkaï no renga va peu à peu prendre le simple nom de haïkaï, qui est en fait l’ancêtre du haïku. La première strophe d’un haïkaï est appelée « hokku » (composée de 5/7/5 syllabes), et doit obligatoirement suggérer la saison durant laquelle est écrit le poème.

A la fin XIXe siècle, le renga n’est plus aussi populaire, mais les poètes continuent d’écrire des « hokku », indépendamment d’un poème haïkaï entier. Le poète Shiki invente le mot haïku pour désigner ces courts poèmes semblables aux premières strophes des haïkaïs. 

Haïkus

Cri-cri des grillons

Cri-cri des grillons

Tout le reste s’est tu

Masaoka Shiki

 

Pluie de printemps

Dans la voiture qui nous emmène

Ton chuchotement

Buson

  • Categorie : Salon d'été
  • Lieu :   Clairière du candi
  • Dates :
    Le mercredi 16 août 2017 de 15:00 à 16:00

    Le dimanche 20 août 2017 de 16:00 à 17:00
  • Accessibilité :
    • Handicap auditif bim (T)
    • Handicap moteur
  • Public :   Tous publics
  • Gratuit (dans la limite des places disponibles)

  • Dans le cadre de :   Salon d'été 2017

En images

  • Clairière du Candi, salon d'été 2017 © musée du quai Branly, photo Julien Brachhammer
  • Clairière du Candi, salon d'été 2017 © musée du quai Branly, photo Julien Brachhammer
  • Création de haïkus, salon d'été 2017, livre d'or des visiteurs © musée du quai Branly - Jacques Chirac, photo Julien Brachhammer
  • Création de haïkus, salon d'été 2017, livre d'or des visiteurs © musée du quai Branly - Jacques Chirac, photo Julien Brachhammer
  • Création de haïkus, salon d'été 2017, livre d'or des visiteurs © musée du quai Branly - Jacques Chirac, photo Julien Brachhammer
  • Création de haïkus, salon d'été 2017, livre d'or des visiteurs © musée du quai Branly - Jacques Chirac, photo Julien Brachhammer
  • Création de haïkus, salon d'été 2017, livre d'or des visiteurs © musée du quai Branly - Jacques Chirac, photo Julien Brachhammer
  • Création de haïkus, salon d'été 2017, livre d'or des visiteurs © musée du quai Branly - Jacques Chirac, photo Julien Brachhammer
  • Création de haïkus, salon d'été 2017, livre d'or des visiteurs © musée du quai Branly - Jacques Chirac, photo Julien Brachhammer
  • Création de haïkus, salon d'été 2017, livre d'or des visiteurs © musée du quai Branly - Jacques Chirac, photo Julien Brachhammer

Clairière du Candi, salon d'été 2017

© musée du quai Branly, photo Julien Brachhammer