Changer de langue :

31 octobre

le guru Ammannur Madhava Cakyar signifie "comment cela ?", l'un des gestes-clé du kutiyattam, théâtre de Na'anakairali, le 4 janv. 2001.

 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

le petit Jishnu regarde Rama (Kuttanceri Sangit Cakyar, 15 ans) avant que celui-ci n'entre en scène (le 3 déc. 2002).

 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Jishnu (8 ans), élève de K. Rama Cakyar, répète son rôle d'acteur (Sutradhara). école du Kalamandalam, Ceruturuthy, fév. 2003.

 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

"psalmodie combinée" spécifique au "Kuttu de l'anneau". Le cakyar incarne le dieu singe Hanuman, le percussionniste nampyar intervient exceptionnellement dans le jeu, la femme nannyar symbolise Sita. théâtre de temple (kuttampalao) de Guruvayur, le 1er déc. 2002.

 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

le « tutu » (mattu˘) du héros Hanum€n, accroché au pilier du théâtre du temple de Guruvayur avant la représentation. Déc. 2002. photos Virginie Johan

 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Virginie Johan

du je au jeu de l'acteur de Kutiyattam : ethnoscénologie d'un théâtre épique. (Province du Kerala, Inde)

la thèse

L’enjeu est de définir et d’ancrer le caractère épique de l’esthétique du Kutiyattam, en prenant pour cœur l’acteur. En théorie « joyau » du théâtre en sanskrit classique, le Kutiyattam est aussi « un lotus » (K. Rama Cakyar) qui a pour sève les mémoires d’acteur-conteur de ses maîtres. Ces mémoires se déploient en scène sous la forme d’une dramaturgie et d’un jeu ici qualifié d’épique, en référence au dramaturge Bertolt Brecht et à l’histoire du théâtre indien. Le travail cherche donc les racines humaines, les sucs et sueurs dans lesquels macère l’acteur, avant de respirer sur le vif « la fleur » de l’art et d’en discerner les subtiles saveurs.

La première partie de la thèse, consacrée aux « compétences », interroge le « je » des maîtres Cakyar. Acteurs-conteurs de naissance qui offrent leur art aux dieux dans les temples du Kerala, ils revendiquent un ancêtre au double visage, Barde (Suta) et Acteur (Sutradhara), qu’ils incarnent sur les scènes rituelles. Les flammes de la lampe à huile éclairant les représentations appellent un jeu resserré au solo par lequel les visages d’acteur et de conteur servent ceux des personnages. Quant à l’apprentissage du langage de l’acteur, fait de codes minutieux (vocaux, gestuels, faciaux, oculaires, respiratoires), il permet de clairement distinguer l’homme de l’acteur : seul ce dernier se hisse au niveau de la poésie et de ses héros. Poser ces compétences est essentiel pour comprendre les règles du jeu des performances futures.

La deuxième partie de la thèse analyse l’acteur en jeu, d’une part en appréhendant la scène comme un véritable laboratoire d’analyse de la microsociété et du macrocosme qui l’animent, et d’autre part en considérant les textes (étude des pièces et des manuels d’acteurs) et les performances elles-mêmes (un triple DVD propose des annexes filmiques vivantes). Ainsi, expose et explique-t-on l’omniprésent phénomène de « distanciation » du Kutiyattam, qui repose sur des principes proches de ceux que proposait Brecht pour son « théâtre épique », à savoir : les principes d’arrêt du temps, de retour en arrière, d’imbrication du mimésique et du diégésique, d’échange de point de vue, qui apparaissent dans la dramaturgie des représentations pour s’amplifier avec le jeu d’acteur. Le montage adopté pour les films, qui fixe l’image, veut exalter cette dramaturgie. Le travail conduit finalement à réinterroger le célèbre paradoxe du comédien ainsi que les probables origines épiques du théâtre indien.

parcours et travaux

Virginie Johan étudie le théâtre Kutiyattam du Kerala – et tout particulièrement de son jeu d’acteur – depuis 1998, année de sa découverte, à la fois de cet art, à l’Association de Recherche des Traditions de l’Acteur, et de la discipline ethnoscénologique, à l’Université Paris-VIII (qui offre une perspective méthodologique adaptée à son corpus). Initiée aux études indiennes dès ses premières années universitaires, à Paris-III, elle consacre ses mémoires de maîtrise et de DEA respectivement au langage de l’acteur et à une ethnographie de ses maîtres, les Cakyar. Codirigé par des indianistes, son travail est soutenu par des bourses (universitaire et de recherche) qui lui permettent de rester longtemps sur le terrain. Bénéficiant pour la thèse du statut d’allocataire de recherche, elle combine ensuite activités d’enseignement et missions. Elle poursuit parallèlement son apprentissage du sanskrit (EPHE) et du malayalam (cours privés), et entreprend un travail filmique concevant des principes de montage appropriés à l’analyse des représentations (qui durent souvent plusieurs nuits) au Centre Audio Visuel et Informatique de sa faculté. Souhaitant au départ faire (re)connaître le Kutiyattam dans le monde de la recherche française, elle expose progressivement ses recherches à un niveau national et international, pour différents cadres disciplinaires scientifiques (études théâtrales, ethnoscénologie, anthropologie, langues anciennes). Ces travaux sont pour certains publiés ou en voie de l’être.

Quelques publications
– « Kuttu-Kutiyattam : théâtres classiques du Kerala ». revue d’histoire du théâtre 216, 2002-4: 365-382.
– « intrigue et représentation dans le théâtre kutiyattam ». in : intrigue et représentation dans le théâtre sanskrit et le théâtre gréco-romain. Actes du Colloque des 25-26 janv. 2002, Toulouse, Publication du Centre de Recherches Appliquées au Théâtre Antique (« Les travaux du CRATA »), 2004 : 38-75.
– « préludes à une ethnoscénographie filmée de performances d’acteurs ». in : C. Guillebaud & V. Johan (dir.). atelier 31. vers une anthropologie esthétique ? le cas des arts performatifs en Asie : terrains et méthodes. congrès international du réseau-Asie des 28-30 déc. 2005 : www.resau-asie.com.
– « pour un théâtre des yeux : l’exemple indien ». Coulisses 33 (publication des presses universitaires de Franche-Comté), 2006 : 259-274.
– à paraître: « actresses on the temple stages? (the conception and performance of women’s roles in kutiyattam Ramayana plays) ». in : H. Brückner, A. de Bruin, H. Möser (eds.): changing roles and perceptions of women performers in indian culture. Wiesbaden, Harrassowitz publishers (« drama und theater in Südasien » vol.7) : 20 p., 2 films In : Möser (ed.). DVD.