Changer de langue :

  • Fr
  • En
  • Es

27 novembre

Lauréats des bourses d'étude 2013-2014

Procès-verbal du Comité d’évaluation scientifique du 3 juillet 2013

Le Comité d’évaluation scientifique s’est réuni sous la présidence de M. Stéphane Martin et en présence d’Anne-Christine Taylor, Madeleine Leclair, Michael Houseman, Denis Vidal, Thierry Dufrêne, Benoît de l’Estoile, Michèle Therrien, Julien Clément, Laurent Berger, Julien Bonhomme et Jessica De Largy Healy. Dominique Poulot, Jean-Paul Demoule, Pierre Lemonnier, Giovanni Carreri étaient excusés.

Ordre du jour : attribution des bourses doctorales et postdoctorales du musée du quai Branly pour l’année 2013-2014.

À l’issue des délibérations du Comité d’évaluation scientifique, ont été déclarés lauréats pour l’année 2013-2014 :

Bourses doctorales

  • Reginald Patterson, (Romance studies, Duke University, Etats-Unis),  « Concording the Bamboo Canon: A cartography of Les Bambous: Fables de La Fontaine travesties en patois créole par un vieux commandeur (1846, 1869, 1885, 1931, 1976, 2002) ».
  • Émilie Stoll, (Anthropologie, Ecole Pratique des Hautes Etudes, France ; Universidade Federal do Para, Brésil),  « Andrelino a mangé mon fils mais il va me le payer ! » Récits d’ensorcelés comme balises topographiques pour une élaboration du paysage et des conflits fonciers entre les Ribeirinhos du bas-Tapajós (Amazonie brésilienne) ».
  • Arnaud Dubois, (Anthropologie, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, France), « Multicolore, les couleurs démocratiques. Approche anthropologique des couleurs des arts contemporains ».

Liste complémentaire (en cas de désistement)

  • Isabel Penoni, (Anthropologie, Universidade Federal do Rio de Janeiro, Brésil)
    « Les Luvale du Haut-Zambèze entre la tradition et le spectacle (Angola, Afrique Centrale) »
  • Chloé Capel, (Archéologie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France), « Archéologie du fait urbain aux marges sahariennes (IX-XVe siècles) ».
  • Pablo Antunha Barbosa, (Anthropologie, Ecole des Hautes Etudes en Sciences  Sociales, France; Université Fédérale de Rio de Janeiro, Brésil), « À la recherche de la « Terre sans Mal ». Histoires et trajectoires d’un mythe Guarani (XIXe-XXIe siècle) ».

Bourses postdoctorales

  • Claire Houmard, (Archéologie, Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, France ; Musée National du Danemark), « Diversité culturelle de l’Arctique, du Dorsétien au Thuléen : évolution, adaptation et interactions des groupes humains, du Canada au Groenland (500 B.C.-1600 A.D.) »
  • Olivia Ange, (Anthropologie, Université Libre de Bruxelles, Belgique), « Circulation et valorisations des miniatures andines dans un paysage culturel de l’Unesco »
  • Giulia Battaglia, (London School of Economics, Royaume-Uni), « Ethnographic practices of digital image-making in India »
  • Anna Edmundson, (Histoire de l’art, Australian National University, Australie), « Crossing the Gulf: Towards an Art History of Papua New Guinea »
  • Baptiste Gille, (Anthropologie, Oxford University, Royaume-Uni), « Masques chamaniques yup’ik et tlingit. Réflexions sur deux formes de figuration des entités surnaturelles dans le grand nord américain »

Liste complémentaire (en cas de désistement)

  • Ksenia Pimenova, (Anthropologie, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, France), « Les « rites mineurs » dans la pratique des spécialistes rituels sud-sibériens. Stratégies de communication, logiques d'invention rituelle et normativité institutionnelle à l’époque post-soviétique »
  • Géraldine Le Roux, (Anthropologie, Laboratoire International Associé TransOceanik France, Australie), « La photographie ancienne sous le regard de l’artiste contemporain. Anthropologie comparée des projets d’artistes aborigènes et océaniens dans les musées d’ethnographie »
  • Céline Flory, (Histoire, Centre International de Recherches sur les Esclavages, France), « « Ré-africaniser » l’Atlantique français ? représentations et traces culturelles et religieuses des engagés africains et de leurs descendants aux Antilles françaises de l’abolition de l’esclavage de 1848 à nos jours »