Zhao Renhui

Contenu

Zhao Renhui

Singapour

Zhao Renhui est né à Singapour en 1983. Diplômé en photographie du Camberwell College of Arts de Londres et du London College of Communication, il est depuis retourné dans son pays natal pour fonder l’organisation internationale Institute of Critical Zoologists, dont l’objectif est de « développer une approche critique du regard zoologiste ou de la manière dont les êtres humains perçoivent les animaux ».
Son œuvre a été récompensée en 2011 par le prix de la photographie Deutsche Bank décerné par l’Université des Arts de Londres et fait partie de nombreuses collections publiques et privées.

Zhao Renhui a récemment exposé son travail au Centre for Contemporary Photography (Melbourne), au Noorderlicht Photo Festival, au Format Festival, à PhotoIreland, au Flash Forward Festival, au Fukuoka Asian Art Museum (Japon), au Seoul Arts Center (Corée), au GoEun Museum of Photography (Corée) et à Shanghart. Enfin, il a effectué de nombreuses résidences de recherche, notamment au musée Fukuoka Asian Art, au National Museum of Wales, au Earth Observatory de Singapour, à l’Arctic Circle Residency et à la Kadist Art Foundation.

Lien

137 years

Résidences photographiques 2016

Le travail photographique de Zhao Renhui porte une attention toute particulière à la manière dont nos attitudes et nos opinions façonnent ce que nous estimons vrai à propos du monde naturel. C’est dans ce domaine de prédilection qu’est l’environnement qu’il met à l’épreuve du doute les processus de transmission du savoir et de l’acceptation de la vérité.

L’ouvrage Camping and Tramping in Malaya de l’explorateur britannique Ambrose Rathborne est une étude datée de la fin du 19e siècle portant sur la faune et la flore du Malaya, ancienne Malaisie péninsulaire. Il s’agit de la première étude approfondie rédigée en anglais sur la vie sauvage du sud-est asiatique.

Zhao Renhui a utilisé cet ouvrage comme feuille de route conceptuelle pour sa série, réempruntant l’itinéraire de l’explorateur depuis Singapour jusqu’au nord de la Malaisie sur la trace des espèces animales et végétales sauvages. Les photographies issues de ce voyage, reconstitutions des environnements décrits par Rathborne, rendent compte des changements écologiques survenus dans cette zone géographique en l’espace de 137 ans : « Les animaux n’errent plus en liberté dans la nature comme cela était le cas il y a 137 ans. La plupart de ceux que j’ai rencontrés étaient confinés dans des réserves naturelles spécifiques ou dans des parcs. Il s’agit la plupart du temps du seul endroit où ils peuvent survivre, le développement urbain gagnant de plus en plus de terrain sur les espaces naturels. » L’artiste a intégré à sa série photographique un ensemble de cartes postales coloniales des années 1890 et 1960 issues de sa propre collection, dont il s’est inspiré pour créer l’univers esthétique de ses photographies. Derrière les paysages exotiques et animaux en apparence paisibles des photographies de Zhao Renhui se cachent les problématiques de moralité et d’éthique engendrées par la question de la relation de l’homme à la nature en Asie du Sud-Est, dont la série 137 yearstente de retracer l’histoire et d’écrire les pages futures.

Série réalisée en 2017.

As We Walk on Water

Photoquai 2013

La série As We walk on Water porte sur un moment particulier de l'histoire de Singapour : dans les années 1960, alors que le pays décidait d’étendre sa superficie, il fallut importer massivement du sable de pays voisins pour gagner sur la mer. Au démarrage de cet ambitieux projet, les côtes ouest et est ressemblaient à des déserts. Pour rejoindre l’océan Indien, désormais « repoussé » à 6 kilomètres, les riverains n’avaient d’autre choix que traverser d’immenses dunes.

Si les photographies de Renhui Zhao sont présentées comme des documents d’archives datant des années 1970, il s’agit en réalité d’un récit fictif contemporain. Elles ont été prises dans le désert de Tottori au Japon dans l’intention de recréer des archives imaginaires. Le photographe interroge ici les origines de la connaissance, de l'histoire et de la mémoire. Il remet également en cause la fiabilité de l’enregistrement photographique, à l’instar des chimères photographiques de l’Espagnol Joan Fontcuberta.

Sa pratique pluridisciplinaire conteste le principe même de l’archive et de l’autorité scientifique, en remettant en question l’utilisation de la photographie dans ces deux champs. Ce faisant Renhui Zhao crée ses propres archives, à partir desquelles il construit son travail photographique, dans un « double acte d’authentification » pour reprendre la formule d’Elizabeth Edwards.

Série réalisée en 2011.