Aun Raza

Contenu

Aun Raza

PAKISTAN

Né à Lahore en 1983 et élevé entre l’Italie, le Canada et le Pakistan, Aun Raza est diplômé en arts multimédia du National College of Arts de Lahore. Il pratique le dessin et la peinture, avant de pratiquer et de s’épanouir en photographie : « son caractère immédiat, m’a permis de saisir ce que le professeur d’art dramatique russe Constantin Stanislavski (1863-1938) appelait la “solitude en public”. »

 Bien que son champs d’investigation soit multiple, Aun Raza privilégie le portrait et le reportage. Depuis 2010, le photographe a voyagé dans de très nombreux pays, à la rencontre de différentes cultures et modes de vie. Son travail a fait l’objet de plusieurs expositions à l’international : Yangon Photo Festival 2018 et 2015, Myanmar, Galerie QR Nuit Blanche, Bologne (2016), Angkor Photo Festival 2016 et 2015, Royal Ontario Museum, Toronto (2014). Sa série Here Lies Lahore a été présentée dans le cadre de la biennale de photographie contemporaine Photoquai en 2015.

For the Love of Lahore

Résidences photographiques 2018

« J’associe la photographie à du voyeurisme : c’est, pour moi, un moyen de lire les journaux intimes des gens, de partager leur vie – et plus particulièrement les moments volés. En photographiant des situations de capitulation et de désespoir, mais aussi cette joie dont l’éclat est parfois palpable dans l’air, j’éprouve la sensation de visualiser l’instant où l’on retient son souffle. »

Le Pakistan est à même de procurer ce genre d’émotions contradictoires : « exaspération et aspirations, musique et pleurs, chaos et consolation, vie et désolation ». Aun Raza a choisi d’y continuer son projet photographique visant à saisir les dernières traces du passé dans une ville en pleine transformation. C’est sa ville natale, quittée depuis plus de 10 années, que Aun Raza a décidé de passer au crible de son appareil photo, avec distance et humour : « à Lahore, au milieu des destructions et du pourrissement, la beauté, la moiteur, l’intensité subsiste ; dans le visage de ces gitans campant près de la rivière Ravi, dans leur musique et leurs couleurs, à qui la ville doit une part de son héritage disparu ».

Cette série se veut la suite de sa série Here Lies Lahore, journal intime photographique des habitants de Lahore, exposée dans le cadre de la dernière biennale photographiques Photoquai en 2015.

Série réalisée en 2018-2019.