Changer de langue :

20 août

Un panthéon métis en Inde portugaise

Dès le début de la colonisation portugaise au XVIe siècle s’est développée dans cette « Rome de l’Orient » que fut Goa, une production d’images religieuses en ivoire, production que l’on pourrait qualifier de proto-industrie, tant elle fut importante. En effet, nous ne pouvons qu’être surpris par la profusion de ces représentations « indo-portugaises » que l’on trouve encore aujourd’hui dans les musées, chez les antiquaires ou dans les salles de vente, au Portugal bien sûr mais aussi en Europe et de l’autre côté de l’Atlantique, au Brésil ou au Mexique. Mais qu’entend-on par images indo-portugaises ? Bernardo Ferrão de Tavares e Távora, l’un des premiers à les avoir étudiées, nous en donne la définition suivante : « Il s'agit de sculptures faites en Asie par des artisans indigènes, initialement sous l'égide des missions portugaises, copiant des motifs occidentaux, s'en inspirant ou les recréant avec des variantes propres ». Cela aboutit à la création d’objets métis, objets qui nous racontent une histoire, celle de la rencontre de deux mondes – l’occidental et l’asiatique.

  • Bon Pasteur

  • Détail d’un piédestal de Bon Pasteur

  • Détail d’un Bon Pasteur

  • Bon Pasteur de dos

  • Détail d’un socle de Bon Pasteur

  • Bon Pasteur

    Bon Pasteur

  • Deux Bons Pasteurs

  • Vierge de l’Immaculée Conception

  • Détail de la Vierge de l’Immaculée Conception

  • Vierge à l’enfant

  • Vierge de l’Immaculée Conception

  • Sainte en prière

  • Vierge

  • Vierge à l’enfant

  • Jésus bénissant

  • Enfant Jésus « Salvator mundi »

  • Enfant Jésus au crâne

  • Enfant Jésus

  • Enfant Jésus dans son lit

  • Le christ en croix

  • Détail du Christ en croix

  • Détail du Christ de dos

  • Saint Sébastien

  • Détail de Saint Sébastien

  • Saint François d’Assise

  • Saint Antoine de Padoue

  • Deux saints pélerins

  • Petit couple


Détail d’un Bon Pasteur

Détail d’un Bon Pasteur

XVIIe siècle, ivoire, , H : 28 cm, L : 23 cm

Le Bon Pasteur peut être assis soit directement sur le piédestal (photo introduction), soit sur un cœur percé de flèches (comme sur ce modèle), les jambes croisées à l’indienne ou pendantes.

Si on peut imaginer plusieurs destinations à ces représentations, la première est sans aucun doute religieuse. En effet, ces images apparaissent dans un contexte historique particulier, celui de la colonisation et des conversions religieuses. Il fallait convertir et dans leur désir de prosélytisme religieux, on peut imaginer que les missionnaires ont utilisé cette image comme un véritable catéchisme illustré pour instruire les populations locales.

Mais que voyait vraiment dans cette image un hindou juste converti ? Plusieurs hypothèses ont été émises. On a pensé à Buddha, de part son attitude les yeux clos et le sourire méditatif. On a évoqué aussi Krishna, avatar de Vishnou, dieu très populaire en Inde que l’une des représentations les plus courantes figure en pasteur adolescent. Ainsi Krishna comme Jésus en bons pasteurs sont deux divinités qui s'incarnent l'une comme l'autre en bergers divins pour sauver les « gentils » de la religion païenne.

Malgré leur abondance, ces objets soulèvent de nombreuses questions – datations incertaines, silence sur les ateliers de production ou sur les artistes qui les ont produits – que les différentes études sur le sujet ont peu élucidées à ce jour. L'emploi de la main-d'œuvre locale est évidente. Les voyageurs d'ailleurs le confirment dans leurs récits.