Changer de langue :

27 novembre

rites funéraires

Les rites funéraires jouent un rôle privilégié, voire primordial dans la relation de l’homme au sacré.

Ils soulignent, à travers leur riche cérémonial, à quel point la mort est présente et acceptée dans les sociétés non occidentales où les défunts, ancêtres en puissance, font partie intégrante de la vie.

Cette relation étroite entre les vivants et les morts passe bien souvent par un vaste système d’échange à la fois symbolique, spirituelle et physique qui se matérialise par des offrandes et s’incarne dans la sculpture pétrie dans la matière, signe de pérennité et objet de mémoire.

  • Planche malu

    Planche malu

  • Crâne d'ancêtre

  • Masque de danse funéraire

    Masque de danse funéraire

  • Reliquaire zoomorphe (poisson), crâne

    Reliquaire zoomorphe (poisson), crâne

  • Effigie funéraire

  • Mannequin funéraire

  • Masque de deuilleur

  • Cérémonie funéraire

  • Tambour de bronze funéraire

  • Statue funéraire

  • Statue anthropomorphe

  • Masque anthropomorphe

  • Statuette de gardien de reliquaire

  • Figuration de crâne

  • Poteau funéraire anthropomorphe

  • Figure féminine

  • Urne funéraire d’enfant

    Urne funéraire d’enfant

  • Coupe à piédestal à décor zoomorphe

  • Gantelet à décor zoomorphe

    Gantelet à décor zoomorphe

  • Masque funéraire

  • Urne funéraire


Reliquaire zoomorphe (poisson), crâne

Reliquaire zoomorphe (poisson), crâne

Poisson-reliquaire, Îles Salomon, île Santa Ana, début du 20e siècle, os, bois, pigments naturels, 211,5 x 35,3 cm, don Monique et Etienne de Ganay, Régine et Charles van den Broek, expédition La Korrigane, 1934-1936, 71.1961.103.56

La terre sur l'île de Santa Anna est pauvre. La pêche est une ressource indispensable à la vie des populations. L'activité rituelle reflète cette liaison au monde marin. Les jeunes garçons étaient initiés dans des maisons construites en bord de mer ou étaient conservés ces reliquaires en forme de bonite -une sorte de thon- ou de requin, ainsi que les grandes pirogues de pêche et de guerre. Ces reliquaires recevaient les crânes des chefs alors que les os longs du défunt étaient déposés dans des pirogues. Les rituels de deuil permettaient de transformer le mort en puissance protectrice. Les chefs ou les personnages importants pouvaient ainsi s'incarner après leur mort dans des espadons et des requins qui devenaient alors des divinités tutélaires.