Changer de langue :

28 juillet

rites funéraires

Les rites funéraires jouent un rôle privilégié, voire primordial dans la relation de l’homme au sacré.

Ils soulignent, à travers leur riche cérémonial, à quel point la mort est présente et acceptée dans les sociétés non occidentales où les défunts, ancêtres en puissance, font partie intégrante de la vie.

Cette relation étroite entre les vivants et les morts passe bien souvent par un vaste système d’échange à la fois symbolique, spirituelle et physique qui se matérialise par des offrandes et s’incarne dans la sculpture pétrie dans la matière, signe de pérennité et objet de mémoire.

  • Planche malu

    Planche malu

  • Crâne d'ancêtre

  • Masque de danse funéraire

    Masque de danse funéraire

  • Reliquaire zoomorphe (poisson), crâne

    Reliquaire zoomorphe (poisson), crâne

  • Effigie funéraire

  • Mannequin funéraire

  • Masque de deuilleur

  • Cérémonie funéraire

  • Tambour de bronze funéraire

  • Statue funéraire

  • Statue anthropomorphe

  • Masque anthropomorphe

  • Statuette de gardien de reliquaire

  • Figuration de crâne

  • Poteau funéraire anthropomorphe

  • Figure féminine

  • Urne funéraire d’enfant

    Urne funéraire d’enfant

  • Coupe à piédestal à décor zoomorphe

  • Gantelet à décor zoomorphe

    Gantelet à décor zoomorphe

  • Masque funéraire

  • Urne funéraire


Effigie funéraire

Effigie funéraire

Effigie funéraire, tau tau Indonésie, Sulawesi, pays Toraja population Toraja Sa'dan, bois de jacquier, coton, pigments de chaux blanche,, pigments noirs de suie, 20e siècle, 169 x 50 cm, 70.2001.207.318.1-13, ancienne collection du musée Barbier-Mueller, Genève

Pour les Toraja Sa'dan signifie "petite personne" ou "comme une personne". Sculptée dans un bois de jacquier, articulée à l'aide de chevilles de bois, l'effigie est animée par un poème que chante le prêtre . Une fois consacrée, elle accueille l'ombre, ou l'âme du défunt, , et devient son double. Comme le défunt, elle reçoit des offrandes de nourriture, du bétel et du vin de palme. Lors de la procession qui mène le défunt vers son ultime demeure, le suit le cortège sur un palanquin richement orné. Il est ensuite placé à l'entrée de la tombe d'où il regarde le monde des vivants. Les rituels funéraires toraja sont d'une élaboration extrême. Pour aider "l'ombre" des défunts de hauts rangs à atteindre le statut d'ancêtre, la famille doit accomplir une série de rites de passage. Une fois le cycle des cérémonies achévé, le mort accède au rang "d'ancêtre divinisé" et cesse son errance. Mais, pour atteindre ce but, les vivants doivent respecter les règles, étape par étape, rite après rite. Les funérailles toraja obéissent à une série d'étapes soigneusement régulées, chacune nécessitant une importante dépense de richesse. C'est donc les nobles, les personnes d'un certains rang ou suffisamment riches qui pouvaient ordonner la réalisation d'un tau tau. Il n'est pas rare d'observer un laps de temps très long entre le moment du décès et les funérailles. En attendant, le cadavre est enveloppé de très nombreux textiles et est considéré comme étant malade.