Changer de langue :

20 avril

parures et ornements

Dans toutes les cultures, l’homme a pratiqué l’art de la parure, alliant ainsi l’apparence et le cérémoniel.

L’attention portée à la confection des objets, le goût pour les matières précieuses, le raffinement des motifs témoignent d’une fascination pour le paraître, comme révélateur d’un statut particulier et d’une certaine opulence.

Généralement, la parure est emblématique d’une forme d’autorité sociale. Mais elle  peut aussi jouer un rôle protecteur contre l’adversité en fonction des matériaux qui la constituent et des symboles qui l’accompagnent. Elle est alors le plus souvent porteuse d’énergie vitale.

  • Charme de guerre

  • Coiffe féminine

  • Ornement de tête

    Ornement de tête

  • Ornement d'oreille masculin

  • Pendentif

  • Ornement de front

  • Peigne de chignon pour homme

  • Pendentif

  • Coiffe

  • Pendentif de dos

  • Voile de visage

  • Fibule

  • Diadème

    Diadème

  • Pendentif

  • Collier à l'oiseau

  • Coiffe

  • Coiffe frontale dite " chapeau de clan "

  • Coiffe-masque

  • Coiffe de chef

  • Figurine masculine Inca

  • Grande coiffe chancay


Ornement de front

Ornement de front

Lado, Indonésie, petites îles de la Sonde, île de Flores, population Nage, 20e siècle, or, 50 x 26,5 cm, don Monique et Jean Paul Barbier-Mueller, 70.2001.27.709

Les Nage vivent au centre de l'île de Flores entre leurs voisins Lio, Keo, Ngada et Riung. Emblème de prospérité, cet ornement exigeait des sacrifices rituels particuliers. Il était transmis de père en fils et appartenait au trésor familial. Les hommes de hauts rangs, les chefs ou les guerriers les portaient fixés au front sur un foulard lorsque de nouveaux édifices ou poteaux cérémoniels fourchus, peo, étaient érigés et que les sacrifices de buffles étaient organisés lors de la cérémonie pa sese. Il existe un lien entre le frontal lado et le poteau peo. Selon certains récits villageois, sept nobles portant le lado en or devaient aller en forêt choisir l'arbre qui deviendrait le peo. L'un des sept hommes s'asseyait à califourchon sur le tronc fourchu durant le trajet de la forêt au village, tandis qu'un autre trouvait son équilibre sur une planche transversale. La base de la couronne évoque la forme d'un bateau mais aussi celle des cornes du buffle. A Flores, le buffle assurait le prestige de son propriétaire. Son sang versé sur les pierres de l'autel du village, devait honorer les ancêtres. Cette couronne est la version en or d'un modèle plus ancien réalisé en plumes et coquillages. Les Hollandais, durant le temps de la colonisation, avaient importé des pièces de monnaies en or afin d'assoir leur emprise en Indonésie orientale.