Changer de langue :

16 avril

parures et ornements

Dans toutes les cultures, l’homme a pratiqué l’art de la parure, alliant ainsi l’apparence et le cérémoniel.

L’attention portée à la confection des objets, le goût pour les matières précieuses, le raffinement des motifs témoignent d’une fascination pour le paraître, comme révélateur d’un statut particulier et d’une certaine opulence.

Généralement, la parure est emblématique d’une forme d’autorité sociale. Mais elle  peut aussi jouer un rôle protecteur contre l’adversité en fonction des matériaux qui la constituent et des symboles qui l’accompagnent. Elle est alors le plus souvent porteuse d’énergie vitale.

  • Charme de guerre

  • Coiffe féminine

  • Ornement de tête

    Ornement de tête

  • Ornement d'oreille masculin

  • Pendentif

  • Ornement de front

  • Peigne de chignon pour homme

  • Pendentif

  • Coiffe

  • Pendentif de dos

  • Voile de visage

  • Fibule

  • Diadème

    Diadème

  • Pendentif

  • Collier à l'oiseau

  • Coiffe

  • Coiffe frontale dite " chapeau de clan "

  • Coiffe-masque

  • Coiffe de chef

  • Figurine masculine Inca

  • Grande coiffe chancay


Figurine masculine

Figurine masculine Inca

Pérou, 1450 - 1532 ap. J.-C., argent, incrustations de pâtes de couleur, 71.1887.114.90

L'empire Inca connut sa plus grande expansion de 1450 à 1532. A cette époque, les orfèvres Chimú de la côte nord du Pérou, réputés les plus habiles de leur temps, furent réquisitionnés par l'autorité Inca pour venir travailler dans les ateliers métallurgiques de l'Etat. Malgré une production importante, peu de pièces incas en orfèvrerie sont parvenues jusqu'à nous car elles ont été fondues par les conquistadors pour être expédiées en Espagne. Cette production comptait de petites figurines faites de feuilles d'argent ou d'or martelées et soudées représentant des personnages des deux sexes ou des camélidés. Elles étaient déposées en offrande dans des sépultures et des sanctuaires, ou dans des sites naturels sacrés, tels que grottes, sources d'eau et pics montagneux. Cette figurine masculine, coiffée d'un bandeau enroulé autour de la tête, porte, enfilés dans les lobes percés et étirés des oreilles, les grands ornements d'oreille circulaires réservés aux hommes de la noblesse Inca. Cette déformation, insigne de statut, valut aux nobles le surnom de orejones (hommes aux grandes oreilles) donné par les Espagnols. A l'origine, ce type de statuette était probablement parée de vêtements miniatures à la mode de l'époque, tels que manteau, coiffe de plumes et sac à coca, qui ne sont parvenus jusqu'à nous que dans de rares cas.