Changer de langue :

18 décembre

masques

Le masque cache autant qu’il révèle, « nie autant qu’il affirme » selon la formulation de Claude Lévi-Strauss. Bien souvent détenteur d’un secret, il tait, en effet, ce que seuls les initiés doivent savoir.

Son pouvoir relève aussi de sa capacité à incarner un esprit, lien entre l’homme et les ancêtres, le monde visible et celui de l’invisible. Il est inséparable d’un contexte mythique qui structure le mode d’existence et de pensée de la plupart des sociétés traditionnelles.

Au cœur de la vie d’un groupe ou d’une communauté, le masque, intercesseur indispensable, est toujours actif.

  • Masque de façade

  • Masque de deuil

  • Masque vungvung

  • Masque d’esprit hudoq

    Masque d’esprit hudoq

  • Masque chubwan

  • Masque-coiffe Netames

  • Masque anthropomorphe

  • Masque d'exorcisme, loup

  • Masque représentant Bhairava

  • Masque anthropomorphe

  • Masque anthropomorphe

  • Cimier

  • Masque

  • Masque anthropomorphe

  • Masque Congo

  • Masque juju

  • Grand masque Wauja

  • Masque cérémoniel kegginaquq

  • Masque anthropomorphe à transformation

  • Masque anthropomorphe

  • Masque funéraire


Cimier

Cimier

Nigeria, Ejagham, 20e siècle, bois, peau d'antilope, vannerie, métal, os, pigments, 72,5 x 54 x 50 cm, 2664 g, 71.1948.8.2

La petite structure de vannerie qui se trouve à la base de ce masque permettait de le porter sur le sommet de la tête. Il représente une jeune fille dont la coiffure se compose de longues tresses qui forment des volutes. Le masque inspirait le respect : il appartenait à une société des guerriers ejagham (Nigeria). Il est constitué d'une tête sculptée en bois sur laquelle a été appliquée la peau humide d'un animal qui s'est rétractée en séchant. L'aspect naturaliste du visage n'en est que plus frappant. D'autres exemplaires de ce type de masque étaient constitués à partir de véritables crânes humains, trophées obtenus lors de combats avec l'ennemi.