Changer de langue :

31 octobre

masques

Le masque cache autant qu’il révèle, « nie autant qu’il affirme » selon la formulation de Claude Lévi-Strauss. Bien souvent détenteur d’un secret, il tait, en effet, ce que seuls les initiés doivent savoir.

Son pouvoir relève aussi de sa capacité à incarner un esprit, lien entre l’homme et les ancêtres, le monde visible et celui de l’invisible. Il est inséparable d’un contexte mythique qui structure le mode d’existence et de pensée de la plupart des sociétés traditionnelles.

Au cœur de la vie d’un groupe ou d’une communauté, le masque, intercesseur indispensable, est toujours actif.

  • Masque de façade

  • Masque de deuil

  • Masque vungvung

  • Masque d’esprit hudoq

    Masque d’esprit hudoq

  • Masque chubwan

  • Masque-coiffe Netames

  • Masque anthropomorphe

  • Masque d'exorcisme, loup

  • Masque représentant Bhairava

  • Masque anthropomorphe

  • Masque anthropomorphe

  • Cimier

  • Masque

  • Masque anthropomorphe

  • Masque Congo

  • Masque juju

  • Grand masque Wauja

  • Masque cérémoniel kegginaquq

  • Masque anthropomorphe à transformation

  • Masque anthropomorphe

  • Masque funéraire


Masque anthropomorphe à transformation

Masque anthropomorphe à transformation

Masque articulé Haïda, Canada, Colombie britannique, 19e siècle, bois de cèdre, fibres, peinture verte rouge noire et blanche, métal, ancienne collection André Breton, don Aube Breton-Elléouët et Oona Elléouët, 70.2003.9.2

Après le contact avec l'Occident et grâce à l'apport d'outils métalliques, l'art des Indiens Haida de la côte ouest du Canada a connu son âge d'or au milieu du XIXe siècle avant que cette société ne soit décimée par les épidémies. Les masques articulés figurent un ancêtre ou un héros mythique. L'histoire de leurs exploits est retracée lors de représentations de type théâtral. Celles-ci s'inscrivaient dans les cycles cérémoniels des festivals d'hiver à caractère initiatique. Ces masques se transmettaient entre initiés et étaient ainsi utilisés plusieurs années durant. L'intérieur de ce masque du début du XIXe siècle contient des tenons qui permettaient, grâce à un dispositif de ficelles, d'actionner la mâchoire et les yeux. Des croissants de lune peints sur les tempes et les globes oculaires apparaissent lorsque les paupières sont closes : l'ouverture et la fermeture des yeux renvoient à l'alternance du jour et de la nuit.