Changer de langue :

24 septembre

La Dame du Fleuve

Le musée du quai Branly a acquis en 2011 un crochet exceptionnel par sa taille mais aussi par son iconographie. Originaire probablement de la région ouest des Iatmul (groupe Nyaura) en Papouasie-Nouvelle-Guinée (vallée du Sepik), l’oeuvre montre une femme dans toute sa splendeur agressive.

Cette figure est d’autant plus déroutante que les sociétés de la vallée du Sepik sont dominées par les hommes. À eux reviennent l’action politique, les grands équilibres entre les groupes, la guerre et l’organisation d’importants rituels comme l’initiation. Les grandes maisons cérémonielles sont l’expression de cette puissance.

Cependant, les femmes occupent une place considérable. Elles ont en charge la production de nourriture. Elles éduquent les enfants. Leurs territoires sont les maisons familiales, les jardins. Elles sont également au coeur des récits mythologiques. Sur ce crochet, la figure féminine, en équilibre sur son socle, évoque un de ces personnages mythologiques.

Cette promenade à la carte, qui fait écho à l'installation inaugurale de l'Atelier Martine Aublet présentée au musée du quai Branly du 5 juin au 30 septembre 2012, est prétexte à l’évocation de la place des femmes dans la société du Moyen Sepik, leurs rapports au monde des hommes et à celui des Ancêtres.

  • Crochet (samban)

    Crochet (samban)

  • Jupe

    Jupe

  • Coiffe de mariée

    Coiffe de mariée

  • Crocodile

    Crocodile

  • Crochet à figure

    Crochet à figure

  • Filet de portage

    Filet de portage

  • Foyer

    Foyer

  • Jarre à sagou

    Jarre à sagou

  • Panier de pêche

    Panier de pêche

  • Nasse à poissons

    Nasse à poissons

  • Crochet

    Crochet

  • Crochet

    Crochet

  • Crochet

    Crochet

  • Crochet

    Crochet


Crocodile

Crocodile

Papouasie-Nouvelle-Guinée, région du Moyen Sepik, village de Timbunke Population Iatmul Collecté au début du 20e siècle bois, pigments Ancienne collection Dr Lau, Vienne 72.1986.1.4 © musée du quai Branly, photo Claude Germain

Suivant la mythologie Iatmul, l’ancêtre crocodile primordial, celui qui permit à la terre d’émerger, possède une soeur. Cette soeur, mère primordiale, condense les traits de la mère nourricière et ceux de la mère dévorante telle que l’évoque la figure du crochet présenté en ouverture de l’installation. C’est elle qui « avale » puis « digère » dans les maisons cérémonielles, les jeunes garçons lors des initiations. De cette digestion, les initiés portent la trace indélébile sous la forme de scarifications imitant la peau du crocodile. Cette mère primordiale, qui apparaît parfois sous les traits d’un crocodile, donnera naissance à deux enfants mythiques, l’aîné étant un crocodile, le cadet un poisson-chat. Les poissons-chats jouent un rôle fondamental dans la vie des hommes. Un mythe raconte comment un jour les femmes partirent à la pêche. Elles en rapportèrent des silures reconnaissables aux trois barbillons de leurs têtes. Sous ces silures se cachaient les esprits vakn. Ces esprits enseignèrent aux premiers hommes comment ouvrir le sexe des femmes. Ils inventèrent ainsi la sexualité.