Changer de langue :

2 octobre

la technique - les supports et les réserves

Les supports sur lequel les réserves sont exécutées varient selon la matière première utilisée et son traitement, et selon la structure de l’étoffe. Ils reflètent les disponibilités du milieu naturel, mais aussi les choix esthétiques et culturels.

On distingue deux grands groupes de réserve : les réserves par ligature et celles par couture. Elles peuvent être réalisées sans repère ou, au contraire, suivre un motif préalablement inscrit dans ou sur le tissu. Le lien lui-même est de nature variable : un fil de coton, un brin de raphia, une lanière de plastique ou de caoutchouc …

  • le coton tissé localement

    le coton tissé localement

  • le coton industriel

    le coton industriel

  • le raphia tressé

    le raphia tressé

  • le pandanus tressé

    le pandanus tressé

  • la soie tissée

    la soie tissée

  • la laine de camélidé tissée

    la laine de camélidé tissée

  • le support : la laine de mouton et le sprang

    la laine de mouton et le sprang

  • nœud double

    nœud double

  • ligature

    ligature

  • ligature sur tissu pincé

    ligature sur tissu pincé

  • couture et fronçage

    couture et fronçage

  • réserve par couture et cache

    réserve par couture et cache

  • broderie

    broderie

  • pochoir ligaturé

    pochoir ligaturé


la soie tissée

la soie tissée

Elément de ceinture de kimono pour femme, obiage Japon, 20e siècle. Soie 71.1961.98.22

Taffetas mousseline crêpe, réserve par fine ligature nouée, tatebiki kanoko shibori, petit cercle lié formant un motif traditionnel en étoile, puis teinture dans un bain rose. Parmi les procédés de filage, la torsion crêpe, c'est-à-dire une torsion très forte du fil, donne au fil une très grande résistance et crée une mousseline recherchée pour sa texture, et sa bonne réaction à la réserve et à la teinture régulière : en effet, elle garde le froissé et absorbe bien les colorants. On trouve aussi des fils crêpe de laine ; au Japon, un taffetas crêpe est obtenu à partir de soie fortement tordue en trame avec en plus des oppositions de torsions ce qui lui confère une grande subtilité et ajoute relief, élasticité et brillance à l’étoffe teinte. Placée de façon à dépasser légèrement au-dessus de l’obi, ou large ceinture maintenant fermé le kimono des femmes, cette pièce doit contribuer, par sa couleur, à l’harmonie du vêtement. 136x27 cm