Changer de langue :

20 septembre

la couleur et les motifs

La couleur est l’élément stylistique le plus immédiatement visible. Bichromie ou polychromie dépendent du nombre de bains de teinture qui suivent la réalisation des réserves. Autrefois exclusivement naturelles, les teintures sont aujourd’hui fréquemment synthétiques. Le choix d’une couleur est associé au symbolisme des couleurs, et cet aspect est également évoqué ici.

Des motifs originaux naissent des procédés de réserve et sont révélés par le jeu des couleurs.

  • l’indigo

    l’indigo

  • vert perroquet

    vert perroquet

  • rouge

    rouge

  • symbolisme des couleurs

    symbolisme des couleurs

  • ocre et brun

    ocre et brun

  • multicolore

    multicolore

  • rehauts peints

    rehauts peints

  • spirale de pointillés

    spirale de pointillés

  • motif circulaire

    motif circulaire

  • pointillé figuratif

    pointillé figuratif

  • décor de lignes irrégulières.

    décor de lignes irrégulières.

  • couture sur pli

    couture sur pli

  • géométrique, figuration, semis

    géométrique, figuration, semis

  • figuratif

    figuratif


rehauts peints

rehauts peints

Voile de femme, taritat Maroc, Myen Atlas, Aït Telt, fin 19e siècle Laine, coton Don Marcel Korolnik et Annette Korolnik-Andersch 70.2002.23.1

Ce type de voile, porté en bandeau, faisait partie du vêtement quotidien, jusqu’au début du 20e siècle. Son décor abstrait a parfois été interprété comme une protection contre le mauvais œil. La teinture était réalisée par les femmes elles-mêmes. Selon le seul document connu, un article de Marcel Vicaire daté de 1938, on utilisait généralement un fragment d’une robe drapée usagée que l’on teignait avec des colorants naturels : garance, henné, thym sauvage, écorce de noyer, auxquels on ajoutait de l’alun comme mordant. Le tissu était préalablement plié et ligaturé de façon à former cinq poches, appelées ifournan, rassemblées et ligaturées toutes ensemble. Une fois le tissu teint et séché, les ligatures étaient retirées et l’on procédait à la seconde étape du décor. Du henné et de la garance pilée étaient dilués dans une décoction d’écorce de noyer et d’alun. La pâte ainsi formée servait à tracer, à l’aide de plumes de poulet, une résille irrégulière dont les mailles contenaient de petits points.