Changer de langue :

  • Fr
  • En
  • Es

21 août

Sculpture de la région centrale du fleuve Sepik

  • Sculpture Kanak
  • Sculpture Kanak (2)
  • Sculpture Kanak (3)
  • Sculpture de l'est de l'île de Gaua
  • Sculpture du sud-est de l'île de Vanua Lava
  • Sculpture de l'ouest de l'île de Gaua
  • Sculpture du nord de l'île d'Ambrym
  • Sculpture de l'île de Malo
  • Sculpture de l'île de Nendö
  • Sculpture des Iles Salomon
  • Sculpture de l'île de Makira (San Cristóbal)
  • Sculpture de Nouvelle-Irlande
  • Sculpture de Nouvelle-Irlande (2)
  • Sculpture de la région centrale du fleuve Sepik
  • Sculpture korwar
  • Sculpture de l'île de Nukuoro
  • Sculpture de l'île de Mangareva
  • Sculpture des îles Marquises
  • Sculpture des îles Marquises (2)
  • Sculpture de l'île de Tahiti (?)
  • Sculpture des îles Hawaii
  • Sculpture des îles Hawaii (2)
  • Sculpture de l'île de Pâques
  • Sculpture de l'île de Pâques (1)
  • Sculpture de l'île de Pâques (2)
  • Sculpture de l'île de Pâques (3)
  • Sculpture de l'île de Pâques (4)

Sculpture de la région centrale du fleuve Sepik

Crochet représentant un ancêtre féminin XIXe siècle Région centrale du fleuve Sépik, Papouasie-Nouvelle-Guinée Bois, cheveux, pigments, terre, coquillages H. 126 cm Ancienne collection allemande, Brême (?), Arthur. Speyer, Berlin, Ralph Nash et Van der Schyff, Londres, collection Jean Paul Barbier-Mueller, Genève Musée du quai Branly Inv. 70.2011.15.1

 

La figure sur ce crochet est celle d’une femme triomphante. Elle déploie tous les attributs de la féminité. Les seins gonflés, le ventre proéminant laissent à penser qu’elle est enceinte. Sur la sculpture en bois sont fixés des coquillages et des cheveux qui renforcent l’effet naturaliste. De la terre recouvre le visage et le haut du corps. Cette terre est dénommée yimba en langue Iatmul. C’est un mélange d’argile, d’huile ou de latex. Cet assemblage n’est pas innocent. Les deux matériaux employés, l’argile et le bois, font référence respectivement aux deux substances qui sont à l’origine des corps : le sang et le sperme. Suivant la conception Iatmul, le sang, apporté par la mère, se transforme en chairs, le sperme donné par les hommes, crée les os de l’enfant à naître. Avec ses scarifications, la femme représentée, n’est autre qu’une mère primordiale, mère redouté et aimée, à l’origine des clans. Ce crochet était probablement conservé dans la maison du chef de clan. On lui présentait des offrandes qui étaient placées dans des paniers suspendus aux crochets.