Changer de langue :

  • Fr
  • En
  • Es

19 décembre

Sculpture yangéré

  • Sculpture bidjogo
  • Sculpture nalu
  • Sculpture sapi
  • Sculpture dogon
  • Sculpture tellem
  • Sculpture tellem ou dogon
  • Sculpture soninké
  • Sculpture dogon (2)
  • Sculpture dogon (3)
  • Sculpture nuna
  • Sculpture baoulé
  • Sculpture baoulé (2)
  • Sculpture dédiée à Gou, divinité du fer et de la guerre
  • Sculpture de la culture Nok
  • Sculpture de la culture Nok (2)
  • Sculpture Sokoto
  • Sculpture du royaume d'Ifè
  • Sculpture du royaume de Bénin
  • Sculpture du royaume de Bénin (2)
  • Sculpture mbembé
  • Sculpture ejagham
  • Sculpture bangwa
  • Sculpture Bamendou
  • Sculpture fang
  • Sculpture fang (1)
  • Sculpture fang (2)
  • Sculpture fang (3)
  • Sculpture fang (4)
  • Sculpture kota
  • Sculpture sanaga
  • Sculpture m'bété
  • Sculpture téké
  • Sculpture yangéré
  • Sculpture luba
  • Sculpture songyé
  • Sculpture hungana
  • Sculpture yombé
  • Sculpture vili
  • Sculpture zoulou
  • Sculpture sakalava
  • Sculpture Urhobo

Sculpture yangéré

Tambour à fente XIXe siècle République centrafricaine ou République Démocratique du Congo Bois H. 80 cm ; L. 231 cm Ancienne collection musée d'Ethnographie du Trocadéro Don Pierre Savorgnan de Brazza, 1896 Musée du quai Branly Inv. 71.1896.28.72

Les tambours monoxyles servaient à l'accompagnement des danses et assuraient l'émission des messages à distance. Ces instruments étaient réalisés dans des troncs d'arbres évidés. En raison de l'épaisseur variable des lèvres, des sons différents étaient produits.
Deux éléments en saillie, sculptés en forme de tête et de queue de buffle confèrent à l'instrument son aspect zoomorphe. Ces grands tambours appartenant aux détenteurs du pouvoir furent des emblèmes d'autorité et de richesse.
L'attribution de ce tambour à un sculpteur yangéré reste néanmoins hypothétique. Exposé en 1930 à la galerie Pigalle, il est désigné comme une œuvre des "Baïa du Cameroun du sud". Un explorateur allemand indiquait en 1875 que ce type de tambour était utilisé pour "avertir des réunions, pour annoncer la guerre ou la chasse, pour aviser de la tenue des conseils, des fêtes et autres événements", ajoutant qu'il "ne faisait jamais défaut dans la résidence d'un chef ou de quelque responsable d'importance".