Changer de langue :

  • Fr
  • En
  • Es

22 septembre

Sculpture fang

  • Sculpture bidjogo
  • Sculpture nalu
  • Sculpture sapi
  • Sculpture dogon
  • Sculpture tellem
  • Sculpture tellem ou dogon
  • Sculpture soninké
  • Sculpture dogon (2)
  • Sculpture dogon (3)
  • Sculpture nuna
  • Sculpture baoulé
  • Sculpture baoulé (2)
  • Sculpture dédiée à Gou, divinité du fer et de la guerre
  • Sculpture de la culture Nok
  • Sculpture de la culture Nok (2)
  • Sculpture Sokoto
  • Sculpture du royaume d'Ifè
  • Sculpture du royaume de Bénin
  • Sculpture du royaume de Bénin (2)
  • Sculpture mbembé
  • Sculpture ejagham
  • Sculpture bangwa
  • Sculpture Bamendou
  • Sculpture fang
  • Sculpture fang (1)
  • Sculpture fang (2)
  • Sculpture fang (3)
  • Sculpture fang (4)
  • Sculpture kota
  • Sculpture sanaga
  • Sculpture m'bété
  • Sculpture téké
  • Sculpture yangéré
  • Sculpture luba
  • Sculpture songyé
  • Sculpture hungana
  • Sculpture yombé
  • Sculpture vili
  • Sculpture zoulou
  • Sculpture sakalava
  • Sculpture Urhobo

Sculpture fang

Figure de gardien de reliquaire eyima byeri XIXe siècle Gabon Bois H. 56 cm Mission Cottes, 1905-1906 - Ancienne collection du musée d'Ethnographie du Trocadéro, Don Augustin Cottes, 1908 Musée du quai Branly Inv. 71.1908.9.1

Il y a eu dans l'art fang un processus de diffusion dynamique qui peut être [...] perçu et expliqué en termes de régions périodiques plutôt qu'en termes d'identifications stylistiques tribales ou sous-tribales" (James W. et Renate L. Fernandez).
Cette perception des styles va de concert avec la marche migratoire fang, les villages et les lignages se déplaçant l'un après l'autre. Par ailleurs, les Fang apprirent probablement à confectionner leur reliquaire en écorce au contact des Pygmées baka du sud du Cameroun et c'est certainement durant leur migration qu'ils conçurent leur système d'autel portatif composé d'un baril en écorce surmonté d'une sculpture.
Probablement originaire du nord de la Guinée-Équatoriale ou de la région devenue la frontière entre le Cameroun et le Gabon, cette œuvre s'inscrivait dans un maillage complexe où les multiples déplacements, les interpénétrations entre groupes et clans aboutirent à de constantes recompositions internes. C'est dans ce contexte que travaillait l'auteur de cette sculpture et que son œuvre, l'une des plus saisissantes léguées par la culture fang, circula avec ses détenteurs avant d'être collectée au début du XXe siècle.