Changer de langue :

  • Fr
  • En
  • Es

30 octobre

Sculpture du royaume de Bénin

  • Sculpture bidjogo
  • Sculpture nalu
  • Sculpture sapi
  • Sculpture dogon
  • Sculpture tellem
  • Sculpture tellem ou dogon
  • Sculpture soninké
  • Sculpture dogon (2)
  • Sculpture dogon (3)
  • Sculpture nuna
  • Sculpture baoulé
  • Sculpture baoulé (2)
  • Sculpture dédiée à Gou, divinité du fer et de la guerre
  • Sculpture de la culture Nok
  • Sculpture de la culture Nok (2)
  • Sculpture Sokoto
  • Sculpture du royaume d'Ifè
  • Sculpture du royaume de Bénin
  • Sculpture du royaume de Bénin (2)
  • Sculpture mbembé
  • Sculpture ejagham
  • Sculpture bangwa
  • Sculpture Bamendou
  • Sculpture fang
  • Sculpture fang (1)
  • Sculpture fang (2)
  • Sculpture fang (3)
  • Sculpture fang (4)
  • Sculpture kota
  • Sculpture sanaga
  • Sculpture m'bété
  • Sculpture téké
  • Sculpture yangéré
  • Sculpture luba
  • Sculpture songyé
  • Sculpture hungana
  • Sculpture yombé
  • Sculpture vili
  • Sculpture zoulou
  • Sculpture sakalava
  • Sculpture Urhobo

Sculpture du royaume de Bénin

Tête d'autel royal fin du XVe-milieu du XVIe siècle Nigeria Laiton H. 21 cm Anciennes collections Peter Schnell, musée Barbier-Mueller Musée du quai Branly Inv. 73.1997.14.1

Fondue selon la technique de la cire perdue, cette tête figure parmi les chefs-d'œuvre de ce royaume. On regroupe sous le terme de bronzes une production abondante de pièces qui s'étend de la fin du XVe à la fin du XIXe siècle, la ville de Bénin ayant été partiellement détruite en 1897 lors d'une expédition militaire britannique.
À chaque règne nouveau, le roi faisait fondre une tête déposée sur l'autel ancestral en l'honneur du souverain précédent. Il a été suggéré que les têtes de la fin du XIVe au début du XVIe siècle (dynastie de rois guerriers expansionnistes), représentent des trophées de guerre et des autels destinés à recevoir des sacrifices. Cette pièce serait donc le portrait d'un ennemi défait, identifiable aux deux longues scarifications autrefois incrustées de lames de fer sur le front, accompagnées de quatre chéloïdes au-dessus des yeux aux pupilles également incrustées de fer.
Au milieu du XVe siècle, le grand roi Ewuare traça le plan de la ville qui allait faire l'admiration des Portugais. C'est sans doute sous le règne glorieux de son fils Esigie que cette œuvre a été fondue.