Changer de langue :

  • Fr
  • En
  • Es

3 septembre

Sculpture dogon

  • Sculpture bidjogo
  • Sculpture nalu
  • Sculpture sapi
  • Sculpture dogon
  • Sculpture tellem
  • Sculpture tellem ou dogon
  • Sculpture soninké
  • Sculpture dogon (2)
  • Sculpture dogon (3)
  • Sculpture nuna
  • Sculpture baoulé
  • Sculpture baoulé (2)
  • Sculpture dédiée à Gou, divinité du fer et de la guerre
  • Sculpture de la culture Nok
  • Sculpture de la culture Nok (2)
  • Sculpture Sokoto
  • Sculpture du royaume d'Ifè
  • Sculpture du royaume de Bénin
  • Sculpture du royaume de Bénin (2)
  • Sculpture mbembé
  • Sculpture ejagham
  • Sculpture bangwa
  • Sculpture Bamendou
  • Sculpture fang
  • Sculpture fang (1)
  • Sculpture fang (2)
  • Sculpture fang (3)
  • Sculpture fang (4)
  • Sculpture kota
  • Sculpture sanaga
  • Sculpture m'bété
  • Sculpture téké
  • Sculpture yangéré
  • Sculpture luba
  • Sculpture songyé
  • Sculpture hungana
  • Sculpture yombé
  • Sculpture vili
  • Sculpture zoulou
  • Sculpture sakalava
  • Sculpture Urhobo

Sculpture dogon

Sculpture dogon Attribuée au "Maître des yeux obliques" XVIIe-XVIIIe siècle Mali Bois H. 59 cm Anciennes collections Charles Ratton, Hubert Goldet Acquis par dation, 1999 Musée du quai Branly Inv. 70.1999.9.2

Transmise depuis plusieurs générations, cette sculpture était probablement détenue par un chef spirituel, assurant dans son sanctuaire une fonction de représentation ancestrale. Comme d'autres figures dogon anthropomorphes, elle était ainsi probablement l'image d'un ancêtre fondateur.
Quelques statuettes présentent des styles comparables provenant probablement du même atelier qui pourrait être nommé (en reprenant une expression employée par Hélène Leloup) l'atelier du "maître des yeux obliques".
Fréquente dans l'art dogon, l'attitude du personnage (mains dirigées vers le bas, l'extrémité des doigts touchant les cuisses) est liée à la prière. Avec les bracelets, cette position des bras et des mains peut être rapprochée de celle de certaines réalisations en terre cuite du delta intérieur du Niger. Il en va de même pour la partie tombante du pagne visible entre les jambes.
Cette œuvre fut conçue par une personnalité artistique hors du commun, dans une période très riche de l'art dogon. Son style s'inscrit dans un continuum artistique bien plus vaste et témoigne de l'extrême inventivité de leurs auteurs, de la fécondité des cultures dans lesquelles ils évoluaient.