Changer de langue :

  • Fr
  • En
  • Es

Musée du Quai Branly, là où dialoguent les cultures

25 avril

Masque

Masque

Description

Masque en bois dense, au visage long et étroit dont la lèvre supérieure se prolonge au-delà du menton par un long bec. A l'extrémité supérieure de la tête, un trou permet de maintenir le lien de suspension. Le visage, au front bombé est recouvert de peinture blanche ; les yeux sont indiqués par un coquillage incrusté sur une ligne noire en forme de virgule dont les pointes se relèvent vers les tempes. Le nez long et mince aux narines dilatées s'appuie par sa pointe sur la lèvre supérieure qui s'amenuise, se détache du visage et se prolonge au delà du menton par un long cou dont l'extrémité représente une tête d'oiseau. Une touche de peinture noire est placée au dessus de chaque oeil, sur chaque joue et sur les narines. Sous la lèvre supérieure la langue est tirée et colorée de rose ; elle s'appuie sur le long menton en forme de plaquette qui s'allonge vers le bas. Le haut du visage, son pourtour, une partie du cou d'oiseau et le menton sont incrustés de cauris maintenus par de la gomme végétale ; le milieu du front est garni d'un coquillage en spirale dans lequel est fixé une plume. Le revers du masque est plat.

Usage

En bois sculpté et orné de fines coquilles collées avec de la gomme, ces objets au revers plat et sans ouverture n'étaient pas placés directement sur le visage du porteur mais fixés, avec d'autres ornements, vers le sommet d'un large vêtement de fibres. Par la peinture faciale, par la ligne de cauris à la lisière du front et par les cheveux, ils rappellent les têtes surmodelées qui durant les cérémonies funéraires sont exposées sur une perche et munies d'une pèlerine de fibres. Les coquilles, qui jouent dans la vie courante le rôle de monnaie, contribuent à donner un caractère précieux à ces objets. Ces déguisements sont employés au cours de cérémonies qui se déroulent devant l'édifice destiné aux jeunes garçons. Ils sont portés par des jeunes gens qui jouent des pantomimes évoquant les thèmes de la mythologie. Ces masques représenteraient un ancêtre clanique maternel, héros qui aurait contribué, à l'origine des temps, à modeler la géographie de la contrée à partir de la boue dont le monde était primitivement couvert.

Culture
Iatmul
Région
Océanie > Mélanésie > Papouasie-Nouvelle-Guinée > East Sepik (province) > Ambunti (district) > Chambri (sous-district) > Kilimbit (village)
Dates
Début du 20e siècle
Matériaux et techniques
bois, coquillages, plumes, pigments naturels
Dimensions d'encombrement
(HxLxPxPoids)
64 x 12 x 8,5 cm, 980 g
Unité patrimoniale
Océanie
N°inventaire
71.1961.103.307
Donateurs
Don Monique et Etienne de Ganay, Régine et Charles van den Broek, expédition La Korrigane, 1934-1936

Situer cet objet dans le musée

Parcours thématiques

Féminité, fertilité

Féminité, fertilité

Dans les cultures non occidentales, les effigies féminines incarnent souvent des ancêtres...

Explorer cette collection

Les objets les plus consultés

Voir les objets les plus consultés
  • Objet Masque de façade
  • Objet Panneau sculpté polychrome
  • Objet Statuette féminine
  • Objet Statuette
  • Objet Figurine masculine
  • Objet Statuette magique
  • Objet Epouvantail
  • Objet Masque anthropomorphe
  • Objet Statuette masculine
  • Objet Sculpture anthropomorphe