Changer de langue :

  • Fr
  • En
  • Es

Musée du Quai Branly, là où dialoguent les cultures

24 avril

Poteau

Poteau

Description

Pièce d'un seul morceau - sculptée dans un palétuvier - avec une puissante racine aérienne disposée en l'air. Motifs successifs de bas en haut : - une pirogue verticale aux francs bords décorés d'arabesques, avec à sa base, un bec d'oiseau ; - à califourchon sur la pointe supérieure de la pirogue, un homme nu, grandeur nature, les jambes légèrement fléchies prennent appui sur les bords de la pirogue ; les bras maintiennent un objet en forme de coupe devant le sexe ; - un personnage moins important surmonte le précédent, les jambes pendantes, il soutient des deux mains l'éperon du mât à la hauteur du sexe ; - l'éperon est constitué d'un triangle pointant vers le ciel - à sa base, un troisième personnage, plus petit, la tête en bas, dans la position assise et les jambes allongées. De l'angle formé par ses jambes et son torse part un triangle ajouré constitué de becs d'oiseaux, de courbes et d' S. Les trois personnages sont nus, de taille décroissante et portent aux oreilles des pendentifs de fibres.
Des traces de peinture subsistent encore : noir (charbon de bois) dans les creux des visages ; blanc (chaux délayée dans l'eau) dans les parties convexes des corps ; rouge (terres colorées) dans les sculptures en creux de l'éperon, sur la pirogue et sur les corps ou elles symbolisent la musculature et les traces de scarification sur les cuisses et le dos faites au moment de l'initiation.
Dimensions : totale 515 cm ; pirogue (de la base aux pieds du 1er personnage) 243,5 cm ; Premier personnage 153,5 cm ; deuxième personnage 112 cm ; avancée de l'éperon 154 cm

Usage

Sculpté par Jipimanam, ce poteau représente de bas en haut Jurepitsj, Junukaoet et Puahrewet, un enfant.
"Grand mât mémorial pour les victimes de la chasse aux têtes "
Ce type de poteau était exposé devant les maisons des hommes, parfois en position inclinée. Il est taillé dans un arbre de mangrove. Une des racines aériennes est réservée puis sculptée. Elle est appelée cemen (penis). Cet élément fait référence à la source de vie. Les poteaux bisj sont symboliquement l'équivalent des pirogues de guerre. Ils conduisent métaphoriquement les esprits des défunt vers Safan, le royaume des morts. A la fin de la cérémonie, ils sont détruits et leurs restes sont laissés à pourrir dans les champs de sagoutier : " Les dépouilles des morts se décomposent dans la forêt " et leur pouvoir est ainsi transmis aux plantes nourricières.

Culture
réalisé par Jipimanam
Région
Asie > Indonésie > Papouasie > Jepem (village)
Dates
20e siècle
Matériaux et techniques
bois
Dimensions d'encombrement
(HxLxPxPoids)
520 x 42 x 155 cm, 84000 g
Unité patrimoniale
Océanie
N°inventaire
71.1968.71.1
Donateurs
Don de la société des amis du musée du Trocadéro

Situer cet objet dans le musée

Parcours thématiques

Rites funéraires

Rites funéraires

Les rites funéraires jouent un rôle privilégié, voire primordial dans la relation de l’homme au sacré (...)

Explorer cette collection

Les objets les plus consultés

Voir les objets les plus consultés
  • Objet Masque de façade
  • Objet Panneau sculpté polychrome
  • Objet Statuette féminine
  • Objet Statuette
  • Objet Figurine masculine
  • Objet Statuette magique
  • Objet Epouvantail
  • Objet Masque anthropomorphe
  • Objet Statuette masculine
  • Objet Sculpture anthropomorphe