Changer de langue :

  • Fr
  • En
  • Es

28 novembre

collections amérindiennes de Nouvelle-France

cliquez sur l'image pour l'agrandir ; nouvelle fenêtre
La Nouvelle-France en 1750, détail (catalogue de l'exposition "Premières nations - collections royales" © Museum für Völkerkunde, Vienne)

Au sein d’une vaste collection de plus de 100 000 objets issus des Amériques, le musée du quai Branly possède un ensemble exceptionnel provenant des premiers contacts établis entre Amérindiens et Européens en Amérique du Nord. Ces échanges ou collectes se sont déroulés entre les XVIIe et XVIIIe siècles au cours de l’exploration puis de la colonisation française de l’Amérique du Nord, sur le vaste territoire de la Nouvelle France, s’étendant du Québec à la Louisiane, et loin vers l’ouest américain.

Ainsi, directement liés à cette histoire de la Nouvelle-France, environ 350 objets ont été collectés principalement dans la région du Saint-Laurent et des Grands Lacs ainsi que dans la vallée du Mississipi. Ils sont a priori entrés en France avant la Révolution française et constituent un témoignage unique des populations amérindiennes et de leurs échanges avec les premiers explorateurs et colonisateurs français. Ces collections sont constituées de peaux peintes, mocassins, wampums, coiffes, sacs, armes, ou calumets, des objets offerts pour la plupart en cadeaux diplomatiques lors d'alliances passées entre les colons français et les peuples autochtones, ou saisis lors des conflits en signe de victoire.

cliquez pour agrandir l'image ; nouvelle fenêtre - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
peau peinte représentant l’oiseau-tonnerre (71.1878.32.134) © musée du quai Branly photo Patrick Gries

des parcours mouvementés

Rapportés en France par des missionnaires, gouverneurs, marins ou militaires, ces objets sont offerts aux Rois de France ou rassemblés par des aristocrates au sein de ce que l’on appelait les Cabinets de curiosités, microcosmes destinés à réunir des spécimens d'objets "étranges" et exotiques provenant des continents nouvellements découverts et ancêtres de nos musées.

Ces collections sont conservées au « cabinet des curiosités » royal dès le XVIe siècle, ou, transféré un peu plus tard, au Jardin des Plantes créé par Louis XIII en 1626. On en trouve également chez M. de Fayolle  à Versailles, acquis par le marquis de Sérent pour l'éducation des enfants du comte d'Artois, frère du roi Louis XVI et futur Charles X.

Toutes ces collections, ainsi que celles de quelques autres nobles et membres de Clergé, sont saisies à la Révolution française. Si nombre de ces objets anciens ont disparu au fil des évènements, certaines de ces curiosités ont néanmoins été sauvées et transférées à partir de 1795 au nouveau cabinet des Antiques de la Bibliothèque nationale ; et celles du marquis de Sérent à Versailles ont été conservées à la bibliothèque municipale de la ville.

Environ 350 objets traversent ainsi le XIXe siècle et le début du XXe siècle dans différents lieux : Bibliothèque nationale, Bibliothèque municipale de Versailles, Musée de Marine du Louvre, Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain en Laye, Musée de l’Artillerie devenue de l’Armée aux Invalides…Puis ces diverses pièces entrent au musée d’Ethnographie du Trocadéro lors de sa création en 1878 et 1934. Elles sont aujourd’hui conservées au musée du quai Branly mais inscrites sous divers numéros d’inventaire, fruit de cette histoire tourmentée.

De ce fait, les objets issus de Nouvelle-France des XVIIe et XVIIIe siècles sont disséminés au sein de nombreuses collections, mêlés à des milliers d’autres pièces américaines et il reste parfois difficile de tracer les péripéties de leur histoire muséale.

Ces ensembles portent les numéros de collections suivants :

  • 71.1878.32. : Ancienne collection de la Bibliothèque nationale, issue du cabinet royal et des confiscations des nobles ;
  • 71.1881.17. : Ancienne collection du Muséum national d’histoire naturelle, issur du cabinet royal  ;
  • 71.1909.19. : Ancienne collection du Musée des Antiquités nationales, dont certaines pièces auparavant collection du musée de Marine du Louvre.
  • 71.1917.3. : Ancienne collection du Musée de l’Armée, dénommé auparavant Musée de l’Artillerie. Les pièces retenues ici, présentées dans la galerie d’ethnographie de ce dernier, provenaient de la Bibliothèque nationale.
  • 71.1934.33. : Ancienne collection de la Bibliothèque municipale de Versailles, issue du cabinet du marquis de Sérent.
cliquez pour agrandir l'image ; nouvelle fenêtre - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre
Bonnet (71.1934.33.32) © musée du quai Branly, photo Patrick Gries, Bruno Descoings

des collections en cours d'études

Pour la plupart de ces pièces collectées avant la Révolution, il n'existe pas d’informations sur le lieu de collecte et sur les groupes amérindiens qui les ont produites. Le travail d’enquête sur ces collections, exceptionnelles par leur ancienneté, doit donc se poursuivre.

Des recherches d’archives sont menées en différents lieux, à commencer par la Bibliothèque Nationale de France, mais aussi dans les archives et cahiers d’inventaires des différents musées et institutions concernés.

Dans le même temps, une étude ethnographique des objets est menée qui vise à identifier les cultures autochtones d’origine, les usages, les matériaux et les significations des pièces. Ce type d’inventaire et de recherches est appelé à se développer au sein des autres musées des régions françaises qui, pour certains d’entre eux (Besançon ou Lille par exemple) possèdent des collections issues des Cabinets du Roi ou, dans d’autres villes, des collections issues de cabinets de curiosités d’aristocrates.

Ce travail de longue haleine est mené en collaboration avec différents chercheurs et de nombreuses institutions parmi lesquelles, outre les musées de France et du Canada concernés, plusieurs universités, la commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs, ICOM France et la société des Musées québécois.

éléments de bibliographie

Feest, Christian sous la dir. (2007). Premières Nations, collections royales : les Indiens des forêts et des prairies d’Amérique du nord.
Paris : Réunion des musées nationaux & musée du quai Branly, 2007, 96 p. (catalogue publié à l’occasion de l’exposition « Premières Nations – Collections royales », du 13 février au 13 mai 2007) ISBN 9-782-9151-3345-5
AM 180 .Pari MQB   et N-A-004232   Médiathèque d’étude et de recherche
AM 180 .Pari MQB   Salle de documentation des collections
N-B-005935 et N-B-002916     Salon de lecture J. Kerchache

Havard, Gilles & Vidal, Cécile (2006). Histoire de l’Amérique française.
Paris : Flammarion, éd. entièrement revue 2006, 863 p. ISBN 2-08-080121-X
F 1030 HAV   Médiathèque d’étude et de recherche
N-A-012021  Salon de lecture J. Kerchache

Vitard, Anne sous la dir. (1993). Parures d’histoire : peaux de bisons peintes des Indiens d’Amérique du Nord.
Paris : Réunion des musées nationaux & Musée de l’Homme, 1993, 144 p. ISBN 2-7118-2711-9
A 46232 et A 29429  et N-A-002420  et MH-L-A-018795 et E 98 .C8 Par   Médiathèque d’étude et de recherche

Vitart, Anne (1992). Chronique d’une rencontre : en terre de Canada. In Daniel Lévine sous la dir. Amérique continent imprévu : la rencontre des deux mondes.
Paris : Bordas, 1992.
ISBN 2-04-019588-2. P. 89-114
N-B-000923  et B 14649   et MH-L-B-008362    Médiathèque d’étude et de recherche