Changer de langue :

2 septembre

Présence africaine

les conditions noires : une généalogie des discours

revue Gradhiva N°10

La revue littéraire et culturelle Présence Africaine, héritière du panafricanisme et des négritudes d'avant la Seconde Guerre mondiale, fut fondée en 1947 par l'intellectuel sénégalais Alioune Diop. Un texte inaugural, « Niam n'goura ou la raison d'être de Présence Africaine » expliquait clairement les objectifs de cette revue :

  • publier des études africanistes sur la culture et la civilisation noire
  • publier des « textes africains »
  • passer en revue les « œuvres d'art ou de pensée concernant le monde noir »

Dans les premiers numéros, Alioune Diop s'entoure de personnalités très diverses : ethnologues, anthropologues (Marcel Griaule, George Balandier, Théodore Monod, Michel Leiris, Paul Rivet), écrivains et philosophes (Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor, Jean-Paul Sartre, André Gide, Albert Camus, Richard Wright, Emmanuel Mounier) mais aussi galeristes et critiques d'art (Charles Ratton, William Fagg). En 1949, Alioune Diop crée une maison d'édition du même nom.

Présence africaine a été un outil de diffusion qui a permis aux intellectuels et aux écrivains noirs de revendiquer leurs identités culturelles et historiques que le contexte colonial niait ou « exotisait ». Elle fut donc à la fois un mouvement, un réseau d'échanges et une tribune permettant aux différents courants d'idées liés aux « mondes noirs » de s'exprimer. La revue, la librairie, la maison d'édition existent encore aujourd'hui mais leur importance et leur influence ne sont plus comparables à ce qu'elles furent à l'époque des Indépendances.

Ce dossier s'attache à mettre en perspective l'héritage historique, politique et intellectuel que la revue a reçu. Enjeu de cette démarche : une généalogie des discours et des textes sur « les mondes noirs » et « les conditions noires ».

DESCRIPTIF

  • 240 pages au format 20 x 27 cm
  • 80 illustrations
  • EAN 978 2 35744 018 0
  • 20 €

acheter ce numéro en ligne

COMMISSAIRE

Sarah Frioux-Salgas, responsable des archives et de la documentation des collections à la médiathèque du musée du quai Branly