Changer de langue :

18 abril

colloques y symposiumes

Jean Baudrillard / Traverses

 

Seducción, ilusión, intercambio imposible 

encuentros internacionales

viernes 17 y sábado 18 de septiembre de 2010 en el teatro claude lévi-strauss

En homenaje al pensamiento y la obra de Jean Baudrillard, estas dos jornadas reúnen a filósofos, arquitectos, sociólogos y antropólogos para debatir sobre los conceptos de seducción, ilusión e intercambio.

A partir de las pasarelas desarrolladas por Jean Baudrillard y Jean Nouvel entre arquitectura y filosofía, se organizarán tres medias jornadas de debate en torno a las ideas de espacio radical, espacio dual y espacio primitivo.

Apertura de los encuentros por Jean Nouvel

Consultar el programa de los encuentros y escuchar los debates

ASEMUS 2010

El ASEMUS (Asia Europe Museum Network) fue creado en septiembre de 2010 con el objetivo de favorecer los intercambios en torno a las colecciones de los museos de Asia y Europa.

La red ha desarrollado proyectos de cooperación específicos con varias conferencias, coloquios y talleres. Durante estos diez primeros años de existencia, el ASEMUS ha favorecido el refuerzo de las relaciones de trabajo entre los profesionales de los museos de Asia y Europa.

A través de diferentes proyectos, como la exposición itinerante «Self and Other» y la «Virtual Collection of Masterpieces», se han hecho accesibles al gran público nuevos conocimientos y puntos de vista sobre una herencia común.

El coloquio ASEMUS 2010 tendrá lugar el 9 y el 10 de septiembre de 2010 en el teatro Claude Lévi-Strauss del musée du quai Branly.

La asistencia al coloquio se hará por invitación. Si desea recibir información sobre el coloquio, puede ponerse en contacto con la dirección de correo electrónico siguiente:  asemus2010(at)quaibranly.fr

documentos a descargar

enlaces internet

Hábitat precario, exclusión social y políticas urbanas y medioambientales en las megalópolis de India y Brasil.

1 de febrero: université de paris ouest-nanterre-la défense
2 y 3 de febrero: musée du quai branly

Tanto en São Paulo y Rio de Janeiro como en Bombay y Delhi, la reestructuración económica acentúa las fracturas sociales y espaciales: problema grave de vivienda, crecimiento espectacular del hábitat precario (slums indios y favelas brasileñas), periurbanización acelerada, amenaza ecológica de los bosques circundantes. Los actores públicos tratan de dar respuesta mediante programas de vivienda, de rehabilitación o de conservación, objeto de estudio del programa SeTup financiado por la ANR (setup.csh-delhi.com).

 

Este coloquio internacional es la ocasión para reubicar estos resultados en un marco comparativo más general gracias a la comparativa con Île-de-France. De hecho, el problema de la precariedad de la vivienda, que se planteó allí de manera aguda en los años 1960-1970, está resurgiendo: se mantienen o reaparecen las chabolas, los grandes complejos están en crisis, ciertos grupos de población tienen dificultades para encontrar alojamiento... De ahí la necesidad de rediseñar una política de vivienda social más sostenible.

¿Existe una modificación de las formas de exclusión social? ¿Estamos viendo aparecer nuevos conflictos entre espacios (centro/periferia) y entre sectores (vivienda/recursos «naturales»)? ¿En qué medida, en un planeta urbano y, a la vez, globalizado y descentralizado, los Estados centrales, los ayuntamientos o las regiones siguen jugando un papel clave? ¿Cómo conciliar medidas sociales, que favorezcan la búsqueda de vivienda para los más pobres, y medidas ecológicas que protejan las reservas de la biodiversidad?

Son temas debatidos por investigadores brasileños, indios y franceses, pero también por los actores de los colectivos.

exposición fotográfica «la naturaleza urbana» en el vestíbulo del teatro claude lévi-strauss, musée du quai branly

2 y 3 de febrero: musée du quai Branly (metro Alma-Marceau, Iéna, Ecole Militaire, Bir Hakeim o RER C Pont de l’Alma),  Teatro Claude Lévi-Strauss.

  • 2 de febrero, 9.30 a 17.30 h: 
    El trato de las chabolas en India o Brasil: ¿son exportables las experiencias de Île-de-France?
    Actores locales y movilización
  • 3 de febrero, 9.30-19.00 h:
    Los parques naturales urbanos y periurbanos.
    Los parques nacionales urbanos en India y Brasil

Más información sobre el programa

Entrada libre hasta completar aforo

Los visual studies en el mundo francófono

  • Jueves 6 y viernes 7 de enero de 2011 de 9.30 a 18.30 h
  • Sala de cine

Coloquio internacional organizado por el Departamento de formación e investigación del musée du quai Branly.

Después de haber transformado el paisaje académico anglosajón, los visual culture studies hacen acto de aparición en el mundo francófono: laboratorios, unidades de investigación, publicaciones en línea, cátedras con la etiqueta «cultura visual». Centrado en la visión, la dimensión visual de lo social y las imágenes de toda naturaleza (tanto artística como científica o «popular», este campo opera un desplazamiento de los saberes.

Para comprender su alcance, el encuentro del jueves 6 y el viernes 7 de enero de 2011 en el musée du quai Branly (París), reúne a historiadores, historiadores del arte, traductores, sociólogos, literatos, antropólogos. Las contribuciones y los debates deberían permitir despejar las posibles especificidades «continentales» de los estudios visuales, así como los principales nudos epistemológicos en este campo.

Abierto al público sin inscripción previa hasta completar el aforo

Consultar y descargar el programa del coloquio «Los visual studies»

El acto de locura

Programa ACMAP (EHESS, Centre ANHIMA y Université de Lille III)

presentación del coloquio del 28 y 29 de junio de 2010
«el acto de locura», análisis comparados de un modo de acción y de presencia

Organizado por Jean-Michel Carrié (EHESS, Centre ANHIMA), Catherine Darbo Peschanski (CNRS, Centre HALMA Lille), Frédérique Ildefonse (CNRS, Ivry y Centre ANHIMA) y Renée Koch Piette (EPHE y Centre ANHIMA)

  • Lunes 28 de junio: en el INHA, 2, rue Vivienne, de 14.00 a 19.00 h
    Martes 29 de junio, en el musée du quai Branly, sala de cine
    de 9.00 a 13.00 h y de 15.00 a 19.00 h

Estas jornadas de estudio son la segunda actividad organizada por el grupo ACMAP (A este lado del sujeto. Análisis comparados de los modos de acción y de presencia). Pretenden tratar el acto de locura en diferentes tradiciones culturales y desde sus propios puntos de vista: India, Grecia y China antiguas, Roma clásica, Japón y Guinea Bissau contemporáneos.

El acto de locura, es decir, el acto que tal o cual cultura caracteriza en su lengua, con sus palabras, en sus referencias, como una desviación que puede ser rechazada, tolerada o magnificada. La idea es la siguiente: trabajar sobre el acto de locura debería permitirnos acceder de forma tangencial a un análisis del acto que, de otra manera, no se nos habría abierto.

Trabajar sobre el acto de locura es, en todo caso, en lo que se refiere a este acto singular, mantener un proceso de reflexión sobre el acto, en la medida en que este se inscribe en una búsqueda sobre las diferentes caracterizaciones culturales de los psiquismos que dan prioridad a las dinámicas más que pretender fijar una cartografía de las facultades del alma. De hecho, el análisis del acto nos permite desplazar la frontera entre interior y exterior, o, en todo caso, ver cómo se desplaza. Se convierte entonces en aliada del procedimiento propio de nuestro grupo, que insiste en considerar el interior como diferente de la interioridad y que suspende todo uso prematuro de conceptos tales como el sujeto, la persona, el yo o el individuo y su ser.

Abrir y descargar el documento de presentación del coloquio El acto de locura (documento PDF, 136 MB, se abre en una nueva ventana) 

Jornada de estudio y asamblea general de la AFAS

 

Association Française des Archives Sonores

Archivos sonoros y etnomusicología: algunos aspectos de actualidad

  • Jueves 24 de junio a partir de las 9.00 h
  • Sala de cine
  • Entrada libre con inscripción obligatoria contactando con Claire Schneider (csh(at)quaibranly.fr) o Pascal Cordereix (pascal.cordereix(at)bnf.fr)
  • Cita puntual a las 9.00 o 9.45 en 222 rue de l'Université (entrada administrativa) 

programa de la jornada

Mañana: presidencia de la sesión, Elizabeth Giuliani, AFAS

9.00 h visita a la mediateca a cargo de Anne Faure, directora adjunta del departamento de Patrimonio y colecciones, responsable de la mediateca del musée du quai Branly

9.45 h introducción a la jornada a cargo de Anne Faure, mediateca del musée du quai Branly, y Elizabeth Giuliani, presidenta de la AFAS

10.00 h presentación del inventario colectivo de los fondos sonoros inéditos de etnomusicología del CREM, MUCEM, musée Guimet, musée du quai Branly y BNF en el marco de un programa de investigación de la BNF, a cargo de Pascal Cordereix, Bibliothèque Nationale de France

10.15 h Téléméta : hacia una solución de archivo, análisis, codificación y encapsulación de los metadatos dedicada a los oficios de la investigación y la documentación», por Joséphine Simonnot, CREM (Centro de Investigación en Etnomusicología/CNRS)

10.30 h edición (CTSH, Dastum, 2009) de los «Archivos de la misión del folclore musical en la Baja Bretaña de 1939 del Musée national des arts et traditions populaires» por Marie-Barbara Le Gonidec, MUCEM (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée)

10.45 h pausa

11.00 h asamblea general de la AFAS

Tarde: presidencia de la sesión, Claire Schneider, musée du quai Branly

14.00 h proyecto de puesta en línea de los archivos sonoros de Pathé Marconi/EMI de música árabe, por Naima Yahi, asociación Génériques

14.30 h portal del patrimonio oral FAMDT/BNF/CNRS por Véronique Ginouvès, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme-Université Aix-Marseille/CNRS

15.00 h portal de los espectáculos del mundo y difusión del portal documental del musée du quai Branly por Marie-Hélène Serra, Cité de la musique y Françoise Dalex, musée du quai Branly

15.30 h la política documental y de puesta a disposición de los fondos sonoros inéditos con carácter etnomusicológico en el musée du quai Branly por Claire Schneider, musée du Quai Branly

16.00 h conclusión de la jornada

La recreación antropológica

Colores sobre cuerpo CNRS/Nivea, Trocadéro

 

¿cómo y para quién?

  • Jueves 2 y viernes 3 de diciembre de 2010 a las 19:30 h
  • Sala de cine

La primera jornada de este coloquio organizado por el equipo de Antropología de la percepción del Laboratorio de Antropología Social y el GDRI «Antropología e historia de las artes» aborda las formas de recreación y colaboración con las poblaciones autóctonas, la cuestión del patrimonio, experimentos museográficos y de Internet como fuente de nuevas escrituras.  La segunda jornada, dedicada a las condiciones de las producciones audiovisuales en antropología y a «lo que se puede decir o mostrar y lo que no» terminará con una mesa redonda que cuestiona el compromiso del antropólogo y los malentendidos de la recepción en los procesos de recreación para el gran público.

Dirección científica: Barbara Glowczewski (DR, CNRS/LAS) y Michèle Fiéloux (CR, CNRS/LAS)

Abrir y consultar el programa del coloquio La recreación antropológica

rituales y poder en Teotihuacan

jeuves 8 y viernes 9 de octubre 2009

theatro Claude Lévi-Strauss

Durante los primeros siglos después de Cristo, Teotihuacan se convirtió en una de las potencias más importantes que el mundo mesoamericano ha conocido. Expandiendo su influencia hasta territorios lejanos, se admite que la ciudad, cuya magnitud y rigurosa planificación jamás serán igualadas, fue organizada bajo la forma de un Estado. Sin embargo, y a pesar de más de un siglo de investigaciones, los especialistas no llegan a un consenso respecto a la naturaleza y organización del poder y todas las hipótesis han sido propuestas (teocracia, monarquía, tetrarquía, poder corporativo, etc.). Sin pretender resolver este problema, en este coloquio se procurará indagar algunas facetas del poder a través de las prácticas rituales que dejaron evidencias en la antigua ciudad. Estas son perceptibles en manifestaciones materiales tales como el urbanismo, la arquitectura, los depósitos ceremoniales o las escenas representadas en la iconografía. Se tratará de presentar enfoques y datos nuevos respecto a la articulación entre ciertos rituales y el poder. Se dedicará una especial atención a las implicaciones ideológicas, sociales y políticas de las practicas rituales consideradas.  

para visionar el programa, clique aqui

para visionar los resumen de las comunicaciones, clique aqui

theatro Claude Lévi-Strauss
el 8 octubre de las 9:30 a las 5:00
el 9 octubre de las 9:30 a las 5:00

EVENTO ABIERTO AL PUBLICO

Exhibiting Polynesia: past, present and future

Plat aux deux personnages, ÎLES HAWAII, Océanie © Londres, British museum

mardi 17 et mercredi 18 Juin

10h00 - 17h30
salle du cinéma

 

en savoir plus sur le programme

 

 

fileadmin/user_upload/pdf/Abstracts.pdf

colloque international "littératures noires"

Portrait d'Alain Locke de Winold Reiss, 1925 © Avec la permission de The Reiss Partnership

vendredi 29 janvier
Bibliothèque Nationale de France
Petit Auditorium
9h15 – 19h

samedi 30 janvier
musée du quai Branly
théâtre Claude Lévi-Strauss
9h15 – 19h

à l’occasion de l’exposition Présence Africaine, le musée du quai Branly, en partenariat avec la Bibliothèque Nationale de France, propose un colloque international réunissant auteurs, éditeurs, critiques et spécialistes de la littérature sur « les littératures noires » contemporaines.

entrée libre dans la limite des places disponibles

visionner le programme

présentation du colloque Littératures noires

biographies des intervenants

consulter les actes du colloque Littératures noires

en savoir plus sur l'exposition Présence Africaine

Mémoire heureuse, héritages douloureux : des lieux, des arts et des jeux

  • 13-14 décembre 2011
  • salle de cinéma
  • 10h00-19h00

Colloque international organisé par Barbara Glowczewski et Aïda Kanafani-Zahar
pour l’équipe « Anthropologie de la Perception » du Laboratoire d’Anthropologie sociale, le GDRI « Anthropologie et Histoire des Arts » et le Réseau TransOceanik

consulter et télécharger le programme du colloque "Mémoire heureuse, héritages douloureux : des lieux, des arts et des jeux" (fichier pdf)

ARTfrocentrismes. Représentations artistiques et imaginaires de l’Afrique

  • Jeudi 1er et vendredi 2 décembre 2011
  • 9h30 -17h30 et 10h00 -13h00
  • salle de cinéma

Journées d’étude
Manifestation ouverte au public dans la limite des places disponibles

Depuis cinquante ans, l’Afrocentrisme est au centre des débats sur la présence noire dans le monde, la formation des identités culturelles noires et la constitution des savoirs sur l'Afrique. Le terme, apparu en 1962 sous la plume de l'historien africain-américain W.E.B. Du Bois, sert à désigner les courants intellectuels qui proposent une relecture de l’histoire mondiale d'un point de vue africain et célèbrent les racines culturelles africaines.

Les deux dernières décennies ont été marquées par des polémiques, parfois virulentes, concernant la pertinence de ces thèses afrocentristes au sein du champ académique. A rebours de ces débats, nous souhaitons, dans cette journée d’études, observer plutôt comment ces thèses ont été lues, interprétées, appropriées et réinventées par les individus et les communautés entre l’Afrique, l’Amérique et l’Europe. Quelles pratiques culturelles sont nées de ou ont contribuées à la formation de l’Afrocentrisme ? Et sur quels réseaux sociaux ces pratiques s’appuient-elles pour créer de nouvelles connexions entre Africains et Afro-descendants au sein de l’Atlantique noir ?

Afin de mener à bien notre réflexion, nous privilégierons l’analyse de l’impact et des répercussions de l’Afrocentrisme sur le champ artistique. Pierre angulaire des politiques du nationalisme culturel, qui, à partir des années soixante, forgèrent les discours afrocentristes contemporains, l’art nous apparaîtra comme un lieu stratégique dans la construction et la promotion d’une Afrique imaginée, utilisée comme source d’identifications complexes. Art plastiques et scéniques, musique, cinéma seront au cœur de notre approche et nous permettront d’analyser concrètement les élaborations d’afrocentrismes populaires, pratiques sociales et culturelles.

Comité d’organisation scientifique :
Julien Bonhomme (musée du quai Branly)
Sarah Fila-Bakabadio (Université Cergy-Pontoise)
Sarah Frioux-Salgas (musée du quai Branly)
Pauline Guedj (Université Lyon-2)

Organisation :
Anna Gianotti Laban
Responsables de la coordination des manifestations scientifiques, musée du quai Branly
anna.laban(at)quaibranly.fr
01 56 61 70 24

consulter et télécharger le programme des journées d'étude "ARTfrocentrismes" (format pdf)

Ecritures visuelles des sciences sociales en miroirs

  • mardi 22 novembre de 14h30 à 18h00 et mercredi 23 novembre de 10h00 à 19h au musée du quai Branly
  • salle de cinéma

entrée libre dans la limite des places disponibles

Vers un partage entre cultures différentes dans la production du savoir
Un échange franco-norvégien

Les praticiens du cinéma et ceux des sciences sociales ont en commun une histoire où ils se rencontrent sur des objets et des méthodes. L’intention, documentaire ou monographique, participe au même effort de rendre compte des faits sociaux.
Les deux entreprises impliquent une interrogation sur les sources et une relation au réel. De cette expérience, fondée sur des interactions humaines, émergent des
constructions intellectuelles et sensibles. Dans les deux cas se posent des questions d’écriture propres à chaque support. L’image cinématographique autorise d’autres rendus du réel où l’émotion ajoute une nouvelle dimension. Ainsi, il contribue à d’autres formes de connaissance et de compréhension qui s’expriment dans la recherche, la vulgarisation et l’enseignement.
Depuis 1997, le département des Visual Cultural Studies de l’Université de Tromsø, s’est donné un instrument de formation efficace. Le passage à l’acte cinématographique y est pris en compte dans toutes ses dimensions, techniques et intellectuelles.
Les compétences dans ces formes non scripturaires de connaissance sont
non seulement utiles pour la communication entre les groupes sociaux, entre Nord et Sud, mais aussi pour susciter le partage intellectuel.
A l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, l’objectif de l’atelier d’écriture
documentaire est de favoriser l’acquisition de postures intellectuelles et éthiques propres au cinéma. Le soutien continu du CNRS-Images (Centre National de la Recherche Scientifique) a permis de créer un Prix de l’atelier d’écriture documentaire dont certains lauréats participent à cette rencontre.
Ce sont ces deux expériences particulières, que la rencontre franco-norvégienne «Ecritures visuelles des sciences sociales en miroirs » souhaite mettre en évidence.

Consulter et télécharger le programme du colloque Ecritures visuelles des sciences sociales en miroirs (format pdf)

anthropologie comparative des sociétés insulaires de l’océan indien occidental, terrains et théories

du mercredi 27 au vendredi 29 avril 2011

Le colloque se tiendra :

à l’Université de Paris Ouest Nanterre

  • mercredi 27 avril de 9h30 à 18h30
  • jeudi 28 avril de 9h30 à 17h

au musée du quai Branly

  • vendredi 29 avril de 9h30 à 18h
  • salle de cinéma, salles de cours 1, 2 et 3

organisé par le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC), CNRS - Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (Maison de l’archéologie et de l’ethnologie), et par le Département de la Recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly.

en savoir plus sur le colloque "anthropologie comparative des sociétés insulaires de l’océan indien occidental, terrains et théories" (vers le site Maison Réné-Ginouvès, nouvelle fenêtre)  

consulter et télécharger le programme du colloque international : anthropologie comparative des sociétés insulaires de l’océan indien occidental, terrains et théories

Montrer / Occulter Les actions de modifications de la visibilité Approches comparatives

jeudi 3 et vendredi 4 mars  de 9h45 à 18h30

salle de cinéma
accès libre dans la limite des places disponibles

Colloque organisé par le groupe de recherche « Ontologie des images, figuration et relations rituelles » (Instituto de Investigaciones Históricas/ UNAM - MQB) et le Laboratoire d’Anthropologie Sociale (Collège de France - CNRS -  EHESS)

consulter et télécharger le programme du colloque Montrer / Occulter

droit et patrimoine culturel immatériel

  • Les 13 et 14 janvier 2011 de 9h30 à 17h30 - Salle de cinéma

Colloque international organisé par le Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique (Direction générale des patrimoines, Ministère de la Culture et de la Communication),

le Centre de recherches sur le droit du patrimoine culturel et naturel
(CECOJI, CNRS-Université de Poitiers/UMR 6224, Université Paris-Sud 11)
l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC)
(UMR 8177, CNRS/EHESS/Ministère de la Culture et de la Communication)

Comité scientifique :
Chiara Bortolotto, Marie Cornu, Jérôme Fromageau, Christian Hottin, Sylvie Grenet

Accès libre mais inscription obligatoire jusqu’au 7 janvier 2011
dans la limite des places disponibles au
CECOJI – 27, rue Paul Bert 94204 Ivry sur Seine Cedex

ouvrir et consulter le programme du colloque "Droit et patrimoine culturel immatériel"

La Préhistoire des Autres

  • mardi 18 et mercredi 19 janvier 2011 de 9h30 à 18h30
  • théâtre Claude Lévi-Strauss

Colloque international organisé par l’Institut national de recherches archéologiques préventives et le musée du quai Branly

Comment l’archéologie et l’anthropologie abordent-elles le passé des sociétés non occidentales ? Comment l’anthropologie prend-elle en compte le passé des sociétés dites « tribales » qu’elle étudie ? Comment ces sociétés se représentent-elles leur passé et comment l’archéologie peutelle leur apporter une profondeur historique ? Quel est l’apport de l’archéologie à la connaissance de ces sociétés souvent appréhendées de manière intemporelle ? Dans quelles perspectives historiques et archéologiques replacer ces sociétés ? Comment, en retour, l’anthropologie et l’archéologie des sociétés non européennes permettent-elles de donner des perspectives renouvelées à l’archéologie « occidentale » ? 
Associant archéologues et anthropologues travaillant sur des cultures non occidentales, ce colloque présentera les avancées récentes dans le champ de la recherche, en mettant l’accent sur la Préhistoire  non occidentale. Synthèses générales et études de cas permettront de faire le point sur la diversité des domaines et des zones géographiques abordées. 

consulter et visualiser le programme du colloque "La préhistoire des Autres"

en savoir plus sur la publication des actes du colloque "La préhistorie des Autres"

l’art d’être “autochtone” : figures du tribal et figurations tribales en Inde

vendredi 18 Juin 2010 de 9h30 à 18h30

salle de cinéma

  • journée d'étude coordonnée par Raphaël Rousseleau
  • co-organisée par le musée du quai Branly, ANR “HimalArt”, LESC, Paris X - Nanterre, Centre d’Etude de l’Inde et de l’Asie du Sud (CNRS-EHESS)

présentation

L’art tribal de l’Inde, ou art âdivâsî, est communément défini comme une forme d’expression “autochtone”, en plusieurs sens. Il s’agirait d’abord (1) de l’art des “premiers habitants” ou “aborigènes” (âdivâsî) du territoire indien, qui seraient antérieurs à la venue des porteurs de la langue sanscrite et du système des castes, sans parler bien sûr des colons européens ultérieurs. Pour cette raison, certains auteurs considèrent ces groupes comme les représentants de l’authentique Inde “précoloniale”.

Par cette antériorité fondatrice et le mode de vie censément forestier des tribaux, l’art aborigène indien sous-entend aussi (2) des formes esthétiques dont la référence majeure est l’environnement naturel (végétation, animaux), sinon la terre même élevée au rang de divinité majeure, selon quelques auteurs largement diffusés.

Cette journée d’étude réunit quelques spécialistes du domaine, pour distinguer nettement deux aspects du problème: -l’art âdivâsî tel qu’il est imaginé et présenté à partir de la figure du tribal comme “primitif indien” par les citadins, indiens ou occidentaux, et –le même art tel qu’il est pratiqué, vécu et commenté par ses producteurs locaux. Cette perspective critique permettra, dans un premier temps, de retracer les étapes majeures de la genèse de l’engouement contemporain pour diverses formes d’expression “tribales” en Inde, tout en soulignant le rôle qu’a joué paradoxalement l’image du “primitif indien” dans le développement de l’art “moderne” de ce pays. On verra, par exemple, que “l’art tribal” indien ne cesse, depuis sa definition, d’être à la fois associé à, et distingué de, son jumeau conceptuel: l’art ‘populaire hindou’, et qu’ils s’inscrivent tous deux dans une quête d’identité nationale.

Dans un second temps, l’examen des acteurs et des buts effectivement recherchés offrira un tableau plus approfondi du statut des “artistes” tribaux contemporains et de leurs créations. La catégorie même d’artiste est évidemment neuve pour ces populations et entraînent un certain nombre de changements socio-culturels qui mettent en pleine lumière certains individus plutôt que d’autres. De même, la promotion de ce type d’art est dépendante de politiques culturelles nationales qu’il est important de prendre en compte, car elles orientent elles aussi le type d’oeuvres diffusé. Certains des intervenants aborderont ces questions.

Revenant en-deça de ces transformations récentes, d’autres s’interrogeront sur l’utilisation orginale des objets concernés (peintures, sculptures), et sur leur statut : s’agit-il de “représentations” au sens strict, ou de “présentifications” (J.-P. Vernant), c’est-à-dire d’objets invocatoires, supports temporaires d’une présence divine, ou encore d’images permettant une médiation entre groupes humains et diverses formes d’altérités non-humaines?Sur ce point, les notions occidentales de “nature” ou de “terre” apparaissent trop génériques par rapport à celles qu’utilisent les âdivâsî. Par ailleurs, l’art “aborigène” n’est pas exempt de références à la société des castes hindoue d’ici-bas. Comment articuler tous ces faits?

Autant de questions ouvrant à une meilleure compréhension de ces objets et
leur évolution, que nous poserons à partir de matériaux de terrain. Entre l’image du primitif et le statut d’artiste contemporain, nous verrons finalement comment quelques créateurs âdivâsî actuels négocient avec leur image pour créer une oeuvre propre.

ouvrir et télécharger la programmation détaillée

le rire postcolonial : répresentations des minorités ethnoraciales dans l'humour

dessin de Pia-Mélissa Laroche

le 14 mai 2010 à 18h30
théâtre Claude Lévi-Strauss


Table ronde organisée par la revue Poli – Politique de l’image


À l’occasion de la sortie du deuxième numéro de Poli – Politique de l’image, la revue organise au musée du quai Branly une table ronde autour de la représentation des minorités ethnoraciales dans l’humour.

De nombreux auteurs et acteurs se sont emparés de l’humour ces vingt dernières années pour mettre en récit et en rires les discriminations et stéréotypes. Cette table ronde propose d’entamer une réflexion sur la manière dont le rire travaille la question postcoloniale, le racisme et les identités.

L’écrivain François Bégaudeau, la journaliste Rokhaya Diallo, le réalisateur Michel Hazanavicius (sous réserve), le sociologue Éric Macé et la professeure en cinéma et audiovisuel Raphaëlle Moine discuteront avec Nelly Quemener de la place des minorités ethnoraciales dans l’humour autour d’extraits d’archives audiovisuelles de l’INA.

en savoir plus sur le programme

colloque international "l’inaliénabilité des collections publiques, performances et limites?"

2 et 3 mars 2010, de 9h30 à 18h30, en salle de cinéma

sur inscription obligatoire à : cecoji(at)ivry.cnrs.fr

et dans la limite des places disponibles

Le Groupe de recherches en droit du patrimoine culturel (CECOJI/CNRS, Université de Poitiers, Faculté Jean Monnet, Université Paris 11), l’Université de Corte (UMR LISA) et le musée du quai Branly organisent, en lien avec le Groupe de recherche international en droit du patrimoine culturel et droit de l’art un colloque sur le thème de « l’inaliénabilité des collections publiques, performances et limites » les 2 et 3 mars 2010 au musée du quai Branly.
La règle d’inaliénabilité constitue une pièce maîtresse dans la protection des collections publiques, assurant leur permanence et garantissant ainsi leur conservation et leur transmission. Les biens et oeuvres qui les composent sont hors commerce, principe réaffirmé dans la loi française sur les musées en 2002 et en 2004 avec la délimitation du domaine public mobilier resséré autour des biens culturels.
Le principe d’indisponibilité des collections  est également partagé par un certain nombre d’Etats. La règle n’est cependant pas intangible. La question de l’inaliénabilité est aujourd’hui en débat, en particulier dans la faculté de déclassement de certaines oeuvres, d’où l’intérêt de revenir sur les fondements de la règle, sa portée et son utilité dans la préservation du patrimoine.
Les travaux se feront sous une perspective historique, comparative et internationale.

programme détaillé

 

un monde en mouvement, enjeux politiques et migrations

mardi 5 et mercredi 6 janvier 2010

colloque des instituts français de recherche a l’étranger

organisé par le Ministère des affaires étrangères et européennes et la Direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats

même si la question de la mobilité, et de sa reconnaissance comme un droit humain fondamental pour tous, se pose de nos jours avec force, ses origines remontent bien au-delà des XIXème et XXème siècles, qui ont vu le nombre de ces déplacements s'accroître et les distances parcourues s'étendre dans des proportions prodigieuses...

renseignements et inscriptions sur www.ifre.fr

téléchargez le programme du colloque

théâtre Claude Lévi-Strauss

entrée gratuite dans la limite des places disponibles

performance, art et anthropologie

Agustí Torres Domenge, Paso Doble. Performance de Miquel Barceló et Josef Nadj, 2006

mercredi 11 et jeudi 12 mars 2009 - théâtre Claude Lévi-Strauss

organisateurs : Caterina Pasqualino (CNRS) et Arnd Schneider (University of Oslo)

entrée libre sur présentation du programme

 

La circulation des pratiques culturelles constitue une source de mutations qui ne cesse d’étonner. Ce colloque propose une analyse croisée des rituels issus des sociétés traditionnelles et des performances produites par les artistes contemporains. Ce rapprochement mettra à contribution deux cultures scientifiques : d’une part, l’anthropologie, héritière d’un débat nourri sur la question du rituel, et, d’autre part, l’histoire de l’art, discipline directement concernée par les performances artistiques, mais aussi curieuse des traditions non occidentales. Les dénominateurs communs entre performances artistiques et performances rituelles concernent la spatialité en jeu, la nature des éléments de la manipulation, le temps hors norme de l’action et la production de symbolique. Il est opportun de se pencher sur ces convergences de significations. Nous aborderons, dans ce cadre, trois thématiques qui nous paraissent centrales. La première concerne une mise en perspective historique de la performance, la seconde est liée à l’implication du corps, la troisième questionne la valeur épistémologique des rituels et de la performance.

pour visionner le programme  cliquez ici 

résumés des intervenants cliquez ici

actes du colloque cliquez ici

montrer les violences de guerre

vendredi 12 décembre 2008
de 9h30 à 18h00

Annette Becker (Paris X-Nanterre) et Octave Debary (Paris V René Descartes)présentent le colloque organisé en collaboration avec l'EHESS, le CNRS, le IIAC, l'INHA et le musée du quai Branly

Pour visionner le programme cliquer ici

l'animisme parmi nous

Reina de la Tierra, statuette en papier découpé, Otom - Mexique ©musée du quai Branly, photo Patrick Gries

samedi 29 mars de 09h15 à 18h30
dimanche 30 mars de 9h30 à 13h00

Rencontre entre anthropologues et psychanalystes à l'initiative des Monographies et débats de psychanalyse

Ce colloque donnera lieu à la publication d'un volume des Monographies et débats de psychanalyse.


Pour en savoir plus sur le programme, cliquez ici

La epopeya lapita

  • Miércoles, 10 de noviembre de 2010, Sala de cine

La jornada de estudios tiene por objeto establecer un balance de los conocimientos sobre el pueblo lapita del suroeste del pacífico hace 3 000 años. El coloquio reúne a un panel internacional de arqueólogos y antropólogos especializados en la cuestión. Los diferentes temas de la jornada cubren las grandes fases y temas de estudio en torno a la cultura lapita, a partir de los orígenes austronesios en el sudeste asiático hasta el descubrimiento de la frontera de la Polinesia occidental en el Pacífico central. Al ser todos los participantes anglosajones profesores de universidad, las conferencias, apoyadas con presentaciones en Power Point, están abiertas tanto a arqueólogos profesionales como a estudiantes de todos los niveles interesados por el tema. La jornada de estudio concluirá con un debate abierto a los participantes.

Coloquio organizado en el marco de la exposición Lapita del 9 de noviembre de 2010 al 9 de enero de 2011

Abrir y consultar el programa del coloquio La epopeya lapita (documento PDF, 150 MB, se abre en una nueva ventana)