Changer de langue :

25 julio

 

L'affiche de l'exposition représente un masque de danse anthropomorphe Toma, Guinée, Afrique. Inv. 71.1937.25.73 © musée du quai Branly, photo Claude Germain.

 

Retrouvez l'exposition sur Twitter
#BoisSacré

Bosque sagrado

Iniciación en los bosques guineanos

Masque de danse anthropomorphe Toma, Guinée, Afrique. Inv. 71.1937.25.73 © musée du quai Branly, photo Claude Germain - Click para ampliar, abre en ventana nueva
Máscara de danza antropomorfa toma, Guinea, África. Inv. 71.1937.25.73 © musée du quai Branly, foto Claude Germain

del martes 4 de marzo al domingo 18 de mayo de 2014

  • Entreplanta este
  • Entrada Colecciones o entrada conjunta

comisario

  • Aurélien Gaborit, responsable de las colecciones África, en el musée du quai Branly, responsable científico del Pabellón de las Sesiones, museo del Louvre

Bande-annonce de l'exposition

Sobre la exposición

 

En el continente africano, el momento de la iniciación marca un paso obligatorio para cada individuo. En algunos países de África occidental, es la iniciación Poro la que desempeña un papel crucial en varias comunidades de la región. La exposición se centra más específicamente en las sociedades secretas de los bosques de Guinea: Liberia, Guinea, Costa de Marfil.

El término genérico de Poro designa para los tomas «la máscara». La manifestación del poder, que solo poseen ciertos individuos, se materializa mediante objetos que intervienen en la iniciación, y en primer lugar, las máscaras, que desempeñan un papel esencial. Los tomas - también llamados lomas - son considerados en África Occidental como los creadores del Poro, organización que se cree que fue fundada alrededor del siglo XVI. Posteriormente, el Poro fue adoptado y adaptado por otras poblaciones, más o menos cercanas geográficamente a los tomas.

La exposición evoca el origen del sistema iniciático del Poro, la ceremonia de iniciación y finalmente la historia de la recolección y de la colección de estos objetos cuya fuerza reside en el secreto. La exposición reunirá numerosas máscaras vinculadas con la iniciación, y en particular, los diferentes tipos de máscaras de los tomas, así como otros objetos, máscaras en miniatura, figuras y estatuas, relativas a estas sociedades de misterios.

L'exposition en images

Parcours de l'exposition

Guelemlai initié toma, Jean Fichter. Tirage argentique sur papier monté sur carton, inv. PP0071178 © musée du quai Branly. - Click para ampliar, abre en ventana nueva
Guelemlai initié toma, Jean Fichter. Tirage argentique sur papier monté sur carton, inv. PP0071178 © musée du quai Branly.

L'invention du Poro

Le système initiatique de la majorité des populations établies dans les forêts guinéennes (Libéria, Guinée, Côte d’Ivoire) porte le nom générique de Poro. Les Toma sont considérés en Afrique de l’Ouest comme les créateurs du Poro, organisation qui aurait été instaurée vers le XVIe siècle. Le Poro a été adopté et adapté par d'autres populations, plus ou moins proches géographiquement des Toma : les Kouranko, les Nzekéré, les Guerzé, les Geh, les Maou et plus loin les Sénoufo de Côte d'Ivoire.

Le passage de l’enfance à l’âge adulte se fait par la progression des jeunes hommes initiés à travers un tunnel creusé dans le sol. Les masques qui entrent en jeu lors de ces cérémonies ne présentent aucun trait commun avec ceux des Toma alors que l’institution est bien la même. Il existe un Poro pour les jeunes femmes, souvent comparé aux pratiques initiatiques féminines plus connues des Mendé de Guinée et de Sierra Leone.

Masque, population Toma, Libéria (Afrique). Bois, inv. 75.2022 © musée du quai Branly, photo Claude Germain - Click para ampliar, abre en ventana nueva
Masque, population Toma, Libéria (Afrique). Bois, inv. 75.2022 © musée du quai Branly, photo Claude Germain
Masque Angbaï, population Toma, Guinée (Afrique). Bois, inv. 75.2024 © musée du quai Branly, photo Claude Germain - Click para ampliar, abre en ventana nueva
Masque Angbaï, population Toma, Guinée (Afrique). Bois, inv. 75.2024 © musée du quai Branly, photo Claude Germain
Masque Bakorogui féminin, population Toma, Guinée (Afrique). Bois, inv. 71.1959.24.1 © musée du quai Branly, photo Claude Germain - Click para ampliar, abre en ventana nueva
Masque Bakorogui féminin, population Toma, Guinée (Afrique). Bois, inv. 71.1959.24.1 © musée du quai Branly, photo Claude Germain

Célébration

Quelle que soit la population, les cérémonies d’initiation suivent le même principe. Les jeunes garçons sont initiés, entre autres, au secret des origines, des ancêtres, de l’autosubsistance. Ce rite de passage incontournable débute avec la séparation des enfants de leur famille et la retraite dans la forêt sacrée. Le corps sortira marqué de cette épreuve, les incisions faites sur la peau au cours d’une cérémonie d’initiation resteront visibles à jamais. Cette partie de l’exposition présente essentiellement des masques, dont on distingue les quatre types Angbai, Bakorogui, Okobuzogui et Dandai.

Masque Angbaï, population Toma, Guinée (Afrique). Bois, étain, peau, inv. 73.1963.0.22 © musée du quai Branly, photo Claude Germain - Click para ampliar, abre en ventana nueva
Masque Angbaï, population Toma, Guinée (Afrique). Bois, étain, peau, inv. 73.1963.0.22 © musée du quai Branly, photo Claude Germain

Secrets

La dernière partie de l’exposition aborde l’idée de la collecte et de la collection. Que sait-on des objets ? Le peu d’information que nous avons sur ces pièces n’est-il finalement pas dû au fait que les Toma ont su garder le secret ?

Parmi les différents objets liés aux rites du Poro, certains ne sont pas des objets spectaculaires, tels  que les masques Maa, très petits masques protecteurs, qui reprennent les formes des masques impliqués dans l'initiation. Sont également exposées les tiges de fer guinzé offertes aux nouveaux initiés et les rarissimes statuettes vololibei, des figures allongées, élégantes dont il n’existait qu’un seul exemplaire par village, le "conjoint" étant conservé et utilisé dans un village voisin.

Partenaires médias de l'exposition