Changer de langue :

19 septiembre

 - Click para ampliar, abre en ventana nueva

En partenariat avec

 - Click para ampliar, abre en ventana nueva

Rétrospective Robert Gardner

Rétrospective Robert Gardner

Enseignant en cinéma et anthropologie à Harvard, Robert Gardner, né en 1925, a marqué le cinéma documentaire américain grâce à une multitude de films réalisés depuis les années 1950, mais aussi par ses initiatives favorisant la création cinématographique, documentaire ou d’avant-garde.
Anthropologue et cinéaste, il est une figure majeure qui fait le lien entre Robert Flaherty et Peter Hutton, entre des préoccupations scientifiques et d’avant-garde, à travers une anthropologie poétique affirmant la subjectivité du cinéaste.
Auteur d’une œuvre dense et protéiforme, il a patiemment construit un regard – d’aucuns diraient un style – qui n’appartient qu’à lui, et témoigne de sa propre expérience du monde.

Cette rétrospective s'inscrit dans le cadre du festival du Mois du film documentaire, et est en accès libre, dans la limite des places disponibles.

Dead Birds © Robert Gardner
Dead Birds © Robert Gardner

vendredi 8 novembre

Dead birds
Papouasie Nouvelle-Guinée occidentale - 1964 – 83 mn - VO

Dead Birds est un film sur les Dani, populations vivant dans la vallée du Baliem, située dans les Hautes-Terres de Papouasie Nouvelle-Guinée occidentale. Les Dani cultivent un système élaboré de guerres rituelles, qui permettent le maintien de l’harmonie et le renouveau de leur société, ce que Gardner a cherché à documenter lorsqu’il a tourné son film en 1961. Le titre Dead Birds se réfère à la fois à un terme Dani qui désigne les ornements et armes gagnés après la bataille, mais fait également écho aux croyances de ces populations, selon lesquelles les hommes sont des oiseaux et que pour cette raison, ils sont destinés à mourir.

  • à 16h30, en salle de cinéma
  • en présence du réalisateur, Robert Gardner
Dead Birds Re-encountered © Susan Meiselas
Dead Birds Re-encountered © Susan Meiselas

Dead Birds Re-encountered
Papouasie Nouvelle-Guinée occidentale - 2013 – 45 mn - VOSTR

En 1989, vingt-huit ans après le tournage de Dead Birds, Robert Gardner est retourné chez les Dani, pour retrouver les personnes qu’il avait rencontrées pendant le tournage de son film et leur montrer le résultat de son travail. Dans ce film, il a souhaité pérenniser ses retrouvailles avec les Dani et saisir leurs réactions au visionnage du film tourné avec eux plusieurs années auparavant.

Séance présentée par Philippe-Alain Michaud, historien de l’art et théoricien, conservateur chargé de la collection des films au Centre Georges Pompidou à Paris, et du réalisateur, Robert Gardner.

  • à 18h30, au théâtre Claude Lévi-Strauss
Forest of Bliss © Ákos Östör - Click para ampliar, abre en ventana nueva
Forest of Bliss © Ákos Östör

samedi 9 novembre

Forest of Bliss
Inde - 1986 – 90 mn - VO

Forest of Bliss est un voyage d’une journée dans la ville de Bénarès, haut lieu sacré de pèlerinage en Inde. Du lever au coucher du soleil, Robert Gardner a suivi trois personnages dans leur quotidien : un guérisseur, un prêtre et le gardien du feu d’un temple de crémation. Sans aucun commentaire, sous-titres ou dialogues, le film offre un aperçu magnifié des enjeux de vie et de mort à travers ces différents destins et par le biais d’éléments symboliques récurrents, tels que les chiens ou encore le fleuve.

  • à 14h, en salle de cinéma 
  • en présence du réalisateur, Robert Gardner
Ika Hands © Robert Gardner
Ika Hands © Robert Gardner

Ika Hands
Colombie - 1988 – 58 mn – VO

Ce film documente la mode de vie des Ika, descendants supposés des Maya qui auraient fui le chaos des grandes civilisations d’Amérique Centrale, pour se réfugier dans les vallées reculées de la Sierra Nevada, en Colombie. Chez les Ika, l’horticulture est une véritable prouesse, car elle est pratiquée  sur un terrain qui se développe avant tout verticalement. Le réalisateur a choisi de dresser un portrait de cette société, isolée géographiquement et qui lutte contre une modernité omniprésente, à travers la figure de Mama Marco, prêtre, horticulteur et gardien de son foyer.

  • à 15h30, en salle de cinéma
Robert Gardner © Michael Rockfeller - Click para ampliar, abre en ventana nueva
Robert Gardner © Michael Rockfeller

Masterclass de Robert Gardner

Rencontre animée par Jean-Paul Colleyn, Directeur d’études à l’EHESS, cinéaste et producteur.
En association avec le Festival international Jean Rouch.

  • à 17h, en salle de cinéma
  • rencontre en anglais

dimanche 10 novembre

Forsaken Fragments
90 mn - VO

Les Forsaken Fragments sont différents projets de films de Robert Gardner qui n’ont jamais été achevés. De Boston, en passant par le Ladakh ou encore l’Ethiopie, ces fragments témoignent bien de la diversité et du foisonnement, représentatifs du travail du réalisateur.

  • à 14h, en salle de cinéma
Deep Hearts © Robert Gardner - Click para ampliar, abre en ventana nueva
Deep Hearts © Robert Gardner

Deep Hearts
Niger - 1981 – 58 mn - VO

Les Bororo Fulani, société nomade du Niger vouent un véritable culte à la beauté et accordent une très grande importance à leur apparence. Dans Deep Hearts, Robert Gardner a filmé le Gerewol, cérémonie organisée pendant la saison des pluies au Niger, à l’occasion de laquelle deux lignées s’affrontent pour élire l’homme Bororo le plus beau à la fois sur le plan physique et moral : « le taureau ». Deep Hearts est une réflexion sur la beauté et sur ses dangers, véritable source d’envie et de compétition chez les Bororo. Le titre du film est une référence à l’espace métaphysique propre à chaque homme Bororo, sorte de refuge intérieur qui leur permet de protéger leur beauté des autres compétiteurs.

  • à 15h30, en salle de cinéma
Rivers of Sand © Robert Gardner - Click para ampliar, abre en ventana nueva
Rivers of Sand © Robert Gardner

Rivers of Sand
Ethiopie - 1974 – 83 mn – VO

Ce film, initialement intitulé Creatures of Pain a été tourné chez les Hamar, population installée dans le maquis du sud-ouest éthiopien. Isolées géographiquement, ces populations ont maintenu un mode de vie assez traditionnel où les rapports entre le sexe féminin et masculin sont à l’origine de nombreux conflits et tensions. Robert Gardner témoigne de la suprématie masculine qui s’exerce chez ces populations, en filmant la femme, réduite à sa condition d’esclave et soumise aux hommes. Il analyse les comportements induits par cette inégalité entre les sexes, ainsi que son impact sur l’organisation sociale des individus. 

Séance présentée par Baptiste Buob, anthropologue et cinéaste, et en présence du réalisateur, Robert Gardner, avec lequel vous pourrez échanger sur ses films et ses expériences à l’issue de la projection.

  • à 16h30, en salle de cinéma

Ecouter les colloques