Changer de langue :

21 octubre

Le Mali - Chronique d’une saison sèche

Yirimaani, Chronique d’une saison sèche II. La qualité de la mort © DR - Click para ampliar, abre en ventana nueva
Yirimaani © DR

samedi 1er et dimanche 2 février 2014

Alors que le Mali occupe le devant de la scène, en raison des actions terroristes survenues dans le Nord du pays, la projection au musée du quai Branly de Chronique d'une saison sèche, ensemble de quatre épisodes tournés au Mali entre 1988 et 1989, est l'occasion de redécouvrir la diversité culturelle de ce pays.

Réalisés par Jean-Paul Colleyn, anthropologue et cinéaste, directeur d'études à l'EHESS et directeur adjoint de l'Institut des Mondes Africains (EHESS, IRD, CNRS, UNiversité Paris 1, EPHE, AMU), ces quatre documentaires sont le fruit d'une collaboration avec Catherine de Clippel, Manu Bonmariage et Mengoro Sanogo. Les quatre bobines 16 mm d'origine ont été restaurées et numérisées, à l'occasion de leur projection du musée du quai Branly. 

La projection des quatre documentaires sera suivie d'une masterclass, donné par Jean-Paul Colleyn, le samedi 1er février, à 18h, en salle de cinéma.

  • salle de cinéma du musée
  • en accès libre, dans la limite des places disponibles

Chronique d'une saison sèche I - Le Tyi-Wara

Tyiwara Dyele 1986 : Fête du Tyiwara, à Dyele, 1986 © Catherine De Clippel - Click para ampliar, abre en ventana nueva
Tyiwara Dyele © Catherine De Clippel

Mali - 1987 - 40 mn

Ce film nous invite à participer à la cérémonie annuelle d'un culture d'origine bamana, célèbre pour ses magnifiques cimiers de bois: les Tyi-Wara. La cérémonie commémore la naissance de l'agriculture. La puissance religieuse qui y préside, représentée par un danseur masqué couvert de fibres végétales et coiffé d'un cimier, évoque l'animal mythique qui a donné la technique agricole aux hommes.

  • samedi 1er et dimanche 2 février à 14h

Chronique d'une saison sèche II - La qualité de la mort

Mali - 1987 - 46 mn 

Les rites funéraires Minyanka prennent la forme d'une oscillation entre une tristesse, que les chants rendent pathétique, et une dérision agrémentée, grâce aux bouffons et à la danse, de grandes décharges d'énergie vitale. La mort, loin d'être niée, est prise en charge par une culture qui organise une communication entre le monde des vivants d'une part, celui des ancêtres et des puissances religieuses de l'autre. Le thème de la mort est présent dès le bas âge, dans les jeux d'enfants; à la fin de la vie, il reste le sujet de réflexion privilégié des gens âgés.

  • samedi 1er et dimanche 2 février à 15h

Chronique d'une saison sèche III - Jours de fête

Tenemaghan Sinaba chasseur. Bamako © Jean-Paul Colleyn - Click para ampliar, abre en ventana nueva
Tenemaghan Sinaba chasseur, Bamako © Jean-Paul Colleyn

Mali - 1988 - 41 mn

Au Mali, autour de Koupiala, la capitale du coton, des manifestations rappellent l'époque où la chasse était une activité héroïque et où les forgerons trouvaient le minerai dans le sous-sol. Aujourd'hui encore, quelques fêtes aux musiques merveilleuses célèbrent les prouesses du chasseur, et rendent hommage au forgeron, le héros civilisateur dont parlent les mythes. C'est là qu'on évoque aussi les exploits d'une bien curieuse société : celles des bouffons, qui ont le droit de se moquer de chacun en toute impunité.

  • samedi 1er et dimanche 2 février à 16h

Chronique d'une saison sèche IV - Possession

Mali - 1988 - 54 mn

Au Mali, où l'islam est présent depuis des siècles, quelques cultes de possession existent encore, notamment chez les Minyanka. Lors des cérémonies qui leur sont dédiées, deux puissances, Nya et Nankon, s'emparent du corps de certains hommes, se rendent maîtres de leur volonté et parlent par leur bouche. Ce film, tourné dans le milieu des possédés, recueille leurs confidences et nous invite à assister à ces cultes.

  • samedi 1er et dimanche 2 février à 17h

Masterclass

Avec Jean-Paul Colleyn

Venez échanger avec le réalisateur des quatre documentaires de Chronique d'une saison sèche, Jean-Paul Colleyn, à propos de ses films et de ses expériences en tant que réalisateur et anthropologue sur le terrain.

  • samedi 1er février à 18h