Changer de langue :

18 abril

cinéma des Océanistes

programmation 2013-2014

"L'élu du peuple-Pouvanaa, te metua", faits nouveaux autour du procès de Pouvanaa a Oopa

jeudi 10 octobre 2013

Par Jean-Marc Regnault et Marie Hélène Villierme

Papous entre deux mondes

jeudi 7 novembre 2013

Par Daniel Vigne (2012)

Ouvrir et télécharger l'invitation de la séance Papous entre deux mondes (fichier pdf, nouvelle fenêtre)

Ancêtres Kanak à Paris

jeudi 12 décembre 2013

Par Mehdi Lallaoui et Isabelle Leblic

Ouvrir et télécharger l'invitation de la séance Ancêtres Kanak à Paris (fichier pdf, nouvelle fenêtre)

Le Temps Kanak

jeudi 9 janvier 2014

Par Olivier Rousset, en présence du réalisateur, débat avec Isabelle Leblic

Ouvrir et télécharger l'invitation de la séance Le Temps Kanak  (fichier pdf, nouvelle fenêtre)

Kaninikula, mathématiques aux îles Trobriand

jeudi 6 février 2014 

Par Eric Vandendriessche, en présence du réalisateur

programmation 2011

pangal © musée du quai Branly, photo Thierry Ollivier, Michel Urtado

jeudi 15 septembre

Techniques et Arts : une visite chez les Kwoma
Pflanzer und Künstler : Führende Männer bei den Kwoma in Papua-Neuguinea

Un film de C. Kaufmann (1983, 40 minutes), IWF Wissen und Medien gGmbH ed., Göttingen, (Allemagne) 

Ce film suit les activités horticoles et artistiques d’un homme de pouvoir (big man), Yessomari, dans le village kwoma de Meno-Saserman. De la plantation à la récolte des ignames, de la réalisation de poteries cérémonielles au décor des maisons des hommes – activités auxquelles se joint notamment Yabokoma, expert local reconnu en matières artistiques –, ce film montre comment toutes ces activités participent du prestige acquis par ces big-men.

Christian Kaufmann commentera son film et développera les questions de transformations techniques et stylistiques de l’art Kwoma. 

jeudi 3 novembre 

Le paradis perdu des îles Trobriand, un film de Jacques et Betty Villeminot
(France, 1966, documentaire, 50’)
Anako Production

Betty et Jacques Villeminot, un couple d'ethnologues aventuriers, reviennent sur leur voyage dans les îles Trobriand, au large de la Nouvelle-Guinée. En 1966, le couple partage la vie des trobriandais et étudie leurs rites, leur culture, et l'organisation de leur société. Auprès de ce peuple, ils découvrent un art de vivre et une tranquillité paradisiaques. Les enfants sont respectés et responsabilisés tôt, les jeunes bénéficient d'une liberté sexuelle jusqu'au mariage, les pères pouponnent leurs enfants pour établir un lien avec eux, car ils font partie du clan maternel... Dans cette société, les magiciens ont un rôle important, tant pour la pêche que les fêtes, ou les maladies. L'arrivéedes missionnaires, puis de la tutelle australienne à la fin des années 60, a marqué le déclin de cette société basée sur le partage...

Ouvrir et télécharger l'invitation séance Le paradis perdu des îles Trobriand (fichier pdf, 253 Ko, nouvelle fenêtre)

programmation 2010

jeudi 4 février 2010 18h

Les Rapa Nui ont fait un rêve, de Gérard Bonnet et Philipe Ray (France, 2004, documentaire, 52') version sous-titrée

L’île de Pâques est isolée au milieu de l’océan Pacifique, à 4 000 km des côtes sud-américaines. Elle est célèbre pour ses mystérieux Moaïs, ces statues géantes parsemées autour de l’île. Localement, on l’appelle Rapa Nui, qui signifie grande brillance, ou Tepito O Te Henua, le nombril du monde.

Tous les livres d’histoire décrivent une civilisation disparue au xixe siècle. Pourtant, il existe un peuple natif de l’île : les Rapa Nui. La famille Hucke Atan de Tehoe Manu est sa descendance directe. Ce clan d’irréductibles livre sa version de l’histoire du peuple Rapa Nui…

La projection sera suivie d'un débat en présence des auteurs, de Cathy et Michel Orliac et d’Isabelle Leblic

jeudi 25 mars 2010 18h

L’odyssée polynésienne : Les secrets du peuple polynésien, la première grande civilisation maritime. Un film de Olivier Comte et Hélène Constanty

Au milieu du Pacifique, le plus grand océan du monde, les îles de Polynésie sont comme des oasis dans un désert maritime. Hawaii au nord, l’île de Pâques à l’est, la Nouvelle Zélande au sud... Au centre, la Polynésie française. Plus de 4000 kilomètres et cinq heures d’avion séparent Tahiti de Hawaii. Ces îles sont habitées par un seul et même peuple : les Polynésiens. A l’aube des temps, des hommes ont abordé sur ces plages bordées de cocotiers, dans ces baies hérissées de volcans. Mais d’où venaient-ils ?

Le mystère du peuplement de ces terres, perdues dans l’immensité du Pacifique, fascine depuis toujours les voyageurs.

Au 20 ème siècle, cette énigme a déchaîné les passions. Des marins et des scientifiques de toutes nationalités sont partis à l’aventure. Ils s'appelaient Eric de Bisschop, Thor Heyerdahl, Francis Cowan, David Lewis, James Siers... Ils se sont élancés sur le Grand Océan, à bord des embarcations les plus incroyables, pour revivre l’épopée des premiers Polynésiens. Ils ont redécouvert l’art oublié de la fabrication des grandes pirogues de voyage, en bois et fibres de coco, détruites par les missionnaires et les colons au 18ème siècle. Ils ont réappris à naviguer sans boussole ni compas, en se guidant, comme les anciens marins des îles, avec les étoiles, les courants et les oiseaux.

Leurs aventures, véritable archéologie expérimentale, confirment les découvertes scientifiques les plus récentes. 1500 ans avant que Magellan réalise le premier tour du monde à la voile, les Polynésiens avaient déjà colonisé, méthodiquement, les moindres îlots du plus vaste des Océans.

Le film redonne vie à cette civilisation oubliée, par les témoignages des marins qui ont participé à ces expéditions et leurs films d’archive, pour certains sauvés du naufrage. Les interviews de scientifiques français, américains et néo-zélandais qui, aujourd’hui, cherchent à déchiffrer les traces laissées par cette civilisation méconnue, confirment les expériences des “archéologues du voyage” : les Polynésiens furent bien les premiers grands marins de l’histoire de l’humanité. 

jeudi 8 avril 2010 18h

Les voyageurs de La Korrigane sur la piste des « Arts premiers » (52’, version DVD RMN, français et anglais, version non sous-titrée)

une production Dokumenta : Jeanne Charuet, réalisateur et auteur : Jean-Paul Fargier, conseiller scientifique : Christian Coiffier, musique : Jérôme Bourdellon, dessins originaux : Régine van den Broek.

Le voyage de La Korrigane dans les mers du Sud (1934-1936) est devenu mythique. Entrepris par cinq jeunes gens de bonne famille, épris d’exotisme mais désireux d’être utiles à la science, c’est la dernière expédition ethnologique française qui peut prétendre avoir ramené des divers territoires océaniens une aussi complète collection d’objets (plus de 2 500) encore authentiques. Les plus intéressants ont été présentés au public lors d’une exposition inaugurée le même jour que le nouveau musée de l’Homme en 1938. Huit cents d’entre eux sont aujourd’hui à l’honneur au musée du quai Branly.

Le cinéaste Jean-Paul Fargier et l’ethnologue Christian Coiffier ont refait en partie ce voyage en 2005 pour en mesurer la richesse. On les voit dans ce film revenir en pirogue dans les régions les plus reculées visitées par les Korrigans, comme sur les rives du Moyen-Sépik (Papouasie Nouvelle-Guinée). Ils retrouvent les descendants des artistes et des artisans qui ont vendu leurs œuvres aux jeunes Français soixante-dix ans auparavant. Les Papous n’ont rien oublié. L’art vibre comme aux jours anciens et ses raisons s’éclairent de l’autre côté du mythe.

La projection sera suivie d'un débat en présence des auteurs et de Christian Kaufman.

jeudi 3 juin 2010 18h

Ouvéa 2004, le développement pour l’indépendance ? de Mathias Faurie (France, 2004, documentaire, 50’, version sous-titrée)

Ce film propose un état des lieux, en 2004, sur ce qui a été fait, ce qui marche et ce qui bloque depuis les événements que l’île d’Ouvéa a connus en avril et mai 1988. Il pose la question de savoir si le développement et le rééquilibrage annoncés ont été suivis d’effets et si les populations locales ont ou non joué le jeu ? Et dans les cas où cela s’est produit, on peut se demander si cela sert l’indépendance ! Enfin, le film revient sur ce qu’en pensent les différents acteurs et les habitants ?

La projection sera suivie d'un débat en présence de l’auteur, de Walles Kotra, de Mehdi Lallaoui et d’Isabelle Leblic

 

jeudi 30 septembre 2010 18h

Lettre aux morts de André Iteanu et Eytan Kapon, 2007


jeudi 4 novembre 2010 18h


Walpole, l’île mystérieuse d’Eric Beauducel, 2009


jeudi 25 novembre 2010 18h
retour sur Ouvéa de Mehdi Lallaoui, 2008