Changer de langue :

17 septiembre

cinéma des Africanistes

mercredi 14 décembre 2011

Waliden, l'enfant d'autrui

  • Réalisation : Awa Traoré
  • Production : Karoninka ; Les films d’un jour
  • Sénégal, 2009, 52’

Au Mali, comme dans de nombreux pays d’Afrique, « l’adoption traditionnelle » était une richesse qui consolidait les liens familiaux. Aujourd’hui les mentalités changent, les croyances se perdent et l’enfant confié peut vivre un cauchemar. Ce fut le cas de la réalisatrice Awa Traoré, durant près de dix ans. Elle met en lumière ce qui est resté trop longtemps un non-dit : la maltraitance des « waliden ».

mercredi 9 novembre 2011

Pour le meilleur et pour l'oignon

  • Réalisation : Sani Elhadj Magori
  • Réalisation : Adalios, Dangarama
  • Niger, 2008, 52’

L’oignon nigérien, le « violet de Galmi » est vendu sur les marchés de l’Afrique de l’Ouest à raison de 400.000 tonnes par an. Le prix en varie d’un jour à l’autre. La jeune Salamatou doit se marier. Son père, Yago, paysan averti, est un piètre commerçant ; l’oignon ne rapportant pas autant qu’espéré, il recule depuis deux ans le moment du mariage. Pressé par la belle famille et les commérages, Yago, décide enfin qu’il aura lieu à la prochaine récolte.

mercredi 19 octobre 2011

Ngwane

  • Réalisation : Natacha Giler
  • Production : Theorem
  • Swaziland, 2009, 52’

Ngwane (le Royaume du Swaziland) se situe au nord de l’Afrique du sud. Le sida y fait rage (plus de 40% de cas). A travers l’un des évènements culturels les plus connus du pays « la Danse des roseaux », ce documentaire tente de comprendre les raisons de l’explosion de la maladie dans ce pays tiraillé entre tradition et modernité.

mercredi 1er décembre 2010 16h30

Femmes bâtisseuses du Niger

  • Réalisation : Amélie Essesse
  • Niger, 2005, 23’

Ces femmes sont des architectes rurales et urbaines.  Elles participent à l’amélioration, la création, la construction, la gestion, la conservation de leurs habitats,  la transmission des savoirs faire…

mercredi 17 novembre 2010 16h30

AKWABA. Les Eotilé à livre ouvert

  • Réalisation : Anice Clément, Jacques Merlaud
  • Côte d’Ivoire, 2008, 52’

Les Eotilé font partie des peuples lagunaires du SE de la Côte d’Ivoire. En 2008 l’historienne C.-H. Perrot vient présenter le livre qu’elle a écrit sur eux après de nombreuses enquêtes com- mencées dès 1964 : Les Eotilé de Côte d’Ivoire aux XVIII et XIXème siècles. Pouvoir lignager et religion. L’accueil réservé à cet ouvrage attendu est à la fois officiel et très chaleureux. Le film retrace la vie quotidienne et l’on évolue entre souvenirs du passé et présent en devenir.

mercredi 6 octobre 2010 16h30

YANDE CODOU SENE, diva séeréer

  • Réalisation : Laurence Gavron
  • Sénégal, 2007, 64’

Yandé Codou Sène est une des griottes traditionnelles les plus célèbres du Sénégal. Elle représente LA mémoire de la culture séeréer. A travers cette grande Dame se dresse un portrait de son pays (Sine, Saloum au Sénégal)

mercredi 16 décembre 2009 16h30

le roi ne meurt jamais

  • réalisateur : Pierre Lamarque

Ethiopie, 2006, 73 minutes

  • auteurs : Pierre Lamarque, Elise Demeulenaere

A la mort de Woldedawit, le 19ème représentant d’une famille de « poqalla » (chefs konso), son fils Gezagn rentre au pays pour se soumettre à une investiture, rituel qui coïncide avec la sorti du deuil de son père. Malgré les complications, la cérémonie doit se dérouler coûte que coûte.

Mercredi 9 juin 2010 16h30

Inagina l’ultime maison du fer


Réalisation : Eric Huysecom & Bernard Agustoni
*Production : Huysecom, Agustoni, Pave
Direction Scientifique : Eric Huysecom
Mali, Dogons 1996. 52’


De nos jours, les forgerons ont délaissé le long processus de la réduction du minerai qui nécessitait la maîtrise absolue du feu et n’utilisent pratiquement plus que le métal de « récupération »
L’une des dernières réductiok

ons de fer a été effectuée en 1995, au Mali, par onze forgerons dogon détenant encore les secrets de cette activité ancestrale. Ils se sont réunis une dernière fois pour invoquer les esprits, creuser une mine, fabriquer le charbon de bois. Le four fait d’argile et de scories, daté de la fin du XVIIIème siècle (abandonné vers 1960), a fait l’objet d’une restauration. Ce dernier, appelé Inagina, littéralement La maison du fer, a produit à partir de 242 kg de minerai, 69 kg d’un fer d’excellente qualité.

mercredi 12 mai 2010 16h30

A-F Bersou : Donkeys and girls on dune

Vents de sable, femme de roc

Réalisation : Nathalie Borgers
* Production : Entre chien et loup, F5

Niger, Toubou 2009. 90'

Les Toubou sont des pasteurs nomades, voisins des Touaregs à l’est. Leur domaine géographique, presque aussi vaste que le leur, se centre sur le Nord du Tchad, depuis le lac Tchad jusqu’au sud de la Libye, et de l’Est du Niger jusqu’au Soudan, soit environ un quart du Sahara et de sa frange méridionale, le Sahel. Ils se subdivisent en deux grands sous‑groupes, les Teda et les Daza. Les Teda, au nord, sont de purs sahariens tandis que les Daza, au sud, vivent principalement en zone sahélienne. Ce film nous fait découvrir les caravanes de femmes, qui partent au nord cueillir les dattes pour les rapporter et les vendre sur les marchés du sud. Chaque année, elles entreprennent ainsi un voyage de 4 mois sur plus de 1500 km à travers le Sahara, à travers la chaleur, la poussière et les tempêtes de sable. Malgré la fatigue et les difficultés, la caravane est aussi pour ces femmes courageuses un espace de liberté.

Mercredi 7 avril 2009 16h30

La femme porte l’Afrique


Réalisation : Idriss Diabaté
* Production : DJA-COM Production (Paris) AAPSI (Abidjan)
Burkina Fasso, Côte d’Ivoire, 2009. 52’

Idriss Diabaté brosse ici le portrait de cinq « Mères Courage » qui
luttent pour le quotidien et l’éducation de leurs enfants. A travers
l’expérience de ces femmes, c’est un portrait de La Femme
Africaine qui nous est proposé.

mercredi 17 mars 2010 16h30

saudade à Darkar

Réalisation : Laurence Gavron

*  Production : Mbokki Mbaar Productions
    Les Productions du Quartier
    Réalisation : Laurence Gavron
 

Sénégal, Cap vert 2006. 48 minutes

Dimanche soir à la zone A, un quartier périphérique de Dakar. La chaleur a fait sortir les gens. La rue est bruyante, gaie, agitée. Au fond d’un étroit couloir, une petite enseigne, une lumière verdâtre : nous sommes aux Iles, îlot cap verdien de la capitale. Dans cet endroit,
ces gens, tous émigrés du Cap Vert, expriment l’essence même de ce concept lusophone si particulier : la saudade





 

mercredi 17 février 2010 16h30

darkar terminus

réalisateur et auteur : Quentin Laurent

*  production : IRD audiovisuel
*  atelier Géo-vidéo Panthéon Sorbonne

Sénégal, 2007. 38’

Trait d’union entre le Sénégal et le Mali, la gare de Dakar est une terre d’accueil pour les commerçants maliens C’est là qu’ils arrivent et vivent en sécurité avec leurs marchandises. Mais en 2007 les projets d’aménagement du Centre ville prévoient la destruction de la gare-marché. Que vont devenir ces commerçants ?

mercredi 20 janvier 2010 16h30

la mare au miracles

réalisateurs : Kinou Lefèvre et Gilles Neret,
Marie Dominique Blanc Hermeline

*  Conseiller scientifique : Saurin Hem (IRD)

Haute-Guinée 2002 52 minutes

Il s’agit d’un rituel malinké. La fête de la mare centre de la fertilité, a lieu à la fin de la saison sèche.  Les prêtres de la mare sont sollicités par de nombreuses personnes qui leur demandent d’intervenir pour elles.  Si leurs vœux sont exaucés, les pèlerins reviennent l’année suivante pour «remercier » la mare… Mais les poissons disparaissent et la mare s’assèche. Le conseil des anciens ne peut accepter sa perte car elle serait à la fois alimentaire, sociale et culturelle. Il décide de faire appel à des chercheurs qui mettent au point une stratégie de restauration de ce fragile écosystème.

mercredi 5 janvier

l’Iboga, les hommes du bois sacré

Réalisation : Gilbert Kelner
Production : Artline films
Gabon, 2002, 53’

L’iboga est une plante maîtresse des cérémonies secrètes animistes.  Son absorption permet aux initiés de « voyager » au pays des « ancêtres »(morts) et de renaître en Hommes. Un jeune guérisseur gabonais et son père spirituel, nous entraînent dans un voyage initiatique sur les traces de cette plante. Aujourd’hui, la recherche médicale occidentale étudie ces connaissancesmillénaires, laissées de côté jusqu’alors.

mercredi 9 février

d'une rive à l'autre


Réalisation : Delphe Kefouani
Production : La SMAC
Congo 2010, 56’


Brazzaville et Kinshasa sont les capitales des deux Congo, séparées par le Stanley Pool. Une loi bilatérale permet aux handicapés de traverser en bateau pour faire du commerce sans payer ni douane, ni taxes. Cette succession de voyages rend compte des rapports humains qui s’instaurent pendant la traversée, des enjeux commerciaux mais aussi des deux sociétés si proches et toutefois si différentes.

mercredi 9 mars

Cameroun : sortir du Nkuta

Réalisation : Céline Metzger
Production : Les films du Balibari
Cameroun 2009, 52’

L’homosexualité au Cameroun est passible de 6 mois à 5 ans de prison. A travers le parcours de trois d’entre eux et d’une avocate qui les défend, on est pris, dans la façon d’envisager le problème, entre une influence occidentale et une tradition encore très présente. Plus qu’un jugement de valeur, ce film cherche à comprendre cette société apparemment homophobe.

mercredi 6 avril

Je suis suis blanc de peau

Réalisation : Franck Sanson
Production : Skopia Films
Cameroun, 2010, 52’

Essentiellement différents, les albinos en Afrique sont certes, obligés de se protéger du soleil, mais davantage encore des préjugés et des regards suspicieux.

mercredi 11 mai

Yankel ! L’Afrique à l’atelier

Réalisation : Idriss Diabaté
Réalisation : AAPSI
Paris, 2010, 67’

Au moment des évènements de 1968, des élèves de l’Ecole des Beaux Arts de Paris ont demandé à Jacques Yankel (fils du peintre Michel Kikoïne) de diriger leur atelier.
Connu pour son ouverture d’esprit, il ne demande pas en effet à ses élèves de le suivre ; c’est lui qui les suit.
Pour ce professeur atypique, peindre est une manière de réaffirmer ses origines. C’est ainsi que dans son atelier les étudiants travaillent avec du sable, des cauris, des tissus de leur pays. Certains feront carrière, d’autres créeront une Ecole à leur tour.

mercredi 8 juin


MERE BI

Réalisation : Ousmane William Mbaye
Production : Autoproduction, Laurence Attali
Dakar, 2008, 52’

Dans ce documentaire, le réalisateur Ousmane W. Mbaye rend hommage à Annette Mbaye d’Erneville, sa mère. Née en 1926, elle a été la première journaliste du Sénégal, témoin d’une époque. Anticonformiste, elle s’est intéressée au développement de son pays, et a rencontré tous ceux qui bâtiront les Indépendances. Pionnière, elle s’est particulièrement battue pour l’émancipation des femmes. Après avoir présenté « le portrait » de Yandé Codou Sène, La mémoire de la culture Séeréer, le Cinéma des Africanistes propose de réfléchir sur celle d’une « Mère Bi ».